Rabah Slimani - Xv de France - Entraînement 5 novembre 2013 - Icon Sport
 
XV de France > - Tests de novembre

XV de France - Rabah Slimani: "Les All Blacks ne sont pas des dieux"

Slimani: "Les All Blacks ne sont pas des dieux"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 05/11/2013 à 16:54 -
Par Midi Olympique - Le 05/11/2013 à 16:54
Rabah Slimani, le pilier droit du Stade français, devrait honorer sa première sélection, samedi, face aux champions du monde néo-zélandais. Il veut croire dans les chances françaises de rivaliser face aux All Blacks.
 

Comment se passe cette première semaine d'entraînement avant les tests de novembre ?

Rabah SLIMANI: Plutôt bien. C'est beaucoup moins intensif que lors des stages préparatoires, ce qui est normal. A quelques jours de la première rencontre, on essaie d'optimiser la récupération. On répète encore des gammes durant les séances. Moi, je ne vais pas m'en plaindre, plus je revois les lancements, mieux je me porte, même si depuis les stages, j'ai acquis les repères de cette équipe de France.

Vous sentez-vous prêts à affronter les All Blacks ?

R.S: On n'est jamais vraiment prêts à affronter la Nouvelle-Zélande, ou toute autre nation d'ailleurs. Mais à quatre jours de la rencontre, il vaut mieux avoir quelques certitudes. On en a. Ce qui est important, c'est d'être prêt le jour du match. J'espère qu'on le sera. Personnellement, le stress monte un peu. Ce mardi soir, il ne restera plus que 26 joueurs. Il faut gérer ses émotions, rester concentré sur ce qui nous attend samedi. Ne pas faire n'importe quoi le jour j.

Vous pensez que samedi, vous allez peut-être honorer votre première sélection face aux All Blacks ?

R.S: Tant qu'à débuter face à quelqu'un, autant que ce soit face à ce qui se fait de mieux. Une première sélection face aux champions du monde, au Stade de France, à la maison, je ne pouvais pas rêver mieux.

Que vous inspire cette équipe ?

R.S: Ce qui m'impressionne chez eux, c'est leur lecture du jeu. La moindre faille qu'ils décèlent chez leur adversaire, ils s'y engouffrent et l'exploitent mieux que tout le monde. Mais ce ne sont pas des dieux, ils ont aussi des points faibles, laissent des espaces que nous devrons trouver.

La mêlée, est-ce l'un de leur point faible ?

R.S: Je ne dirai pas que c'est un point faible. Disons le point fort le plus faible peut-être. Sérieusement, ils ont une culture de la mêlée très différente de la nôtre, avec des piliers très grands, rugueux, mais qui ne passent pas trop de temps à batailler en mêlée fermée. Il nous faudra peut-être jouer là-dessus samedi. On a vu que durant le Rugby championship, ils avaient souffert dans ce secteur face à l'Argentine. Il faut en faire autant que les Pumas.

Peut-on gagner un match avec sa seule mêlée ?

R.S: Une mêlée en tout cas, ça aide grandement. Grâce à elle, on peut récupérer de précieux points.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×