Abonnés

Coupe du monde de rugby 2023 - L'édito : un point, trop loin

  • Romain TAOFIFENUA France et Uini ATONIO (France).
    Romain TAOFIFENUA France et Uini ATONIO (France). Icon Sport
Publié le
Partager :

Fin du bal. Les Bleus sont donc éliminés au bout de l’effort et, une nouvelle fois, du suspense. Pour un point, un seul, qui traduit l’aspect dramatique d’une fin d’aventure.

Dur, très dur. Mais vous connaissez cet air de l’échec qui colle à la peau des Bleus en phases finales : même favoris, ils ne vont jamais au bout. Et le rugby français demeure cette superpuissance qui ne parvient pas à graver son nom sur le trophée Webb-Ellis. Poulidor, sors de ce corps !

Le rugby est décidément un drôle de sport, qui bouscule en permanence nos certitudes et transporte nos émotions sur des pentes aussi vertigineuses que des pistes noires. Samedi soir, nous quittions ainsi le Stade de France repus après un match comme un diamant : cet Irlande – Nouvelle-Zélande de légende, bonheur des yeux et sommet d’intensité qui dessine toute la beauté du rugby. Vingt-quatre heures plus tard, les mêmes gradins charriaient une avalanche de regrets face à la magie évaporée. Comme un torrent d’espoirs déchus pour cette génération tricolore magnifique, ainsi battue par l’Afrique du Sud, qui ne sera pas championne du monde le 28 octobre.

Le constat est implacable : il y a du 2003 dans ce Mondial, comme il y a du 2007 et du 2011. Quand les Bleus passèrent tout près de l’exploit alors qu’ils nous semblaient outillés pour entrer dans l’histoire. Il nous reste donc les yeux pour pleurer même si, évidemment, il n’y a pas de honte à perdre contre les champions du monde en titre.

Soyons clairs, cette fois plus que toutes les autres auparavant, les chances semblaient du côté Bleu. Mais même avec les meilleurs moyens (joueurs, organisations, puissance des clubs, mise à disposition, staff, etc.), les partenaires d’Antoine Dupont n’ont pas su franchir l’écueil du jour J. La déception est forcément à la hauteur des attentes. Immense.

Le sport est ainsi fait, binaire en diable. Samedi, les Irlandais ont été brillants. Pourtant, ils furent éliminés par des All Blacks sinon meilleurs encore, du moins plus efficaces. La France, elle, fut moins en maîtrise et surtout dominée physiquement par l’Afrique du Sud.

Il faudra donc digérer ce troisième échec d’affilée en quart de finale, et faire preuve d’un sacré pouvoir de résilience pour se relever sportivement. Le rugby français devra enfin se remettre en cause s’il veut garder la cote auprès de ce grand public qui lui ouvrait les bras et des nouveaux partenaires qui lui faisaient les yeux doux.

Les perdants ont toujours tort. Aussi caricaturale et injuste soit-elle, cette assertion n’en reste pas moins implacable. Alors, prêts trop tôt ? Sous pression ? Victimes des blessures, du contexte, de la dépossession ou des choix humains ? Un peu de tout ça sans doute, les bilans ne manqueront pas dans les jours à venir et viendront nous éclairer.

Fabien Galthié lui-même devra faire son introspection et comprendre pourquoi le paratonnerre n’a pas chassé la foudre ; pourquoi le plus grand des stratèges n’a pas réinventé davantage son rugby dans l’année fatidique, manière de surprendre son monde.

Il n’en reste pas moins une vérité, tout n’est pas à jeter dans notre rugby. Et il y a même beaucoup à garder pour rêver à nouveau d’un lendemain glorieux, passée l’indicible douleur de l’élimination : la formation, les Jiff ou le Top 14 – en tant que compétition- et ses clubs – avec leur savoir-faire- ont fait leurs preuves. Même la politique est apaisée, autour de la Fédé et de la Ligue. Il faudra que ça dure.

Alors, surtout, ne rasons pas gratis. La désunion est un poison.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (9)
grimin777 Il y a 4 mois Le 16/10/2023 à 15:13

Chelsin KOLBE a clairement démarré avant le départ de Tomas RAMOS. Pourquoi n'y a-t-il pas de sanction professionnelle contre un arbitre qui ne réclame pas l'intervention du TMO ? Il est évident que l'interception d'un tir au but cela n'arrive jamais. On devrait exiger la requalification du résultat du match. On perd d'un point là où l'on aurait dû gagner d'un point. Chiche !

Morneplaine Il y a 4 mois Le 16/10/2023 à 15:26

j étais au stade, juste a cote quand Ramos tape,

peut être que Kolbe part 1s trop tot mais Ramos le voit clairement et attends tranquil qu'il arrive alors qu'il avait bouge les talons. Sur le moment je me suis dit mais qu'est ce qu'il fait. Ca méritais certainement le TMO mais Ramos aurait clairement pu taper au lieur d'essayer daller chercher une faute chez l'arbitre.

Rugbymimi Il y a 4 mois Le 16/10/2023 à 10:15

Tout mettre sur le dos de l'arbitrage est tellement facile même si on peut toujours trouver à redire à telle ou telle décision.
Les bleus ont fait un match énorme mais ont échoué face à meilleur qu'eux
Difficile à admettre mais c'est la simple vérité.

grimin777 Il y a 4 mois Le 16/10/2023 à 15:16

Non c'est faux l'arbitrage est trop en cause. On devrait reconnaître ses nombreuses fautes professionnelles.

ALEX92 Il y a 4 mois Le 16/10/2023 à 08:39

3 nations du sud en demie laisse à réfléchir sur l'intérêt de participation à cette farce arbitrée comme chez eux