Getty Images

TOP 14 - L'antisèche : Rarement les Clermontois avaient connu pareil trou d'air

L'antisèche : Rarement les Clermontois avaient connu pareil trou d'air

Le 09/09/2017 à 17:39Mis à jour Le 09/09/2017 à 18:40

La Rochelle a fait exploser le champion de France en titre (51-20) après une première mi-temps de rêve, renvoyant les Clermontois aux doutes qu’ils pensaient avoir exorcisé la semaine dernière.

Eurosport Player : Votre journal 100% numérique

Voir sur Eurosport

Le match : La Rochelle, une mi-temps sur un nuage

Un premier essai au bout de 43 secondes, un total de six atteint à la pause… Le moins que l’on puisse dire est que les Rochelais, douchés par une première mi-temps ratée la semaine dernière à Paris, avaient à cœur de réussir leur entame. Poussés par un stade en transe et un Patrice Collazo déchaîné sur son bord de touche, les Rochelais ont tout bonnement étouffé le champion de France, qui n’a pu lui proposer qu’un bref sursaut entre la cinquième et la dixième minute.

Le reste de la première période ne fut qu’un récital à sens unique, marqué d’essais plus sublimes les uns que les autres et d’un incroyable déchet des Auvergnats, incapables de gagner – ou conserver – leurs ballons. On en veut pour symbole ce coup d’envoi manqué de la seconde période, sanctionné là encore d’un essai marqué par Lacroix au bout de 29 secondes, portant le score à un incroyable 48-6 ! Seul regret pour les Maritimes, celui d’avoir légèrement surjoué en deuxième mi-temps, négligeant notamment d’occuper le terrain au pied, perdant même le second acte 14-8. Difficile pour autant de leur en vouloir...

L’action : Lacroix, après 43 secondes !

Selon la formule consacrée, il ne fallait pas arriver en retard au stade Marcel-Deflandre… Il ne fallut en effet que 43 secondes à Gabriel Lacroix pour inscrire le plus bel essai de la partie. Après le coup d’envoi capté par Sinzelle, Aguillon puis Atonio mettaient leur équipe dans le sens de la marche. C’est alors qu’à la surprise des Clermontois qui s’attendaient probablement à un jeu au pied, Ryan Lamb eut la clairvoyance d’aller chercher les extérieurs où, après un superbe mano à mano entre Paul Jordaan et Levani Botia, Gabriel Lacroix parvenait à battre Lopez en un contre un pour s’ouvrir la voie d’un essai de 90 mètres. La première pierre d’un sublime triplé pour l’ailier de poche des Maritimes.

Gabriel Lacroix

Gabriel LacroixIcon Sport

Le facteur X : le sévère carton de Raphaël Chaume

Petite cause, grande conséquence… C’est en effet à la demi-heure de jeu, alors que le score n’était « que » de 22-6, que M.Poite a pris une décision qui allait accélérer le sort du match. En effet, sur une touche auvergnate, Victor Vito a contré le ballon au nez et à la barbe de Sitaleki Timani, avant de s’écrouler spectaculairement au sol. Après consultation de son juge de touche, l’arbitre international choisissait d’exclure le pilier clermontois Raphaël Chaume, jugé coupable d’être passé sous le sauteur rochelais.

Particulièrement sévère pour ce dernier qui, dos à Vito, ne pouvait pas le voir… D’autant plus que, si Timani avait bien eu le réflexe coupable d’attraper Vito au maillot, la chute de ce dernier devait surtout à son partenaire Uini Atonio, qui l’avait en réalité lâché avant sa redescente… La conséquence ? C’est que sur l’action qui suivit, La Rochelle a profité de sa supériorité numérique pour traverser facilement la défense asémiste, et provoquer un essai de pénalité assorti d’un carton jaune pour Rémi Grosso. Le début de la débâcle puisque, durant les dix dernières minutes de la première période, les Rochelais ont inscrit la bagatelle de trois essais, soit 21 points, pour faire monter le score à 43-6.

La stat : 4 minutes sans le ballon pour l’ASM

C’est anecdotique, mais c’est probablement du jamais vu en Top 14. Il a en effet fallu attendre montre en main quatre minutes de jeu pour qu’un Clermontois (hormis les coups d’envoi tapés par Camille Lopez) touche pour la première fois le ballon du match ! Signe de l’emprise totale des Maritimes sur l’entame de la partie, qui les vit brillamment remonter le ballon à la main selon des schémas clairement établis, face à une défense auvergnate il est vrai bien poreuse...

La décla : Franck Azéma

" Il n'y avait pas de contenu collectif, on avait moins d'envie qu'eux. Ce match, je le classe dans le Top 3 des matches les plus pauvres que j'ai connus de notre part"

La question : Clermont, trop gros pour être vrai ?

On a beau chercher, fouiller notre mémoire, jamais l’ASMCA n’avait paru aussi dominée sur un terrain de Top 14. S’agissait-il simplement d’un jour sans, comme les joueurs l’évoquaient après la rencontre ? On le souhaite pour les Clermontois, en manque d’envie et finalement secoués comme jamais. Mal réglés en conquête, incroyablement maladroits ballon en main, multipliant les pertes de balle au contact, les Auvergnats sont clairement apparus battus dans le défi physique.

Pas vraiment de hasard à cela, à vrai dire… Le match livré la semaine dernière face au RCT (ainsi que leur deuxième mi-temps à Bordeaux) l’avait déjà laissé entendre : après une saison 2016-2017 éprouvante (puisque conclue par deux finales), les Auvergnats semblent clairement en panne de jus en ce début de saison. Plombés par les absences, le groupe de Franck Azéma semble avoir aussi payé un lourd tribut à la préparation physique consentie par les internationaux français. Des explications qui ne satisferont pas grand-monde, mais qui ont le mérite d’exister. Ainsi que cette dernière demi-heure un peu plus convaincante, marqués par deux essais de Lee et Betham,sur laquelle l’ASMCA pourra s’appuyer dans la préparation du « derby » contre Brive...

Le sondage

Après ce match, la Rochelle fait-elle figure de favorite pour le titre ?

Sondage
3193 vote(s)
OUI
NON
0
0