Romain Martial - entrainement argentine france - 13 juin 2012 - Midi Olympique
 
Article
commentaires
XV de France

Martial: "Envie d’y être"

Martial:  "Envie d’y être"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/06/2012 à 10:17 -
Par Rugbyrama - Le 21/06/2012 à 10:17
Pas sur la feuille de match lors du premier test perdu face à l'Argentine (20-23), l'ailier de Castres, Romain Martial, espère jouer samedi le prochain match. A quelques jours de cette revanche, il a confié son envie de prendre part à cette rencontre

Comment se passe votre tournée ?
Romain Martial: Très bien. Je découvre le groupe Bleu. J’ai essayé de m’intégrer au plus vite. J’ai la chance d’avoir été appelé en même temps que Christophe Samson. Nous avons joué ensemble étant jeune à Issoire, en espoir à Clermont, on va se retrouver l’an prochain à Castres et se retrouver là tous les deux en Argentine, on forme un petit couple (rires).

Savez-vous si vous jouerez samedi prochain à Tucuman ?
R.M: J’en ai aucune idée. Les coachs ont brouillé les cartes aux entraînements. Nous avons constamment tourné. C’est bien, tout le monde est motivé et concentré jusqu’au bout. Nous n’avons pas eu le moindre indice. Entres ailiers, la concurrence est saine. Après, j’ai envie d’y être. D’avoir vu les copains samedi, d’entendre la Marseillaise, voire les nouveaux recevoir leur cap, cela fait envie. Ce serait un petit échec personnel si je n’entrais pas sur la feuille de match. Comme tous, je suis un compétiteur, or regarder les matchs en tribune, c’est dur.

Les coachs ont, semble-t-il, musclé leur discours cette semaine ?
R.M: Les images étaient flagrantes et parlaient d’elles-mêmes. Le ton est forcement monté notamment lors des séances vidéo du début de la semaine. Nous avons encaissé deux essais à zéro passe. Bref, nous avons donné le bâton pour nous faire battre. Par les Argentins et par le staff technique.

Tucuman est réputé pour son public chaud. Pas trop d’appréhension ?
R.M: Non, nous en avons parlé entre nous car certains y ont joué avec les moins de 20 ans et nous ont effectivement assuré que le public du stade était très, très chaud. Je crois que c’est la seule grande ville d’Argentine, où le rugby est le sport numéro un. Cela ne fait que décupler mon envie.