Icon Sport

MONTPELLIER - RACING 92 (13-22) - L'antisèche : C'était mission impossible pour ce MHR handicapé

L'antisèche : C'était mission impossible pour ce Montpellier si handicapé...

Le 20/05/2017 à 21:01Mis à jour Le 20/05/2017 à 21:10

TOP 14 - Il manquait de nombreux joueurs à Montpellier et le MHR l'a payé cash ce samedi en barrage face au Racing 92 (13-22). Face à un tenant du titre au jeu retrouvé, la mission s'est avérée impossible pour des Héraultais beaucoup trop diminués.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Le jeu : le meilleur match du Racing cette saison

À l'image du premier barrage de vendredi soir entre Toulon et Castres, on a eu droit ce samedi à un duel hyper engagé entre Montpellier et le Racing. La preuve ? Les 5 protocoles commotion qui ont concerné Nemani Nadolo (2 fois), Bismarck du Plessis, Willie du Plessis et Brice Dulin (Juan Imhoff a aussi quitté le terrain au bout de 8 minutes à peine). Et ce combat de tous les instants, ce sont les Franciliens qui l'ont remporté. Aux points.

Après une saison régulière pourrie par les déboires, les champions de France en titre ont sorti au meilleur des moments leur prestation la plus aboutie de l'année. Les Racingmen ont absolument tout donné et tout tenté, sur un rythme incroyable, pour faire vaciller les Héraultais. Pari réussi : ce MHR diminué a souffert, s'est accroché, mais a fini par céder sous les coups de boutoir ciels et blancs. Qu'on se le dise : le tenant du titre est toujours vivant !

Les joueurs : immenses Nakarawa, Nyanga et Rokocoko

Ce samedi sur la pelouse de l'Altrad Stadium, 3 Racingmen ont particulièrement brillé : Leone Nakarawa, Yannick Nyanga et Joe Rokocoko. Le 2e ligne fidjien a tout simplement été immense, touchant un nombre incroyable de ballons et réalisant des offloads tous plus fous les uns que les autres. C'est aussi lui qui a lancé le super match des siens en marquant un essai de filou en début de partie.

Leone Nakarawa (Racing 92) face à Montpellier - 20 mai 2017

Leone Nakarawa (Racing 92) face à Montpellier - 20 mai 2017AFP

Grosse activité également pour le 3e ligne tricolore, présent aux 4 coins du terrains, qui s'est vu refusé une réalisation pour un bout d'orteil en touche et qui a envoyé Teddy Thomas derrière la ligne. L'ailier all black a lui été récompensé de sa grande prestation en fin de rencontre en inscrivant le 3e essai du Racing. Du côté de Montpellier, Charles Géli et Jannie du Plessis ont effectué des rentrées catastrophiques. Le talonneur a multiplié les maladresses alors que le pilier droit s'est fait tordre en mêlée et a commis des fautes grossières avant de se faire exclure pour avoir donné 2 coups de poing à Bernard Le Roux.

Le facteur X : des cartons pour Montpellier, pas pour le Racing

17. C'est le nombre très elevé de fautes commises par le Racing ce samedi. Pas suffisant toutefois pour que Romain Poite ne sorte de carton à l'encontre des Franciliens. Si la supériorité des Racingmen ne fait aucun doute sur ce match, Le Roux aurait notamment mérité un jaune pour un déblayage via une prise au cou sur Antoine Guillamon dès la 5e minute de jeu. L'arbitre de ce barrage n'a pourtant pas hésité à envoyer Francois Steyn 10 minutes au frigo 40 minutes plus tard pour un plaquage dangereux sur Yannick Nyanga. Même effets, mais pas la même sanction... Chris Masoe a lui écopé de 3 pénalités consécutives juste avant la mi-temps, sans être renvoyé. Le MHR, sanctionné par un jaune et un rouge, n'a lui commis que 8 fautes.

Le tweet moche

La stat : 4

C'est seulement la 4e fois en 16 barrages qu'une formation parvient à s'imposer à l'extérieur. Le Racing l'avait déjà fait à Toulouse en 2014, Montpellier à Castres en 2011 et Castres à Clermont en 2014.

La décla : Benoît Paillaugue (demi de mêlée de Montpellier)

" Avec la finale perdue en 2011, c'est ma plus grosse déception. Perdre un quart de finale à domicile, ça fout les boules. C'est terrible..."

La question : le MHR avait-il les armes pour lutter ?

Non. Clairement, Montpellier n'avait pas les moyens de rivaliser avec un Racing à un tel niveau. Le rouleau compresseur héraultais qui a fait peur cette saison s'appuyait sur ses hommes forts. Et l'absence de certains cadres s'est faite ressentir. Tout comme les sorties prématurées de ce samedi. Il manquait notamment à Jake White pour ce barrage 2 titulaires de sa ligne d'attaque type cette saison. Jesse Mogg ou Benjamin Fall à l'arrière et Alexandre Dumoulin ou Joe Tomane - en grande forme avant sa blessure - au centre. En tout, c'est 9 forfaits qu'a déploré le staff héraultais, dont 7 dans sa ligne de trois-quarts ! La liste des blessés ? Davit Kubriashvili, Antoine Battut, Alexandre Dumoulin, Yvan Reilhac, Joe Tomane, Vincent Martin, Marvin O'Connor, Benjamin Fall et Jesse Mogg.

Nemani Nadolo (Montpellier) face au Racing 92 - 20 mai 2017

Nemani Nadolo (Montpellier) face au Racing 92 - 20 mai 2017AFP

Au centre, c'est carrément une hécatombe qui a touché le MHR, privé de 4 éléments (Tomane, Dumoulin, Reilhac et Martin). Il ne faut pas oublier non plus les sorties de Bismarck et Willie du Plessis dès les 24e et 28e minutes de jeu. Et le fait que Nemani Nadolo a traversé ce match tel un fantôme. Montpellier n'a pas pu compter sur son meilleur joueur et cela s'est avéré être un énorme handicap. Touché dès l'échauffement, l'ailier fidjien a ensuite fait des allers-retours aux vestiaires pour répondre à 2 protocoles commotion, sans pouvoir imposer sa puissance et peser sur ce barrage. Ça en était trop pour Montpellier, qui a lâché prise sans ses leaders de jeu...

0
0