Abonnés

Coupe du monde de rugby 2023 - Mark Nawaqanitawase, l’assassin australien d'origine fidjienne

Par David BOURNIQUEL
  • Mark Nawaqanitawase est l’un des sept Australiens qui auraient pu défendre les couleurs des Fidji. Il est l’une des principales armes offensives des Wallabies. Photos Icon Sport
    Mark Nawaqanitawase est l’un des sept Australiens qui auraient pu défendre les couleurs des Fidji. Il est l’une des principales armes offensives des Wallabies. Photos Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le
Partager :

Comme six de ses coéquipiers, le numéro 14 australien aurait pu porter les couleurs des Fidji, futur adversaires de l’Australie. Mais c’est bien sous les couleurs des Wallabies qu’il va tâcher de briller dimanche.

Son nom est sur toutes les lèvres des suiveurs de l’équipe d’Australie mais il faut se lever de bonne heure pour réussir à le prononcer. Cela n’empêche pas Mark Nawaqanitawase d’être en passe de devenir la nouvelle coqueluche du rugby de l’île-continent à la grâce de ses performances magnifiques, dont le dernier choc contre la Géorgie fut un éclatant exemple (treize ballons portés, cent-quarante-trois mètres parcourus avec la balle, un essai).

Mark Nawaqanitawase est Australien et jouera bien pour les Wallabies dimanche, mais son destin aurait pu être bien différent. Il fait en effet partie des sept joueurs de l’effectif australien à avoir été, pour diverses raisons, en balance avec la sélection fidjienne. D’abord, il y a les "natifs". Ainsi, Marika Koroibete, Suliasi Vunivalu ou Samu Kerevi sont tous trois nés aux Fidji. Ils étaient donc parfaitement légitimes pour porter le maillot fidjien. Koroibete a d’ailleurs commencé le rugby international avec le maillot blanc des Fidji à XIII, avant de choisir les Wallabies à la faveur du développement de sa carrière dans le rugby à XV du côté de Melbourne. Nawaqanitawase, lui, appartient à la même "caste" que Rob Valetini, Langi Gleeson ou Issak Fine-Leleiwasa.

Chez ces quatre joueurs, le lien avec les Fidji est à chercher chez leurs ancêtres. Tous les quatre sont Australiens de naissance mais ont un héritage fidjien de par leur ascendance. Ils étaient tous les quatre éligibles de fait pour jouer pour les deux pays mais ont fait le choix de leur patrie de naissance. "Les choses changent parfois mais j’étais arrivé à un de ces moments où il fallait faire un choix et je suis heureux de l’avoir fait ", a déclaré Nawakanitawase, sans doute l’un des joueurs australiens les plus en forme du moment.

Éclatant sous les ballons hauts

Ailier de formation, Mark Nawaqanitawase peut aussi dépanner à l’arrière. Ses qualités sont nombreuses : dans un style qui n’est pas sans rappeler celui d’Israel Folau, l’ailier hyper véloce marque notamment les esprits dans son jeu aérien, où il prend quasi systématiquement le dessus sur son vis-à-vis, bien aidé par sa grande taille (1,92 m) et ses longs segments. L’acharné de travail, ainsi que le décrivent ses coéquipiers et son staff, dispose d’un coup de pied de mammouth, bien utile aux Australiens pour se libérer de la pression adverse ou au contraire, contraindre l’opposant à jouer dans son camp. Le jeune joueur de 23 ans (il les a eus le 11 septembre) s’apprête donc à disputer un match crucial contre une partie de ses racines.

"Dimanche, cela sera un moment forcément très spécial pour moi et ma famille, reprend l’ailier. Je pense que cela sera un match très excitant face à une des nations dont le rugby est le plus spectaculaire. Il va falloir les contenir du mieux possible et être bien connectés entre nous, assure-t-il. On sait tous que les Fidjiens, en termes de rugby, sont capables de faire tout à partir de rien. Nous devrons rester nous-même et nous concentrer sur ce que nous savons faire. Nous devons vraiment nous occuper de nous et de notre rugby avant de penser aux autres." Le joueur des Waratahs (105 points en 42 apparitions depuis ses débuts professionnels en 2019) a toutes les cartes en mains pour faire très mal à la patrie de ses ancêtres…

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
fojema48 Il y a 5 mois Le 14/09/2023 à 19:58

De là à le traiter d'assassin, même au second degré, il y a un monde d'incompétence du "journaliste" totalement hors sol !

CasimirLeYeti Il y a 5 mois Le 17/09/2023 à 11:30

Bien d'accord, pourquoi assassin ? Il n'est même pas fait part de la plus petite anecdote à ce sujet dans la suite de l'article ! Encore ce besoin impérieux pour les médias traditionnels de copier les codes des exécrables réseaux sociaux ?