Maxime Machenaud - Entraînement Marcoussis XV de France - 2013 - DPPI
 
Article
commentaires
XV de France

Tournée Nouvelle-Zélande, Bleus - Maxime Machenaud: "Dans le vif du sujet"

Machenaud: "Dans le vif du sujet"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 05/06/2013 à 14:11 -
Par Midi Olympique - Le 05/06/2013 à 14:11
Probablement aligné aux cotés de son copain bordelais, Camille Lopez, qui fêtera sa première sélection, le demi de mêlée du Racing-Métro, Maxime Machenaud, devrait tenir le rôle de buteur. Un challenge parmi tant d'autres pour ce premier test à l'Eden Park...

A trois jours du premier test contre les Blacks, comment vous sentez-vous physiquement ?

Maxime MACHENAUD : Dès que j'ai su que j'étais sélectionné, je n'ai pas coupé. J'aurai cinq semaines après cette tournée, pas question de me reposer avant. Donc physiquement, je me sens bien, d'autant que si les nuits sont encore courtes, le décalage horaire commence à être récupéré. Cela nous permet de nous projeter davantage sur le terrain, de retrouver au plus vite nos repères. Nous sommes entrés dans le vif du sujet.

Vous allez certainement former la charnière avec Camille Lopez dont, au vu de votre expérience supérieure en Bleu, vous serez un peu le "grand frère"...

M.M. : (Il sourit) Je suis en chambre avec lui, j'essaie de le mettre à l'aise. C'est mon pote, nous sommes presque de la même génération. Ce n'est pas quelqu'un de timide sur un terrain.

Comment le sentez-vous ?

M.M. : Il est un peu stressé, forcément... Je le crois surtout impatient de découvrir le très haut niveau. Mais je ne me fais pas de souci, et j'essaie de lui dire que tout va bien se passer. En Top 14, il a déjà affronté McAlister, qui pourrait encore avoir largement sa place chez les Blacks... C'est pourquoi je crois que dès qu'il sera sur le terrain, il oubliera tout ce stress.

Vous avez évolué ensemble à Bordeaux, voilà plusieurs saisons...Comment jugez-vous son ascension ?

M.M. : Camille partait de très loin. Quand il est arrivé à Bordeaux en provenance de Mauléon, il était loin d'être à son meilleur niveau. Nous avons peut-être joué une dizaine de matchs ensemble... Ses qualités techniques étaient indéniables, mais il lui manquait une certaine dimension physique. Tout le monde le chambrait par rapport à ça, car il n'avait rien d'un sportif professionnel et n'était vraiment pas prêt pour le haut niveau. (sourire) Ce n'était pas un gros bosseur à l'origine, mais par la suite il a fait preuve de beaucoup de volonté, de détermination. Il a su se faire violence.

Qui d'entre vous tiendra le rôle de buteur ?

M.M. : Si j'ai la chance de démarrer, je pense que ce sera moi. Cela permettra à Camille de se concentrer davantage sur le jeu. Je suis plutôt content car je m'entraîne toute la saison pour ça. Cela fait un an que je travaille énormément les tirs au but, à la demande du staff des Bleus et de mon club. Sur le terrain, j'ai plutôt l'habitude d'être un deuxième buteur. C'était le cas à Agen, derrière Conrad Barnard, ou au Racing... Mais cela ne devrait pas changer mon approche de la partie, ni ma routine. Que je bute ou pas, je m'échauffe toujours aux tirs au but.