Getty Images

RUGBY - TOP 14 - Le Racing 92 revient de loin, la bonne affaire du MHR... Le résumé de ce samedi

Le Racing revient de loin, la bonne affaire du MHR... Le résumé des matches de samedi

Le 29/10/2017 à 12:37Mis à jour Le 29/10/2017 à 13:01

TOP 14 - Les Franciliens ont renversé l’UBB à quatorze contre quinze, le MHR s’est offert Pau au Hameau, Toulon et Clermont en demi-teinte, le Lou reste sur son nuage… Bilan des cinq premiers matches de cette huitième journée de Top 14.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Toulon – Brive : 41-24

L'un des matches les plus marquants de cette huitième journée. D’abord parce qu’en prenant quatre cartons jaunes en l’espace de dix minutes, le CABCL s’est retrouvé quelques secondes à onze sur le terrain (sans réellement jouer à 11, Germain se faisant sortir sur la dernière action de la première période et Asieshvili faisant son retour au coup d'envoi de la seconde), soit le minimum pour pouvoir continuer une rencontre.

Aussi parce que le RCT aurait pu profiter de cette hécatombe pour infliger à la lanterne rouge du championnat la raclée de l’année, mais il a, au lieu de cela, tremblé en fin de match pour son bonus offensif. Enfin parce Florian Cazenave était titulaire pour la première fois en Top 14 depuis qu’il a perdu un œil en 2013, la rare bonne nouvelle de ce samedi pour Brive.

Vidéo - Bonneval : "Un match à l'image de notre début de saison..."

00:36

Racing 92 – UBB : 29-13

Là encore une histoire de carton. Rouge cette fois, pour Virimi Vakatawa suite à un plaquage cathédrale. On jouait la demi-heure de jeu et le Racing 92 était bousculé chez lui à Colombes et mené quelques secondes plus tard (8-7). Sauf qu’être à quatorze durant deux tiers d’un match ne fait décidément pas peur aux Franciliens, qui se sont rappelés aux bons souvenirs de la finale de Barcelone contre Toulon en 2016. Incapable de maîtriser les débats en supériorité numérique, l’UBB a subi une marée ciel et blanche et n’était même pas loin de concéder un bonus offensif. Au final, une grosse déception pour les Girondins, bredouilles, et un match fondateur dans l’état d’esprit pour le duo Labit-Travers.

Pau – Montpellier : 16-22

La Section avait une belle carte à jouer face à un MHR très remanié mais elle s’est plantée. Privé de sa charnière titulaire Pienaar-Cruden, des frères du Plessis, du vice-capitaine Ouedraogo et obligé de réorganiser sa ligne de trois-quarts suite au forfait de dernière minute de Dumoulin, Vern Cotter ne doit pas être mécontent du comportement de son équipe, dominatrice pendant une heure puis résiliente sur la fin alors qu’elle avait perdu Fall, Bardy et Kubriashvili dans la bataille. Une victoire logique qui comptera pour Montpellier dans sa quête des sommets.

Benoit Paillaugue (MHR), face à Thibault Daubagna (Pau) - Top 14 (28 octobre 2017)

Benoit Paillaugue (MHR), face à Thibault Daubagna (Pau) - Top 14 (28 octobre 2017)Getty Images

Lyon – Oyonnax : 52-18

La lecture du classement et des dynamiques en présence ne laissait que peu de chances à l’USO et de surprise il n’y a pas eu à Gerland. Même si le LOU a pris son temps, inscrivant cinq de ses sept essais dans la dernière demi-heure, le résultat est là : un quatrième succès à cinq points pour les Lyonnais et une sixième défaite de la saison pour Oyonnax. Les hommes de Pierre Mignoni reste en tête du classement et ne pourront plus se cacher bien longtemps quant à leurs ambitions cette saison.

Clermont – Paris : 33-10

Le score final est trompeur, Clermont ne s’est pas tant amusé que cela. Pas dans le jeu courant en tout cas où le champion de France s’est montré très brouillon. Heureusement pour lui, il a pu compter sur une mêlée souveraine qui a martyrisé celle du Stade français. Dans cet exercice, Rabah Slimani s’est régalé face à son ancienne équipe. C’est le point fort que retiendra Franck Azéma pour la suite. À défaut de voir ses arrières briller, le manager de l’ASMCA a également pu remettre Wesley Fofana dans le circuit, en lui offrant une titularisation neuf mois après sa rupture du tendon d’Achille.

Vidéo - Fofana : "Pas de peur, pas de douleur"

00:17
0
0