Michalak - France Australie - 10 novembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

"Restons humbles !"

"Restons humbles !"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 13/11/2012 à 12:35 -
Par Rugbyrama - Le 13/11/2012 à 12:35
Vous avez été nombreux à débattre, en compagnie d'un journaliste de Midi Olympique, sur la qualité du jeu des Bleus face à l'Australie. Revivez le chat.

CLaMiZeer: La charnière Machenaud-Michalak mérite-t-elle d'être reconduite ?

Léo FAURE: Sur sa performance, c'est difficilement contestable. Ils se trouvent bien, ont vraiment assumé la gestion tactique du match et finissent la rencontre avec un gros crédit à leur actif. Clairement, ils s'installent. Mais attention à ne pas enterrer leurs concurrents trop vite. D'abord parce qu'entre les blessés, les méformes et les choix stratégiques, on ne jouera pas pendant trois ans avec 15 joueurs. Ensuite parce que Morgan Parra comme François Trinh-Duc, en plus d'être des joueurs talentueux, ont prouvé par le passé qu'ils savaient se transcender face à la concurrence. Cette situation, au final, ne peut que tirer les Bleus vers le haut.

Rugby56: Un Français n'aurait-il pas eu un carton si il avait effectué le même plaquage que Simmons sur Nyanga ?

Léo FAURE: L'arbitre a clairement indiqué au capitaine des Australiens qu'il n'avait pas vu le numéro du joueur coupable de ce geste. Depuis Simmons a été logiquement cité. La justice sera faite.

Noard: Pensez-vous que Trinh-Duc a perdu sa place de titulaire au sein de l'équipe de France ?

Léo FAURE: Dans l'esprit des sélectionneurs et au regard de la performance de Michalak, cela semble prendre forme. Le poste d'ouvreur demande de la maturité, qui plaide désormais pour le Toulonnais après de longues périodes de doute. Son heure semble avoir sonné. Il lui reste, désormais à confirmer. Mais il est clair qu'il tient la pôle position.

romain83: Pourquoi ne pas appeler des jeunes comme Gunther ou Fickou pour ce match? Ils ont montré avec leur club qu'ils avaient le niveau.

Léo FAURE: Certes, mais on se plaint assez de l'inconstance de l'équipe de France pour ne pas s'en prendre au choix de maintenir les mêmes 24 joueurs. Dans le scénario de ces tests d'automne, la dernière rencontre, face aux Samoa, semble plus appropriée aux essais de jeunes joueurs. Pour l'instant il faut enchaîner. Et la rencontre face à l'Argentine sera tout sauf une partie de plaisir...

Rom: Comment expliquer l'hallucination collective autours des deux demis? Ils n'ont pas été mauvais mais derrière un pack dominateur FTD et Parra auraient fait mieux.

Léo FAURE: Ca, on ne le saura jamais. C'est vrai par contre que Machenaud et Michalak, s'ils ont été très bons, ont aussi été bien servis par un pack dominateur. S'ils sont à nouveau alignés face à l'Argentine, beaucoup plus forte que les Australiens dans l'axe, ils joueront dans un confort bien moindre. On en saura alors bien plus sur leur capacité à gérer sous la pression...

Benjamin: Êtes-vous d'accord pour dire que cette victoire est celle de la bonne gestion des temps forts et des temps faibles ?

Léo FAURE: Ce n'est pas forcément ce que je mettrai en premier en avant. Personnellement, j'y ai plus vu la victoire de l'engagement. L'impact physique, défensivement notamment, imposé par les Français a complètement étouffé les Australiens. Et cela faisait bien longtemps que les Bleus n'avaient pas dominé une grande nation de la sorte, physiquement s'entend. Deux symboles, dans ce domaine: Picamoles et Fofana, qui ont systématiquement avancé sur leurs duels.

Bapt: Picamoles peut-il être le nouveau 8 en puissance ?

Léo FAURE: Très franchement, même si Michalak a été très bon, j'aurais personnellement attribué le talent d'or à Picamoles. Quel match! Sa puissance est un luxe rare, qui a en plus libéré Ouedraogo et Nyanga en leur permettant d'évoluer dans un rôle de coueur qui leur va bien. Chouly à d'autres arguments: ceux de la mobilité, de la qualité du contre en touche et une technique individuelle certainement supérieure balle en main. Mais quand Picamoles impose un tel défi physique, comment s'en passer?

Jeremy: PSA a-t-il trouvé son XV type?

Léo FAURE: Celui du moment, en tout cas, avec une base de joueur qui, si elle confirme face à l'Argentine (ce qui ne sera pas une mince affaire) devrait faire partie du prochain Tournoi. Mais s'il faut désormais réduire le processus des essais au niveau international, il serait aussi dommage de fermer complètement la porte. Bastareaud revient très bien à Toulon, Buttin continue d'évoluer dans le bon sens avec Clermont, Tolofua reste un potentiel très intéressant tout comme Samson en deuxième ligne, Dusautoir, Harinordoquy et Yachvili reviennent petit à petit de blessure... Les grandes lignes, en tout cas, commencent à se tracer.

Nico76: N'y a-t-il pas écran de Machenaud sur l'essai de Picamoles?

Léo FAURE: Effectivement. Il y a aussi Ouedraogo qui retient son vis-à-vis par le maillot et l'empêche de sortir de la mêlée pour défendre. Dans ces cas-là, les Français disent "bien joué", les Australiens disent "on s'est fait voler". A vous de choisir votre camp.

Guest: Pocock, Alexander, Higgingbottam, Cooper, Genia, Ioane, Mitchell, Horwill, O'connor, Faingaa, avec tous ces absents, la France a-t-elle vraiment battue l'Australie ou la B des Warathas? Les Argentins eux n'ont peu ou pas d'absents!

Léo FAURE: La B des Waratahs peut-être pas, mais une équipe très largement diminuée, c'est une certitude. Votre liste parle d'elle-même. Je fais partie de ceux qui pensent que le match face à l'Argentine sera beaucoup plus serré. Restons humbles.

Guest: Que pensez-vous de la première cape de Yannick Forestier?

Léo FAURE: Au diapason. Dominateur en mêlée, secteur dans lequel on pouvait objectivement s'attendre à dominer malgré une communication alarmiste de l'encadrement du XV de France sur les kilos d'écart entre les deux équipes. Au passage, ce ne sont jamais les kilos qui ont fait un bon pilier de mêlée. Présent également dans le jeu. Une première réussie pour celui qui attendait en coulisse d'avoir sa chance depuis quatre ans déjà. Surtout, son âge (30 ans) n'est absolument pas un problème. Il aura 33 ans lors de la prochaine Coupe du monde. Un âge où un pilier n'est absolumment pas dépassé. On peut donc travailler avec lui. Même si, avec Domingo qui revient vite et fort de deux graves blessures, il aura une très forte concurrence au poste dans l'optique du prochain Mondial. Potentiellement, Domingo, on ne fait guère mieux sur cette planète.

Jerem: Quand on voit la prestation de fofana , n'est il pas dommage selon vous de s'en priver au centre du terrain, lui qui gagne beaucoup de duels offensifs et defensifs?

Léo FAURE: Il le dit lui-même: il préfère jouer au centre. Ses performances à Clermont plaident en ce sens: il est un détonateur, celui qui crée les brèches au centre du terrain. Dans ce domaine, il n'y a pas mieux en France. Il lui reste le problème de faire jouer derrière lui, chose dont il est conscient et qui s'améliore. Le poste d'ailier lui enlève ce soucis. Mais franchement, oui, il est tentant de le revoir au centre.

Louis: Quand peut-on espèrer revoir Michalak sous le maillot bleu ?

Léo FAURE: Ce week-end...

Beast: Pourquoi minimiser le succès ? C'est tout de même le groupe australien qui à fait match nul contre les All Blacks...

Léo FAURE: Il n'est pas question de le minimiser, d'autant que la manière est plus que satisfaisante. Juste de rester prudent et de chercher de la constance. C'était d'ailleurs le discours des joueurs à la sortie du match: pas d'euphorie démesurée. D'autant que l'Argentine, qui arrive, sait mieux que personne comment nous faire déjouer en luttant âprement au sol pour ralentir nos libérations de balle et dérégler nos lancements.

Sylvie Vatou: L'équipe de France a-t-elle intérêt à étouffer et presser les Argentins de la même manière que ce qu'ils ont fait contre l'Australie ?

Léo FAURE: Intérêt, évidemment que oui. Mais ce sera complexe. Plus complexe que contre l'Australie, c'est une certitude.