Icon Sport

"Tout ça pour ça", "Content, bien sûr"... L'abandon de la fusion ravit beaucoup de monde

"Tout ça pour ça", "Content, bien sûr"... L'abandon de la fusion ravit beaucoup de monde
Par Clément Mazella via AFP

Le 19/03/2017 à 17:21Mis à jour Le 19/03/2017 à 17:36

TOP 14 - Nombreuses ont été les réactions positives des acteurs du rugby après l'annonce de l'abandon de la fusion entre le Racing 92 et le Stade français. Tour d'horizon.

Henry Chavancy (centre du Racing 92)

"Tellement heureux de me dire que j'aurai l'occasion de jouer pleins d'autres derbys en Ciel et Blanc".

René Bouscatel (président du Stade Toulousain)

"La fusion était une solution préconisée par deux clubs, face à une situation économique certainement difficile, je n'ai pas à me prononcer dessus. Si la fusion ne se fait pas, qu'est-ce qu'il va se passer ? Est-ce qu'il y aura une poursuite de l'activité par le Stade Français par la famille Savare ou un repreneur ? Est-ce qu'il y aura un dépôt de bilan ? Je n'en sais pas plus. Avant de se réjouir ou de ne pas se réjouir, il faut savoir ce qu'il va se passer après. Je souhaite que les deux se maintiennent très sincèrement. Il appartient aux deux présidents de savoir ce qu'il faut faire. Je porte un regard très négatif sur l'évolution du rugby français ces derniers temps".

René Bouscatel (président de Toulouse)

René Bouscatel (président de Toulouse)AFP

Pierre Mignoni (entraîneur de Lyon)

"Je suis surtout content pour le rugby français, au moins c'est clair, c'est bien et je crois que maintenant il faut avoir une certaine sérénité dans notre championnat, que tout le monde reprenne son calme et qu'on arrive à se mettre autour d'une table pour que l'équipe de France brille et que nos clubs soient sereins pour l'avenir. Content que cette fusion ne se fasse pas ? Oui, c'est mon avis à moi. Les deux présidents ont essayé de faire un truc, ils ont compris que c'était très compliqué. Ce sont deux clubs magnifiques, je suis bien content que ce soit clair, j'espère qu'on va continuer à voir le Stade français au plus haut niveau".

Pierre Mignoni (Lyon)

Pierre Mignoni (Lyon)Icon Sport

Ugo Mola (entraîneur de Toulouse)

"Tout ça pour ça... Après, je suppose qu'il y a des choses qui nous dépassent à tous. Vous vous doutez bien que je suis pas au coeur du dossier mais la seule chose qui était assez particulière, c'était de voir deux clubs historiques rayés de la carte par le biais d'une fusion. Je suis peut être trop traditionnaliste mais la tradition a des choses importantes à donner, malgré le temps, et balayer des clubs... Il faut garder un peu de mesure dans tout ça. C'était dommage de voir deux clubs disparaître, même s'il faut reconnaitre que M. Savare y laisse beaucoup d'argent. Ma préoccupation, c'est que l'on garde de gros clubs forts en France".

Ugo Mola (Toulouse)

Ugo Mola (Toulouse)AFP

Frédéric Michalak (demi d'ouverture de Lyon)

"Je pense que ça aurait pu être quelque chose de futuriste mais ça ne se fait pas qu'entre deux personnes, genre on se serre la main. Il y a des associations, des bénévoles dans un club, des joueurs, il y a du monde derrière. C'est du sport, le rugby ça reste des valeurs qu'on doit véhiculer et si les présidents véhiculent pas des belles valeurs, comment voulez-vous que derrière les écoles de rugby les joueurs montrent l'exemple ? Je suis content que cette fusion ne se fasse pas, bien sûr".

Frédéric Michalak (Lyon)

Frédéric Michalak (Lyon) Icon Sport

Robins Tchale-Watchou (président du syndicat Provale)

"Quel gâchis tout ça pour rien"...

Raphaël Poulain (ancien joueur du Racing 92 et du Stade français)

"Sortir du Pousse au Crime en plein jour et apprendre la "non-fusion", merci qui ? Merci Jacky et vive le Racing 92 et vive le Stade français".

0
0