Icon Sport

TOP 14 - Malgré un parcours compliqué, le RCT a su répondre présent

Malgré un parcours compliqué, Toulon a su répondre présent

Le 16/06/2017 à 16:38Mis à jour Le 16/06/2017 à 16:47

TOP 14 - Avant-dernier volet de notre bilan du championnat avec Toulon. La saison du RCT n'a pas été de tout repos entre le faux départ du président Boudjellal et les nombreux changements de managers. Pourtant, les Varois sont passés près de remporter un 5e bouclier de Brennus.

La saison : les montagnes russes

Les Toulonnais sont passés par tous les états durant cet exercice 2016/2017. Une saison marquée par les évictions de Diego Dominguez, Mike Ford mais également Jacques Delmas et Steve Meehan. On a par ailleurs eu droit au vrai faux départ de Mourad Boudjellal avec l'épisode de la vente.... Bref, Toulon n'a jamais aussi bien porté sa devise "Ici, tout est différent".

Malgré un parcours chaotique, ce RCT a su répondre présent dans les moments clés pour terminer à la 4e place du championnat. Sous la houlette d'un ticket Cockerill - Giteau - Dal Maso. Un barrage face à Castres, une demi-finale face à La Rochelle et Toulon s'est retrouvé à ferrailler en finale face à Clermont. Avec presque des regrets sur cette finale perdue. En Coupe d'Europe, ce fut compliqué. Sorti par miracle des poules après avoir arraché un bonus face aux Saracens, le RCT est tombé au Michelin en quart et cette fois-là, il n'y avait pas eu match.

Richard Cockerill - Toulon

Richard Cockerill - ToulonAFP

Le chiffre : 2

Comme le nombre de managers virés (Dominguez et Ford) mais surtout comme le nombre de finales perdues en 2 ans. Après l'échec à Barcelone face au Racing, le RCT a une nouvelle fois vu le bouclier lui passer sous les nez. C'est la 4e depuis 2012. Attention à ne pas devenir le nouveau Clermont !

La révélation : Anthony Belleau

Toulon est souvent pointé du doigt pour ne pas laisser sa chance aux jeunes. Les circonstances de cette saison ont forcé le destin. Privé de numéros 10 en raison des blessures de Trinh-Duc et de Giteau et avec un Pierre Bernard qui n'entrait pas dans les plans du staff, Toulon a joué sa demi-finale et une partie de sa finale avec un ouvreur de 21 ans. Anthony Belleau a répondu aux attentes. Son drop victorieux face à La Rochelle lui a donné du crédit. En finale, il a tenu son rôle malgré ses 2 pénalités sur les poteaux. Il devait partir à Agen sous forme de prêt, il va finalement rester sur la Rade. Pour confirmer ?

Anthony Belleau (Toulon) - 4 juin 2017

Anthony Belleau (Toulon) - 4 juin 2017AFP

La déception : François Trinh-Duc

Si la saison de Toulon a été irrégulière, c'est aussi parce que certains joueurs n'ont pas été à la hauteur ou n'ont tout simplement pas pu s'exprimer pleinement. Sur ce dernier point, on pense notamment à François Trinh-Duc. Sur les bords de la Rade, on attendait beaucoup de l'ouvreur international. Pour lui comme pour tout le monde, cette saison aura un goût d'inachevé.

Pas toujours à l'aise sur la pelouse dans un premier temps, l'ancien Montpelliérain avait fini par trouver la bonne carburation avant de se fracturer l'avant-bras en novembre dernier sous le maillot de l'équipe de France. Il est revenu au mois de mars, avant de se blesser une nouvelle fois fin avril. Il a tenu sa place en barrage avant de rechuter. Il a joué une vingtaine de minutes en finale avec une remise sur pieds presque miraculeuse.

L'avenir : le début du cycle Galthié

Un nouveau cycle démarre à Toulon avec (enfin) l'arrivée de Fabien Galthié à la tête de l'équipe. Un nouveau projet est mis en place avec la volonté de "franciser" l'équipe (liée également aux contraintes de règlement). Mourad Boudjellal a longtemps couru derrière le l'ancien manager du MHR. Les deux hommes sont enfin réunis avec Fabrice Landreau, qui rejoint également les rangs varois. Tout ce monde travaille déjà depuis de longues semaines sur la prochaine saison. Toulon dit également adieu à des joueurs comme Giteau, Mitchell, Smith ou Orioli. Le RCT se reconstruit. Il faudra être patient, pas forcément une valeur locale.

Fabien Galthié et Mourad Boudjellal

Fabien Galthié et Mourad BoudjellalAFP

Le recrutement : du lourd, du prometteur et du Français

Le gros coup de Toulon reste la signature de Facundo Isa. Le troisième ligne argentin devait se diriger vers Toulouse avant de changer d'avis. Passé par le RCT en 2013/2014, le joueur de 23 ans avait eu du mal à s'adapter. Plus mature, il revient cette fois dans la peau d'un titulaire en puissance. Autre gros coup de Boudjellal, la signature de Chris Ashton.

L'Anglais, qui détient le record d'essais marqués en Coupe d'Europe sera l'une des sensations de notre championnat. Avec son tempérament volcanique, il devrait vite se sentir chez lui à Toulon. Autre "phénomène", Semi Radradra. Star du rugby à 13, le Fidjien s'annonce comme un sacré client. Côté français, le RCT accueille également Monribot, R. Lakafia, Wisniewski et H. Bonneval. Si Luke McAlister a également été officialisé, d'autres recrues devraient encore arriver, notamment au centre.

0
0