Abonnés

Coupe du monde de rugby 2023 - L’Argentine prête à partir en conquête

Par Loïc Bessière
  • Très solides en touche, notamment avec un Guido Petti Pagadizabal revenu à son meilleur niveau, les Argentins veulent enfin lancer leur Mondial contre le Chili.
    Très solides en touche, notamment avec un Guido Petti Pagadizabal revenu à son meilleur niveau, les Argentins veulent enfin lancer leur Mondial contre le Chili. Icon Sport
Publié le
Partager :

Grâce à sa conquête parfaite, les Pumas ont battu les Samoa. Avec un jeu loin d’être parfait, ils s’appuieront encore sur la touche et la mêlée face au Chili.

Le maître ne voudra pas être dépassé par l’élève. Pablo Lemoine, sélectionneur du Chili, confiait à Rugbyrama.fr que, lors de la Coupe du monde 2019, ses joueurs supportaient tous l’Argentine. L’histoire est belle de voir les Condores défier les Pumas dans la plus prestigieuse des compétitions. Et ces derniers espèrent que le rêve chilien se transformera en cauchemar. Alors, la prudence sera de mise, selon Andrés Bordoy, l’entraîneur des avants : "Nous savons à quel point ce match sera important, à quel point il sera difficile d’affronter le Chili. Ça va être un beau match à jouer. Deux pays d’Amérique du Sud, ce sera historique. Le Super Rugby Americas (le championnat de franchises professionnelles d’Amérique du Sud) les a beaucoup fait progresser, à tel point qu’ils ont dominé nos deux équipes argentines."

Un 100 % contre les Samoa

Pour mettre en difficulté des Chiliens accrocheurs face au Japon et aux Samoa, mais dépassés contre le XV de la Rose, l’Argentine pourra miser sur son point fort depuis le début de la compétition : la conquête. Elle est la seule sélection à pouvoir se targuer d’avoir fait un 100 %, touche et mêlée confondues, lors d’une rencontre. C’était face aux Manu Samoa, avec un succès 19-10 à la clé. "Nos phases statiques ont été différentes entre la première et la deuxième période. Nous analysons et voyons où nous pouvons en tirer le meilleur parti. Le fait d’être à 100 % dans ce secteur nous a aidés à dominer le match", prolonge Bordoy. Mais n’allez pas penser l’ancien entraîneur des avants de la Section paloise pleinement satisfaits de ses "gros" : "Il est facile de se laisser guider par les données. Elles soulignent le travail que nous faisons. Mais il y a beaucoup d’aspects sur lesquels nous devons continuer à travailler."

Et comment ! Souvenez-vous de cette équipe des Pumas, incapable de battre une moribonde équipe d’Angleterre réduite à quatorze toute la rencontre. Face aux Samoa, les Argentins ont aussi eu beaucoup de mal à développer leur jeu. "C’est un match, qui a été joué de la même manière par les deux équipes, comme quand on a commencé à jouer au rugby, à 10 ans, 14 ans. Alors, mieux vaut jouer de façon désorganisée et bien faire que mal faire en respectant l’ensemble de la structure", justifie Marcos Kremer. En face, les Chiliens commencent à être émoussés physiquement par l’enchaînement des rencontres à très haut niveau. L’occasion, peut-être, de voir du jeu après des lancements de jeu assurés. Mais, surtout, de se rassurer avant une rencontre face au Japon qui pourrait être décisive pour rallier les quarts. "Chaque match est une finale", termine Andrés Bordoy. L’Argentine est bien en (re)conquête !

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
paturuzu Il y a 4 mois Le 30/09/2023 à 11:45

les PUMAS sur pression de Pichot en voulant répéter 2007