Joaquin Tuculet et Florian Fritz - Argentine France - 17 juin 2012 - AFP
 
Article
commentaires
XV de France

Les Bleus tombent dans le traquenard argentin

Les Bleus tombent dans le traquenard argentin

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 17/06/2012 à 17:57 -
Par Rugbyrama - Le 17/06/2012 à 17:57
Dans un stade Mario Kempes de Cordoba acquis à leur cause, les jeunes Pumas ont réussi à surprendre les Bleus (23-20) dans un match débridé. Le XV de France pourra nourrir des regrets tant il a eu la possibilité de l'emporter.

Les Bleus étaient pourtant prévenus, ce premier test-match de la tournée d’été ressemblait en tous points à un traquenard. Ce fut le cas. Car on présentait tout d’abord l’équipe argentine comme inexpérimentée, composée en grande partie de joueurs peu connus en Europe. Pourtant, tout au long de la semaine, les Bleus n’ont eu cesse de rappeler que ces joueurs au maillot ciel et blanc ne sont jamais faciles à manœuvrer. Le lieu de la rencontre, lui aussi, confortait ce sentiment étrange que le XV de France n’allait certainement pas passer un samedi soir tranquille. Imaginez un stade Mario Kempes de Cordoba, habituellement dédié au foot et rempli de près de 46 000 supporters, rêvant de voir leurs joueurs triompher en guise de préparation au Four-Nations.

Finalement, les premières minutes ont suffi à confirmer ce pressentiment. Le temps de quatre minutes et une interception de l’ailier agenais Belisario Agulla qui anticipait une passe hasardeuse de François Trinh-Duc pour aller aplatir dans la zone d’en-but. Les Bleus étaient ainsi punis d’entrée de jeu pour avoir voulu relancer à la main dans leur vingt-deux mètres (4e). Un peu refroidis, les Français n’en perdaient pas pourtant leur envie de produire du jeu et du spectacle. Les hommes de Philippe Saint-André nous gratifiaient même d’une action de haut-vol pour inscrire un essai. A l’origine, une percée du centre Wesley Fofana qui trouvait Brice Dulin au relais. Celui-ci restait debout, attendant le soutien de ses avants. Puis, une fois le ballon libéré, François Trinh-Duc renversait le jeu au pied intelligemment à destination de son ailier Yoann Huget, collé à la ligne de touche. Le futur toulousain volleyait à l’intérieur pour Louis Picamoles qui résistait au retour d’un défenseur argentin et marquait en coin (26e).

Trois minutes de trop…

En tête d’une longueur à la pause (14-13), les Bleus semblaient alors avoir le dessus sur les Pumas, prenant petit à petit l’avantage en mêlée avec l’entrée de Vincent Debaty à la place d’Yvan Watremez. Mieux encore, à la 53e minute, tous les voyants étaient au vert. Morgan Parra venait de donner au pied un avantage de sept points au tableau d’affichage et les Argentins étant réduits à quatorze suite au carton jaune écopé par le troisième ligne Tomas Leonardi.

Mais l’Argentine n’est pas la bête noire de la France pour rien. Malgré l’infériorité numérique, les coéquipiers de Felipe Contepomi, très bon par ailleurs, revenaient dans la rencontre. A force d’approximations et de fautes commises tout au long de la partie, les Bleus n’arrivaient pas à se mettre définitivement à l'abri. A trois minutes du terme, le match allait choisir son vainqueur, réduisant à néant les espoirs des Français. Sur une percée de Frédéric Michalak aux abords des vingt-deux mètres des Pumas, l'ouvreur transmettait le ballon d'une passe acrobatique à Fulgence Ouedraogo. Avant que le troisième ligne montpellierain ne se fasse intercepter. Le temps d’un long coup de pied à suivre dans une défense française prise à défaut, l’ailier Manuel Montero prenait logiquement le meilleur à la course face au pilier Debaty et s’en allait crucifier la France dans un stade de Cordoba en fusion.

Cette rencontre laissera sans nul doute d'énormes regrets au staff français tant ils ont eu des possibilités de l'emporter mais ils ont fait preuve de trop d'approximations. Le rendez-vous est déjà pris la semaine prochaine pour la revanche.

LA FICHE.

FRANCE.- 15. Dulin; 14. Buttin, 13. Fofana, 12. Fritz (22. Mermoz 78e), 11. Huget; 10. Trinh-Duc (21. Michalak 58e), 9. Parra; 7. Ouedraogo, 8. Picamoles (19. Lapandry 66e), 6. Lauret; 5. Maestri (18. Taofifenua 74e), 4. Papé; 3. Attoub, 2. Szarzewski (16. Tolofua 66e), 1. Watremez (17. Debaty 40e).

ARGENTINE.- 15. Miralles (21. Urdapilleta, 40e); 14. Agulla, 13. Tuculet, 12. Contepomi, 11. Montero; 10. Mieres, 9. Landajo (20. Cubelli 48e); 7. De la Vega, 8. Leonardi, 6. Farias; 5. Lozada (19. Baez 56e), 4. Macome (18. Bruno 56e); 3. Tetaz (17. Henn 56e), 2. Postiglioni (16. Bordoy 56e), 1. Guinazu.

Pour la France: 1 essai de Picamoles (26e); 5 pénalités de Morgan Parra (3e, 10e, 22e, 43e) et Trinh-Duc (52e).

Pour l'Argentine: 2 essais d'Agulla (4e) et Montero (76e); 2 transformations de Contepomi (5e, 77e); 3 pénalités de Contepomi (24e, 39e, 56e).