Abonnés

Coupe du Monde de rugby 2023 - L'édito : au banc d’essai

  • Jonathan DANTY face à Matthieu Jalibert (France), lors d'un entraînement.
    Jonathan DANTY face à Matthieu Jalibert (France), lors d'un entraînement. Icon Sport
Publié le
Partager :

Le débat anime la semaine et plus globalement, il a questionné les fans français de rugby sur ce long mois d’août. Fallait-il vraiment imposer quatre rencontres de préparation à ce XV de France qui semblait être prêt, justement, collectivement, dès la sortie du Tournoi des 6 nations ? Autant le dire de suite, on n’a pas de réponse ferme et définitive. Pas sûr que quelqu’un l’ait, d’ailleurs.

D’un côté, on entend les complaintes des observateurs et entraîneurs les plus craintifs : quatre matchs, ce sont autant d’occasions de se blesser, alors qu’une lourde préparation physique a bastonné les corps en juillet et qu’elle s’est poursuivie, tout au long de la deuxième séquence estivale. Quatre matchs, c’est plus que d’habitude mais ce n’est pas forcément plus que les autres nations. Quatre matchs, c’est tout de même énorme pour des garçons, Rochelais et Toulousains par exemple, qui n’auront finalement coupé que deux semaines entre leur finale de Top 14 et leur entrée en mission "Coupe du monde". Alldritt, Dupont Ramos et d’autres, ce sont plus de 2000 minutes de temps de jeu l’an dernier (2022-2023) et à peine de quoi souffler avant de se lancer dans le défi d’une vie. Forcément, on s’inquiète.

De l’autre côté, on écoute les plus pertinents des préparateurs physiques détaillent l’importance de cette charge de travail et sa répétition, ce qu’on ne remettra pas en doute. La Coupe du monde sera électrique et offensive, peut-être. Spectaculaire et populaire, on l’espère. On sait aussi qu’au moment des grands matchs, quand les têtes se poseront sur le billot, les sorts des équipes se décideront d’abord par un affrontement féroce, une quête de soumission de l’adversaire et l’usure de ses corps. Que le travail desdits préparateurs physiques, parfois questionné, trouvera là sa pleine justification. Il faudra être fort, très fort à ce moment-là. Ce qui s’obtient en marchant sur un fil de risques et ne saurait jamais complètement éviter le sacrifice des blessures.

On n’est sûr de rien, face à ces discours qui divergent. Seul le terrain livrera sa vérité, le 28 octobre, et un seul champion au bout du chemin. Ce dont on est sûr en revanche, c’est que le XV de France aura un dernier match pour peaufiner des réglages et des états de forme encore disparates. La faute aux blessures, justement. On est aussi sûr que le statut d’hyper favori, qui accompagnait les Bleus et l’Irlande il y a six mois, est désormais moins vrai. La Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud, incertaines il y a un an, retrouvent la pleine possession de leur splendeur. Les écarts se réduisent. Et la course semble plus ouverte que jamais.

Cet état de fait, on aura une dernière fois l’occasion de le mesurer ce dimanche, face à l’Australie. Ce quatrième match, le voilà donc. La grande répétition générale face à l’équipe, sur le papier, la mieux armée de celles que les Français ont affrontées cet été. Et la composition d’équipe proposée par Fabien Galthié livre plusieurs enseignements : que le sélectionneur est sûr de son fait, pour ce qui est du squelette de son équipe et même de son XV de départ ; que "Galthoche", en revanche, tâtonne encore sur la constitution de son banc de touche. Au gré des polyvalences, certaines inattendues et qui ouvrent tous les possibles, la grande inconnue de l’équipe qui défiera la Nouvelle-Zélande le 8 septembre se situe là. Sur le banc. Les fameux finisseurs. C’est ici que les dernières places sont à prendre. C’est ici que la rencontre face à l’Australie sera un juge de paix.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
brandon_15 Il y a 6 mois Le 25/08/2023 à 15:58

Il aurait mieux valu prendre en compte la spécificité française (nb de matches joués par le Stade et La Rochelle) et mettre la santé des joueurs au centre du projet. Dans ce cadre là un planning adapté et la validation des acquis aurait pu se faire via des matches d'entraînement contre l'Espagne, le Portugal et la Roumanie (cf. stratégie du foot). La santé des joueurs étant une variable d'ajustement (c'est Galthié qui parle du médical...à faux), la France s'est privé volontairement du meilleur 10 du monde et a disloqué la meilleure charnière au monde...avant le début de la compétition ! Jouer l'Australie potentiel candidat à la phase finale est à minima une erreur grossière et une nouvelle source potentielle de blessures. Mais Galthié dispose d'un volant de 90 joueurs...pour finaliser le groupe. Le compte y sera contrairement à la probabilité de victoire.

JBESPE Il y a 6 mois Le 25/08/2023 à 13:36

Personnellement je trouve que le sujet de ces matchs amicaux permettent a la presse spécialisée et notamment le Midol de remplir du papier et d'émettre d'hypotthetiques blessures ou pas . Ne serait-il pas mieux d'attendre et de tirer les consequences apres le 38 Octobre ? Le RDV du 8 sept face aux hommes en noir nous donnera le tempo de cette CdM en matière de temps de jeu, de physique , de forme ou méforme. Moi je suis impatient du 8sept, le match "amical" contre les Kangourous nous demontrera (peut être) qui a raison : le staff, la presse ou les supporters . Allez les bleus !