Rugbyrama

Top 14, transfert - Ces 7 joueurs qui quitteront le Racing cet été

Ces 7 joueurs qui quitteront le Racing cet été

Mis à jourLe 14/01/2016 à 16:12

Publiéle 14/01/2016 à 15:45

Mis à jourLe 14/01/2016 à 16:12

Publiéle 14/01/2016 à 15:45

Article de Anthony Tallieu

Au Racing comme dans tous les autres clubs, certains joueurs vivent leurs derniers mois au sein de leur équipe. S'ils ne sont que deux à l'avoir officialisé, d'autres départs sont sont déjà actés côté Ciel et Blanc. Tour d'horizon de ceux qui en terminent avec leur aventure francilienne.

Cette saison, c'est Alexandre Dumoulin qui a dégainé le premier. Mi-novembre, le centre francilien a ouvert la voie en officialisant sa signature à Montpellier pour les trois prochaines saison. L'ancien Berjallien fut imité quelques jours plus tard par Luke Charteris, qui a levé le voile sur les rumeurs en confirmant son intention de quitter la France pour rejoindre les Anglais de Bath. Tout comme le centre international français et le géant deuxième ligne gallois, d'autres éléments en fin de contrat s'en iront vers d'autres cieux au début du mois de juillet.

Le Gallois Mike Phillips
Le Gallois Mike Phillips - Icon Sport

Après quatre années en France, Mike Phillips (32 ans) va, comme son compatriote Luke Charteris, rentrer en Grande-Bretagne. Plus dans les plans du staff technique, l'ex-Springbok Juandre Kruger (30 ans) cherche un club pour relancer sa carrière, si possible dans l'hexagone. Venu pour remplacer au pied levé Fa'aso, le vétéran Ross Filipo (36 ans) ne sera pas conservé. Même chose pour Luc Barba (23 ans), dont Jacky Lorenzetti lui avait donné "un an pour prouver qu'il peut être le Richie McCaw français" mais qui a disparu des radars depuis la fin de la Coupe du monde. Enfin, le pilier géorgien Davit Kinchagishvili (33 ans) est, lui aussi, prié de se trouver un nouveau port d'attache.

Audrin en stand-by, Castrogiovanni parti pour rester

Également en fin de contrat en juin, Yoan Audrin est dans l'attente. Victime d'une rupture des ligaments croisés antérieur et postérieur du genou droit contre Montpellier le 11 avril 2015, le trois-quarts polyvalent se bat pour retrouver les terrains. À 34 ans, l'ancien Montalbanais ne veut pas raccrocher sur cette blessure. Son idée : obtenir du temps de jeu d'ici la fin de la saison pour convaincre son staff, ou un autre, de lui offrir un dernier challenge.

L'ailier ou centre du Racing, Yoan Audrin
L'ailier ou centre du Racing, Yoan Audrin - Icon Sport

L'Italien Martin Castrogiovanni (34 ans) doit lui aussi prouver qu'il n'est pas fini, lui qui n'a disputé que 26 minutes sous ses nouvelles couleurs. Mais sauf nouveaux pépins physiques à répétition ou volonté contraire du joueur, l'ancien Toulonnais devrait bien faire une année de plus dans les Hauts-de-Seine, comme son contrat d'une saison plus une autre en option le prévoit.

Lever l'option de Masoe et dénicher la perle rare en deuxième ligne

Côté renforts, le staff répète régulièrement qu'il ne faut pas s'attendre à une vague d'arrivées. Le club s'est d'abord attaché à prolonger ses forces vives (Chat, Ben Arous, Chavancy, Laulala, Andreu), ainsi que Dubarry et Gomes Sa. Selon nos informations, il mène actuellement des négociations avec Chris Masoe (36 ans), excellent sur ses dernières sorties et qui, comme Castrogiovanni, possède dans son contrat une saison optionnelle. Le Racing va par ailleurs se renforcer au poste d'ailier/centre et surtout de deuxième ligne.

Offload de Chris Masoe (Racing) face à Glasgow - 9 janvier 2016
Offload de Chris Masoe (Racing) face à Glasgow - 9 janvier 2016 - AFP

Si Fabrice Metz (24 ans) reviendra bien de prêt d'Oyonnax, le club va perdre Charteris, Kruger et Filipo. Des joueurs ont été proposés mais aucun n'a pour l'instant recueilli les grâces du staff francilien. Il s'orienterait vers un joueur étranger, les meilleurs français n'étant pas sur le marché. Enfin, au poste de demi de mêlée, le staff va intégrer à l'effectif professionnel le prometteur Espoir Arthur Retière (18 ans) et, s'il compte déjà dans ses rangs le jeune Xavier Chauveau (22 ans), ne s'interdit pas une recrue pour apporter une alternative plus expérimentée à l'inamovible Maxime Machenaud.

0 commentaire
Vous lisez :