Icon Sport

TOP 14 - Montpellier - Racing 92, ce match que le MHR ne voulait pas jouer

Montpellier - Racing, ce match que le MHR ne voulait pas jouer

Le 21/04/2017 à 12:06

TOP 14 - Initialement prévue le 18 mars, la rencontre entre Montpellier et le Racing aura finalement bien lieu, après moult rebondissements, ce samedi à l'Altrad Stadium (18h45). Avec des Héraultais à la joie très modérée...

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Au final, s'agira-t-il d'un match comme un autre ? "Je ne sais pas si j'ai envie de répondre à cette question... Non, je répondrai après le match, car quoi que je dise, ça pourrait être mal interprété, ou les motiver", répond Kélian Galletier. En une phrase, le flanker n'a rien dit et tout dit à la fois, témoignant de l'ambigüité des sentiments qui habitent les Cistes au moment où ils s'apprêtent à recevoir leurs homologues Racingmen. Jake White avait pour sa part affirmé sans détour il y a quelques semaines ne pas souhaiter que ce match se déroule et perturbe la préparation de son équipe dans la dernière ligne droite du Top 14. Dans les déclarations des deux hommes ne transpirent d'un ressenti objectif vis-à-vis d'une situation que le MHR est obligé de subir.

En revanche, la sortie d'Henry Chavancy quant à la volonté des joueurs du Racing de ne pas faire grève, et donc de maintenir le match, allant à l'encontre de la version de Paul Goze, a fini de faire basculer certains Héraultais dans une légère rancœur. Au premier rang desquels Antoine Battut : "Henry a toujours été un garçon honnête, donc ça ne me surprend pas, car c'est un très bon gars. Si on revient à ce qu'il dit, et qu'on se souvient ce qu'avait dit Robins Tchale-Watchou (président de Provale, ndlr) sur les réseaux sociaux en sortant, qui avait assuré qu'en aucun cas les joueurs du Racing 92 n'avaient demandé la grève, finalement on le savait déjà. On savait très bien que le Racing ne souhaitait pas faire grève, qu'il voulait simplement reporter le match pour le confort". Là, au moins, les choses sont claires.

Antoine Battut (Montpellier) - avril 2017

Antoine Battut (Montpellier) - avril 2017Icon Sport

" Ça ressemble à des petits arrangements entre amis (Battut) "

Lui-même ancien de la maison Racing, il n'a pas vraiment goûté les méthodes des dirigeants de la Ligue et des Ciel et Blanc. "D'un point de vue très personnel, ça ressemble à des petits arrangements entre amis, entre certaines personnalités dirigeantes du rugby. Et franchement, ci ces gens ne s'aperçoivent pas qu'ils desservent de plus en plus l'image du rugby, c'est sans fin ! En ce moment, en France, on a vraiment une autre image à donner du rugby, et ce serait beau que cela commence par nos dirigeants et certains présidents", assène le troisième ligne.

Il est néanmoins plus que temps de digérer la décision du report, aussi regrettable soit-elle, et de se tourner vers un match qui ne manquera pas d'importance. "Ces luttes internes entre Fédération et Ligue sont un peu étonnantes, encore une fois, il semble que plus vous avez de l'argent, plus vous êtes puissant... Mais nous avons accepté la décision, et maintenant il faut jouer ce match, car c'est la seule chose que nous pourrons contrôler. Surtout face à un Racing qui commence à produire un bon rugby, qui vient de battre Toulouse chez lui et qui ne laissera rien au hasard en venant ici", souffle un Nemani Nadolo philosophe.

Nemani Nadolo (Montpellier) - avril 2017

Nemani Nadolo (Montpellier) - avril 2017AFP

L'ailier vedette du MHR ne sera d'ailleurs pas de trop samedi. Rapidement revenu en forme après quelques pépins de santé, il pourrait d'ailleurs faire face à un autre Fidjien, d'origine en tout cas, en la personne de Joe Rokocoko. Et croyez-le ou non, les deux hommes ne se sont encore jamais croisés sur un terrain ! "C'est amusant que nous ne nous soyons jamais rencontrés, car nous venons de la même province, on doit même être de lointains cousins. C'est un des meilleurs ailiers du monde, et pour quelqu'un qui a vu passer quelques années, il est encore en grande forme. Ce qu'il arrive à faire sur un terrain ne doit jamais être pris à la légère", prévient le colosse. Entre la capacité d'évitement du Francilien et la puissance implacable du Montpelliérain, on espère donc assister à un belle opposition de styles samedi, pour ce qui sera donc, en prime, une première mondiale. De quoi faire oublier un contexte un tantinet pesant.

0
0