Rocky Elsom - Juin 2010 - Australie - Icon Sport
 
Article
commentaires
Tri-Nations

L'Australie dans la tourmente

L'Australie dans la tourmente

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/07/2010 à 09:47 -
Par Rugbyrama - Le 19/07/2010 à 09:47
Dernière équipe à s'engager dans le Tri-Nations cette année, l'Australie démarrera officiellement son tournoi ce samedi à domicile face à l'Afrique du Sud. Mais les Wallabies ont eux aussi leur lot de déboires, sportifs et extra-sportifs, qui pourraient bien freiner leurs envies d'exploit.

Du côté du staff australien, tout est fait pour préserver le mystère sur la composition qui débutera le match. Durant la semaine d'entrainement à Sydney, le coach Robbie Deans a fait tourner l'effectif, avec des combinaisons différentes chaque jour. De sorte que personne n'ait de garantie quant à une éventuelle titularisation, mais surtout, personne ne puisse prédire le schéma tactique que Deans décidera d'aligner. Entre les joueurs qui reviennent de blessure et ceux qui n'ont pas été bons lors des tests de juin, et alors que l'annonce est attendue pour mardi, au sein des joueurs, la tension est palpable.

Le deuxième ligne Dean Mumm s'est montré dubitatif : "Je n'ai pas été aussi performant que je l'aurais souhaité durant les test-matchs cette année. Donc la porte est ouverte pour quelqu'un d'autre. Je ne suis pas sûr à 100%, il n'y a aucune garantie." Pour le joueur des Waratahs, "tout le monde est en concurrence pour chaque poste". En effet, à l'arrière aussi, on ne sait pas quel sera l'alignement final. James O'Connor reconnaît que rien n'est acquis, et que la concurrence fait rage: "J'espère jouer en tant qu'arrière, mais vous ne pouvez jamais savoir. Il y a beaucoup de compétitions. De toute évidence, ceux qui auront l'état d'esprit tourné vers la puissance physique, sachant que c'est ce que Robbie veut, auront leur place."

Des frasques à répétition...

En plus des incertitudes tactiques, les Wallabies doivent faire face à des affaires extra-sportives dont ils se seraient bien passés. Et il est vrai que depuis quelques temps, les problèmes de discipline et de comportement qui ont frappé plusieurs joueurs ont fragilisé le groupe. On pense bien sûr à Quade Cooper, impliqué dans de sordides affaires de conduite en état d'ivresse, conduite sans permis et plus récemment vol avec effraction, bien que les charges aient été abandonnées après un processus obscur de médiation avec les plaignants. Il a tout de même été condamné à une amende de 7500 dollars par l'ARU, la fédération australienne de rugby, pour "publicité négative". Mais il n'y a pas que lui qui ternisse l'image du rugby australien. Bagarre entre joueurs comme en août dernier où exclusion par l'ARU de Lote Tuqiri en 2009 à cause de son mauvais comportement, les joueurs se montrent très inventifs quand il s'agit de dérapages.

Afin de ne plus défrayer la chronique avec ce genre d'histoires, la fédération a décidé de nommer un "integrity manager", sorte de directeur moral et garant de la bonne conduite du groupe qui sera chargé de surveiller les joueurs en dehors des terrains. Une première ! En place depuis vendredi dernier, Phil Thomson, ancien policier et entraineur, est donc devenu le gardien des moeurs des Wallabies. "L'expérience que j'ai me met dans de bonnes dispositions pour occuper ce poste", a-t-il déclaré après l'officialisation de sa nomination. Sa mission consistera à vérifier qu'aucun international ne fait de paris sportifs (interdits en Australie), qu'ils ne se droguent pas, et qu'ils ne sont pas impliqués dans une quelconque affaire impliquant d'avoir recours à la justice (vol, agression, conduite en état d'ivresse...). En cas d'écart de la part d'un joueur, Thomson devra littéralement mener l'enquête, entendre les témoins et faire un rapport à l'ARU pour recommander les sanctions à prendre. On lui souhaite bien du courage.

... et des rumeurs qui blessent

Et comme si cela ne suffisait pas au bonheur des Australiens, des rumeurs de discordes entre les joueurs et les entraineurs sont apparues dans la presse depuis un mois. Selon elles, le centre et demi d'ouverture Matt Giteau ne se sentirait pas à l'aise dans l'effectif et ne voudrait plus être sélectionné à cause de relations tendues avec Robbie Deans. Tout à commencé lors du test à domicile contre l'Angleterre le mois dernier. Alors que les Anglais mènent d'un seul petit point en toute fin de partie, Giteau manque la pénalité qui aurait donné la victoire à son camp. En conférence de presse d'après-match, il avait déclaré ne pas avoir les idées claires au moment de tirer, ce que les journalistes ont interprété comme l'aveu d'un problème d'ordre personnel entre le joueur et son coach.

En réalité, ce que Giteau voulait dire, comme il s'en est expliqué plus tard, c'est qu'il ne s'était pas encore remis du mauvais coup qu'il venait de recevoir et qui avait justement mené à la pénalité. Voulant mettre un terme aux rumeurs, le joueur a donné une interview au journal The Australian au sujet de son coach : "J'ai toujours aimé travailler avec Robbie. Il m'a beaucoup appris". Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres, et la mauvaise passe que traversent les Wallabies pourrait permettre samedi aux Springboks de se rattraper après leurs deux défaites de suite face aux Blacks.