Abonnés

Coupe du monde de rugby 2023 - Heyneke Meyer, ancien sélectionneur de l'Afrique du Sud : "Ce sera un combat de chiens"

  • Heyneke Meyer, ancien sélectioneur des Springboks.
    Heyneke Meyer, ancien sélectioneur des Springboks. Icon Sport - Icon Sport
Publié le
Partager :

Aujourd’hui aux Etats-Unis, l’ancien coach des Boks et du Stade Français décrypte cette "finale avant l’heure".

À quoi vous attendez-vous, sur ce quart-de-finale ?
Déjà, je trouve fort dommage que la France et les Springboks s’affrontent à ce stade de la compétition. Car ça aurait fait une finale merveilleuse… On n’aurait pu rêver plus gigantesque, comme baisser de rideau…

Et techniquement parlant, alors ?
Ces deux équipes aiment soumettre leurs adversaires à des pressions intenses, constantes. L’élément déterminant de ce quart-de-finale sera donc la discipline, soit la capacité de chacune de ces formations à réagir à la pression. En ce sens, le probable retour du leader tricolore Antoine Dupont est majeur pour les Bleus… Il va considérablement rassurer ses coéquipiers, dans les moments chauds…

Justement, vous attendez-vous à ce que les Boks ciblent Antoine Dupont, à peine remis d’une fracture de la pommette ?
Ils ne vont pas jouer à ça… Ce serait idiot… Les Springboks savent comme moi qu’un carton jaune peut coûter très cher et qu’en face, Thomas Ramos est de très loin le meilleur buteur de la compétition. […] Chaque pénalité peut aussi se transformer en un siège de dix ou quinze minutes, pour l’équipe sanctionnée : c’est ainsi que les quatre meilleures formations de la compétition (France, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande et Irlande) construisent leurs victoires.

Si vous étiez encore le sélectionneur sud-africain, démarreriez-vous la rencontre avec Handré Pollard ou Mannie Libbok à l’ouverture ?
Avec Handré, bien sûr. Mannie est un immense joueur mais il est encore très jeune (22 ans) : la pression de cette Coupe du monde dessert ses tirs aux buts. J’ai d’ailleurs toujours dit que les Springboks ne seraient pas champions du monde sans Pollard. (il marque une pause) Au pire des cas, tu peux déplacer aussi Handré Pollard à l’arrière et garder Mannie à l’ouverture pour qu’il distribue le jeu comme il aime le faire.

Mis à part la discipline, quelles seront les clés de ce quart-de-finale ?
La France est la seule équipe pouvant rivaliser avec les Springboks dans le combat d’avants. J’ai à ce titre beaucoup de respect pour les Bleus : ils sont forts en mêlée, bons pour défendre les mauls pénétrants et tout aussi adroits pour les créer… Mais c’est le minimum syndical, pour espérer vaincre les Springboks.

Et balle en mains, que leur faudra-t-il faire ?
Le passage en force n’a jamais été et ne sera jamais une bonne idée contre n’importe quelle équipe d’Afrique du Sud. Pour mettre en difficulté les Springboks, il faut faire ce que les All Blacks ont fait lors du dernier Rugby Championship (35-20, le 15 juillet 2022): utiliser le jeu au pied dans les angles pour contourner la rush défense sud-africaine.

Ce quart-de-finale sera-t-il une guerre de tranchées ou un match ouvert ?
Ce sera un combat de chiens. Si les Springboks se risquent à écarter les ballons et tenter de prendre les Bleus en vitesse, les Français les battront : à ce jeu-là, ils sont meilleurs…

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Josh15 Il y a 4 mois Le 09/10/2023 à 18:39

Intéressant de mettre en perspective cette interview et celle de Faf de Clerk.