Marc ANDREU - 11.06.2013 - Auckland France - Test Match - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

Top 14 (Castres) et Tournée Nouvelle-Zélande (Bleus): Marc Andreu, la grande année

Andreu, la grande année

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/06/2013 à 14:15 -
Par Midi Olympique - Le 19/06/2013 à 14:15
Absent de l'équipe de France depuis novembre 2010, l'ailier du CO, Marc Andreu, devrait, après le Brennus, être titulaire samedi pour défier les All Blacks.

C'est une date qu'il ne peut pas oublier : 27 novembre 2010, le XV de France explose contre l'Australie. Marc Andreu, pourtant l'un des héros du grand Chelem quelques mois plus tôt, quitte alors l'équipe de France par la plus petite porte. Il n'est pas plus coupable qu'un autre mais disparaît des écrans radars. Trente-et-un mois plus tard, l'ailier champion de France retrouve enfin les Bleus. Il devrait même être annoncé titulaire par Philippe Saint-André pour le dernier test de la trilogie contre les All Blacks. L'aboutissement d'une promesse qu'il s'était faite. La récompense d'une courageuse remise en question. Parce que Marc Andreu aurait pu céder à la tentation de jouer les victimes. Il a préféré analyser la situation autrement. "L'Australie était une défaite collective. Des individus ont pêché, c'est comme ça. Ensuite, je n'ai pas su relever le niveau en club. C'était juste une défaite, rien d'autre."

" Mieux se remettre en question, mieux travailler "

N'empêche, ce revers n'a pas été évident à vivre parce que c'était devant ses proches, sa famille. Et il a marqué le point de départ d'un nouvel élan. Il raconte ses pensées : "Quand tu ne retrouves pas l'équipe de France, c'est que tu n'as pas été bon en club. Il vaut alors mieux se remettre en question, mieux travailler. J'aurais voulu que ce retour intervienne plus tôt mais bon... J'ai toujours dit que j'avais envie d'y revenir. J'y suis et je suis très content. Je ne me dégonflerai pas."

Il a réussi les performances qui lui ont permis de faire son retour. "Maintenant, il faut réaliser une bonne performance pour y rester." Marc Andreu a en tout cas les moyens d'y parvenir. Plus mûr, plus expérimenté, Andreu a bien grandi. Évidemment, le style est intact : vitesse, crochets, recherche permanente de l'avancée, goût du duel intelligent. "Je n'ai jamais été très grand et très costaud, j'ai plutôt évité. On essaie de s'en sortir comme on peut : pour moi, c'était plutôt crochets que percussions. J'ai toujours envie d'avancer : quand tu tombes, tu te relèves." Une métaphore de son destin en Bleu. Pas de hasard à le voir debout. Lui même confesse qu'en trois ans, il a eu le temps de devenir plus exigeant. "Dans le travail, dans la concentration, dans les entraînements. Je me donne plus les moyens qu'avant. Il m'a fallu changer des choses."

"J'ai une chance"

Il a touché les premiers dividendes de ce travail avec son équipe du CO dont il était devenu l'un des leaders. Lui qui prendra la direction du Racing-Métro cet été. Un bonheur mais aussi un indicateur de ce qu'il lui reste à faire. Marc Andreu ne voit pas l'affaire autrement : "Quand on travaille, on est toujours récompensé. Le travail a été fourni. Si je continue, ça pourrait perdurer." Il avait quitté les Bleus peu avant le Mondial 2011, il revient au meilleur moment dans la perspective du Mondial 2015. Son atout, c'est qu'il ne se projette pas : "Je n'ai pas envie de voir plus loin que ce match. Là, j'ai une chance : je vais essayer de la saisir."