Steffon Armitage, le roi des rucks à Toulon - Icon Sport
XV de France

Verra-t-on un jour Steffon Armitage avec le XV de France ?

Verra-t-on un jour Steffon Armitage avec les Bleus ?
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/09/2014 à 11:19 - Publié le 23/09/2014 à 11:15
Par Fabien Pomiès - Le 23/09/2014 à 11:19

Meilleur joueur européen l'an passé, Steffon Armitage n'est pas désiré en Angleterre. Le XV de France le suit mais ne l'a pas retenu pour le stage préparatoire aux tests de novembre. Un manque de reconnaissance pour un joueur de grande qualité.

En une semaine, le troisième ligne anglais de Toulon, Steffon Armitage, a vécu un véritable ascenseur émotionnel. Vendredi 12 septembre, il a appris qu’il faisait partie des dix joueurs étrangers suivis par le staff des Bleus en vue de la Coupe du monde 2015 en Angleterre. Mais une semaine plus tard, il a reçu une véritable douche froide, l’IRB (organe suprême du rugby), décidant de durcir ses règles de sélection. Sa situation est aujourd’hui un véritable casse-tête. Dans The Independant, son frère Delon s’est mué en véritable avocat ou agent. "C’est probablement le meilleur troisième ligne en Europe voire dans le monde en ce moment. Steff’ veut jouer contre Richie McCaw et les autres, se tester contre les meilleurs et jouer la Coupe du monde. Mais à moins que Lancaster (sélectionneur anglais) ne décide de prendre un risque, je ne vois pas cela arriver avec l’Angleterre. Il va devoir prendre la première chose qui vient à lui".

Rappel des faits. Début juillet, The Rugby Paper lâchait une véritable bombe. Boudé par le sélectionneur anglais, Stuart Lancaster, du fait qu’il joue hors des frontières britanniques, le Varois se disait prêt à profiter d’un vide juridique pour porter le maillot du XV de France. Un changement de patrie rugbystique impossible a priori depuis 2000 mais rendu possible grâce à une mise à jour du règlement IRB en décembre 2013. En clair, il suffisait à un joueur d’être éligible à une sélection à VII pour pouvoir ensuite être sélectionné à XV. Car le Toulonnais compte cinq capes avec le XV de la Rose. A ce propos, son frère Delon a avoué. "Steff adorerait porter de nouveau le maillot de l’Angleterre mais il est face à un mur et ne sait pas vraiment quoi faire".

Pomarel prêt à apporter son aide

Se rendant compte de cette aubaine, Philippe Saint-André et son staff comptaient bien se pencher clairement sur ce profil. Mais l’IRB n’a pas mis longtemps avant de réagir, durcissant les règles de sélection. S’il veut jouer avec les Bleus, Steffon Armitage devra disputer quatre tournois (sur huit) du circuit mondial à VII. Ou bien participer au minimum à la moitié des rencontres du tournoi de qualification préolympique. A ce sujet, Frédéric Pomarel, l’entraîneur de l’équipe de France Sevens a confié. "Si Philippe Saint-André veut ce joueur et si tout le monde y crompris la Fédération pense que c’est une bonne option, j’apporterai mon aide […] Steffon n’est pas apte pour l’instant pour jouer à sept mais s’il travaille et s’entraîne avec mon équipe, il peut le faire". De son côté, le meilleur joueur européen de l’an passé ne se prend pas la tête. "Je reste tranquille. Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent de moi, j’essaye juste de faire ce qui est bon pour moi et ma famille". Et Delon de conclure. "En France, quand vous discutez avec les joueurs, ils adoreraient l’avoir avec eux. Il évolue à un niveau international ces deux-trois dernières années et il n’a pas reçu de reconnaissance mondiale, c’est honteux".

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×