Papé - France Afrique du Sud - 23 novembre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

France-Afrique du Sud - Bulletin de notes: Papé solide, une charnière absente

Bulletin de notes: Papé solide, une charnière absente

Par Clément Mazella via Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 24/11/2013 à 17:29 -
Par Clément Mazella via Midi Olympique - Le 24/11/2013 à 17:29
Samedi, certains joueurs, comme Papé, Huget ou Doussain ont marqué des points. D'autres, à l'instar des piliers ou de la charnière, beaucoup moins. Notre bulletin de notes. 
 

A LEUR AVANTAGE

Les Bleus s’attendaient à un énorme combat devant. Ils ont été servis. Dans l’exercice, le capitaine Thierry Dusautoir n’a pas laissé sa part au chien. Joueur français le plus actif en défense sur le terrain, il a également été très en vue au grattage. Dans les rucks, son vice-capitaine Pascal Papé ne s’est pas non plus ménagé et a été précieux dans les tâches obscures. Troisième homme dont l’activité est à saluer, le talonneur Benjamin Kayser a touché énormément de ballons, s’est démené en défense, comme à son habitude, a été particulièrement propre. Il s’impose chaque match un peu plus comme le titulaire du poste en bleu. Derrière, l’ailier toulousain Yoann Huget s’est rattrapé de ses premiers matchs en demi-teinte en étant l’attaquant français le plus dangereux. Auteur de l’essai en fin de première période, d’un sauvetage miraculeux en seconde et du seul franchissement net des Français, en fin de match, il aura beaucoup tenté aux quatre coins du terrain. Son alter-ego Sofiane Guitoune a également confirmé son bon match face aux Tonga en provoquant beaucoup, et trouvant la brèche sur un service main-main avec Huget. Entrés en jeu, Doussain et Bastareaud ont également eu un apport positif sur le jeu des Bleus.

AU RENDEZ-VOUS

Dans le fond du terrain, Brice Dulin a beaucoup tenté. Parfois avec réussite, grâce à ses appuis très bas, parfois avec moins de brio lorsqu’il s’est retrouvé dans le mur springbok face auquel il a souffert physiquement. Wesley Fofana, pas toujours exact techniquement, a par contre été l’un des rares français à progresser dans le défi physique pour mettre la défense sud-africaine sur le reculoir. Précieux. Sébastien Vahaamahina, Yannick Nyanga et Frédéric Michalak, tous les trois entrés en jeu, ont apporté du dynamisme et permis aux Français de retrouver la marche avant en fin de rencontre.

DECEVANTS

Dans l'ensemble, la première ligne française a souffert samedi soir. Dominés en mêlée fermée, Nicolas Mas et Yannick Forestier n'ont pas eu leur rendement de la semaine précédente dans l'épreuve de force. Et comme le duo de piliers n'a guère brillé dans le jeu, le Montpelliérain et le Castrais n'ont pas marqué de points face aux Springboks. Pas plus que leurs remplaçants comme Thomas Domingo, qui relevait de blessure et était manifestement juste physiquement. Pour preuve, son carton jaune récolté pour un plaquage dangereux sur Bryan Habana, révélateur d'un manque de lucidité. Rabah Slimani a aussi commis une faute, sur une charge avec le coude en avant, lourde de conséquences: sur ce coup, le XV de France pouvait bénéficier d'une pénalité bien placée, et peut-être d'une ultime chance de revenir dans la partie. En deuxième ligne, Yoann Maestri, blanchi mardi de son carton rouge reçu contre les Tonga, n'a pas su saisir l'opportunité. Trop absent des débats, il n'a pas assez pesé dans les zones de combat. Un peu à l'image de Wenceslas Lauret. Le flanker s'est montré moins présent et moins impressionnant physiquement que face aux All Blacks. Pour en terminer devant, Damien Chouly, grande satisfaction de la semaine passée, a été moins en vue et moins à son aise. De la même façon, la charnière, qui avait séduit au Havre, a déçu samedi. Contré d'entrée, ce qui a conduit à l'essai des Boks, Morgan Parra ne s'est pas mis dans les conditions idéales. Il a aussi raté une pénalité largement dans ses cordes en première mi-temps et s'est montré trop approximatif. A ses côtés, Rémi Tales n'a pas su trouver les solutions adéquates et faire basculer le match. Enfin, Florian Fritz n'a pas trouvé la faille dans la défense adverse. Le Toulousain s'est contenté de créer des points de fixation (souvent stériles) et d'inlassablement plaquer sans pour autant être décisif.

 
 

commentaires


  • JONULOMA27/11/2013 16:07

    Alors, ce Benoit Paillaugues, il rentre ou non en XV de France ?

  • JONULOMA26/11/2013 20:04

    Et si (je dis ça, je dis rien ...) on essayait le petit mais fort talentueux Paillaugue en 9 ???

  • JONULOMA26/11/2013 17:22

    Et si (je dis ça, je dis rien ...) on essayait le petit mais fort talentueux Paillaugue en 9 ???