Icon Sport

XV de France - David Skrela: "Les choses sérieuses vont commencer"

Skrela: "Les choses sérieuses vont commencer"

Mis à jourLe 12/11/2014 à 16:31

Publiéle 12/11/2014 à 16:27

Mis à jourLe 12/11/2014 à 16:31

Publiéle 12/11/2014 à 16:27

Ancien ouvreur des Bleus, David Skrela, toujours en activité en Pro D2 à Colomiers, nous livre ses sentiments sur l’équipe de France actuelle et sur le choc à venir face à l'Australie.

Qu’avez-vous pensé du match de l’équipe de France contre les Fidji?

David Skrela: C’est toujours bien de gagner pour commencer une tournée. Après, les choses sérieuses vont commencer samedi avec la rencontre contre l’Australie. C’est toujours bien de marquer des essais et de se faire plaisir sur le terrain. Maintenant, on attend samedi pour voir si cette équipe a vraiment les moyens de rivaliser avec l’Australie.

Pensez-vous que le match contre les Fidji était un bon test avant a rencontre face aux Wallabies?

D.S: C’est toujours difficile. On se doit de battre ces équipes mais c’est un début de tournée. Il y avait beaucoup de nouveaux joueurs dans l’équipe qui partaient un peu dans l’inconnu. Ils s’en sont plutôt bien sortis et ils ont fait le plein de confiance. Maintenant, les choses sérieuses vont commencer samedi face à l’Australie.

" Le problème de la charnière en équipe de France ces dernières années est de ne pas avoir joué dans la continuité"

Que pensez-vous de la charnière de l’équipe de France composée de Sébastien Tillous-Borde et de Camille Lopez?

D.S: Ce sont deux joueurs qui sont très performants avec leurs clubs, Toulon et Clermont. Ils méritent d’avoir leur chance. Le problème de la charnière en équipe de France ces dernières années est de ne pas avoir joué dans la continuité. Il y a eu beaucoup de turnovers depuis quelques années. Il faudrait peut-être que quelqu’un s’installe un peu plus pour avoir de la continuité à ce poste.

Et des sélections de joueurs étrangers?

D.S: Pour ma part, je pense que toutes les équipes font exactement la même chose. La Nouvelle-Zélande avec les Samoans, les Fidjiens et les Tongiens. Les Anglais avec Tuilagi qui est Samoan. Toutes les nations le font. Si le règlement nous le permet et si les joueurs ont le niveau pour prétendre à l’équipe de France, pourquoi pas. J’ai vu quelques images et il me semble que Spedding avait à cœur de porter le maillot de l’équipe de France et on a pu le constater lors du match contre les Fidji. S’ils sont motivés pour jouer avec l’équipe de France, je ne vois pas le problème.

Pour le prochain match, l’équipe de France va rencontrer l'Australie, que pouvez-vous nous dire sur cette équipe?

D.S: C’est une équipe très organisée, très forte physiquement et de très haut niveau. L’Australie a peu de points faibles. Peut-être la mêlée fermée qui est souvent un petit point faible chez cette équipe. Cela reste une équipe de très haut niveau avec des joueurs de classe internationale comme Folau et leur capitaine Hooper. Ils ont des joueurs de qualité à tous les postes. Ce sera vraiment le gros match de cette tournée.

" Ce match contre l’Australie va être un super test"

Pensez-vous que les joueurs seront revanchards par rapport à la tournée catastrophique de cet été?

D.S: Je ne sais pas. Je ne suis pas à l’intérieur du groupe mais je pense que les joueurs présents sur le terrain auront à cœur de montrer leur niveau. La tournée du mois de juin est toujours compliquée. Après dix mois de compétition, on arrive souvent en juin un peu cramé. Cela n’explique pas tout mais il faut quand même en tenir compte. Cette fois, les joueurs sont en forme. Ils ont repris le Top 14 et la coupe d’Europe depuis deux mois. Ce match contre l’Australie va être un super test.

Quels souvenirs gardez-vous de vos rencontres face à l’Australie?

D.S: C’est vrai que j’ai joué quelques fois contre l’Australie. Je garde en mémoire le dernier match que j’ai disputé contre eux au stade de France. Malheureusement, cela ne s’était pas très bien passé pour moi. Je n’avais pas très bien buté mais ce sont toujours des matchs engagés. Les mecs sont prêts physiquement. Il faudra faire un match très dense à tous les niveaux pour espérer les battre.

En gros, pas forcément des bons…

D.S: Non, pas très bons… Ce sont toujours des matchs de haut niveau. Je me souviens qu’on n’était pas très loin de les battre et j’avais loupé deux, trois pénalités qui auraient pu faire la différence. Ce sont toujours des matchs compliqués. On a aussi pris de belles raclées contre eux il y a quelques années. L’Australie est une équipe vraiment compliquée à manœuvrer.

David Skrela lors d'un test-match face à l'Australie en 2008
David Skrela lors d'un test-match face à l'Australie en 2008 - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :