Icon Sport

Top 14 - Toulouse: René Bouscatel estime que la Ligue "favorise" les équipes sans internationaux

Bouscatel estime que la Ligue "favorise" les équipes sans internationaux
Par AFP

Mis à jourLe 09/03/2016 à 16:41

Publiéle 09/03/2016 à 16:41

Mis à jourLe 09/03/2016 à 16:41

Publiéle 09/03/2016 à 16:41

Article de AFP

TOP 14 - La Ligue nationale de rugby "favorise" les équipes qui ont peu d'internationaux au détriment de celles qui en possèdent beaucoup, a estimé mercredi René Bouscatel, président de Toulouse, qui accueille vendredi Bordeaux-Bègles en Top 14 sans plusieurs joueurs retenus avec les Bleus.

Le Stade toulousain reçoit l'UBB sans ses internationaux. Quelle est votre réaction?

René BOUSCATEL: C'est un match dangereux pour nous dans des circonstances difficiles. Nous ne sommes pas gâtés par le calendrier puisque nous aurons rencontré Montpellier (défaite 29-31 le 28 février) et l'UBB, soit deux concurrents directs, pendant cette période de doublons (avec le Tournoi). Ces deux équipes sont moins impactées que nous mais il paraît que ce sont les règles du jeu. Personnellement, je ne sais pas comment sont édictées ces règles et dans l'intérêt de qui.

" La solution est de réduire le nombre de matches et d'arriver à un Top 12"

Qu'entendez-vous par là?

R.B: Il y a un problème de calendrier et tant que les instances internationales et nationales ne se seront pas mises d'accord sur un calendrier équilibré, rien ne pourra avancer significativement. Il faudrait ensuite qu'il y ait un nombre de matches qui soit adapté au nombre de week-end de disponibles afin d'avoir un championnat équitable, cohérent et pas dévalorisé. Aujourd'hui, le Top 14 est dévalorisé puisque les meilleurs joueurs ne sont pas sur le terrain sauf si, bien entendu, on préfère le recrutement de joueurs étrangers contre lequel la Ligue semble se battre sans que l'on en voit les résultats. La solution est de réduire le nombre de matches et d'arriver à un Top 12. Il faut de la cohérence et de l'équité.

René Bouscatel avec Jean-Baptiste Elissalde et Ugo Mola - 5 mars 2016
René Bouscatel avec Jean-Baptiste Elissalde et Ugo Mola - 5 mars 2016 - Icon Sport

Vous tenez ce discours depuis plusieurs années sans que rien ne change. Pourquoi?

R.B: Cela n'évoluera jamais si personne n'en a la volonté. La majorité des dirigeants de la Ligue a des intérêts contradictoires puisque certains clubs préfèrent jouer contre des équipes qui ont beaucoup d'internationaux car ils ont des points à récupérer comme cela. La direction actuelle de la Ligue favorise ces équipes. On le voit également concernant les JIFF (Joueurs issus des filières de formation, ndlr) ou le Salary cap (plafonnement de la masse salariale), qui sont autant de mains tendues aux clubs qui ne jouent pas le jeu. Et cela va à l'encontre de ceux qui le jouent. Les clubs qui n'ont pas le nombre de JIFF prévus par la Ligue sur les feuilles de match ou ceux qui sortent du Salary cap les primes de finale jouent avec les règles. Personne n'en parle, mais la saison dernière, un club aurait dépassé le Salary cap et aurait été sanctionné d'une amende avec sursis de 15.000 euros avec non communication de la décision, contrairement à toutes les autres affaires. Je pense qu'à la Ligue il y a beaucoup de travail à faire pour remettre les choses à plat. Si parfois je suis un peu irrité, croyez-moi, il y a beaucoup de raisons pour cela...

0 commentaire
Vous lisez :