Icon Sport

TOP 14 - À Qera (Agen) vaillant, rien d'impossible

À Qera vaillant, rien d'impossible

Le 10/08/2017 à 10:29

TOP 14 - Poussé vers la sortie à Montpellier comme cinq de ses coéquipiers, Akapusi Qera jouera bien en Top 14 cette saison : à 33 ans, le capitaine des Fidji a choisi de se lancer un nouveau défi, celui du maintien avec Agen. Rencontre avec un sage.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Il était promis à prendre part cette saison à une conquête : celle du Brennus avec Montpellier, son deuxième club en France après le Stade toulousain. Akapusi Qera, le capitaine des Fidji, aurait dû viser haut sous les ordres de Vern Cotter, nouvel entraîneur en chef du MHR. En octobre 2015, Qera avait justement prolongé son contrat jusqu'en juin 2018 pour se confronter aux sommets. Mais le 23 mai dernier, Qera apprenait avec cinq de ses coéquipiers que son contrat était, dans l'esprit de Mohed Altrad, un engagement périmé. Poussé vers la sortie, invité à s'en aller libéré : clairement viré. "Dans un premier temps, j'ai eu du mal à accepter cette décision, d'autant plus que nous étions en fin de saison", se souvient-il. Et puis le fatalisme a pris le relais. "C'est la vie. On a du partir."

Encadrer l'Académie SUA

L'histoire de sa vie. Premier exil à l'adolescence quand il a quitté les Fidji pour la Nouvelle-Zélande et le Whanganui City College où est aussi passé le All Black Naholo. Puis après un retour au pays et une intégration au sein des Coastal Stallions. Nouveau départ à l'automne 2006 vers la 2e division anglaise et Pertemps Bees. Une saison lui suffit pour se faire repérer par Gloucester : il y restera 7 ans avant de rejoindre le Top 14 : Toulouse et Montpellier, qu'il imaginait en terminus. Le MHR n'aura finalement été qu'une autre étape pour le 3e ligne fidjien. Le Top 14 ne l'a pas vu dire son dernier mot. Qera a prouvé suffisamment pour se voir offrir un dernier défi : dernier arrivé à la table du Top 14, Agen n'a pas laissé passer l'opportunité. Qera, lui, n'a pas hésité : "J'avais plusieurs options devant moi. J'ai préféré Agen. Je m'y sens déjà bien. J'aime cette atmosphère qui y règne. C'est un club qui a une belle histoire dans le championnat. Et c'est un club ambitieux, déterminé à rester en Top 14. J'ai des amis qui ont joué ici comme Api Ratuniyaraw. Je connaissais Filipo Nakosi : j'ai pris des informations et je sais à quoi m'attendre."

Akapusi Qera sous les couleurs de Montpellier - 31 décembre 2016

Akapusi Qera sous les couleurs de Montpellier - 31 décembre 2016Icon Sport

Pour lui, il ne saurait être question cette saison du Brennus. Qu'importe, ce qui compte avec Qera, c'est se donner des ambitions et les considérer avec sérieux. Parce qu'il a joué avec les Fidji en juillet, Qera n'a repris l'entraînement que lundi. Mais ses premières séances ont de suite donné le ton : Qera est un homme à suivre. Lui est prêt à transmettre. Encadrer la jeune garde issue de l'Académie SUA , un challenge qui lui plaît. "Ça va être dur, intense. Mais c'est bien pour le rugby français." Cet homme n'est pas le capitaine des Fidji pour rien...

" Je crois qu'avec les joueurs, le staff, nous pouvons réussir. On ne peut rien construire en un jour et on aura besoin de temps"

Il a tourné la page montpelliéraine et se concentre totalement sur son nouveau défi. "Je crois qu'avec les joueurs, le staff, nous pouvons réussir. On ne peut rien construire en un jour et on aura besoin de temps. Mais la compétition est longue et nous avons des objectifs précis en tête. Je suis confiant. On ne va pas se chercher d'excuse. Pourquoi ne serions nous pas capables de travailler, de progresser et d'atteindre nos buts ?"

Après tout à Agen, on a déjà appris à rêver en fidjien. Qera le sait mais il est des piqures de rappel qu'il ne peut éviter. Dans le tunnel qui guide vers la pelouse d'Armandie, le 3e ligne découvre le mur des internationaux de l'histoire du club. Dans l'espace réservé à la sélection fidjienne, s'affiche le nom le plus fameux : celui de Rupeni Caucaunibuca. "Il est connu et respecté", glisse t-il. Qera, dans un autre style, a tout pour devenir son héritier. Ce chrétien très pratiquant se marre : "Je suis peut-être plus sage mais il est plus rapide." On lui fait remarquer qu'il marque beaucoup pour un avant, il sourit : "Parce que je suis au bon endroit au bon moment." À Agen, Qera donne de l'espoir. Et il va insister.

Akapusi Qera sous les couleurs de Montpellier - 6 janvier 2017

Akapusi Qera sous les couleurs de Montpellier - 6 janvier 2017Icon Sport

0
0