Flood, Clerc et Médard (Toulouse) tout sourire et bien plus séduisants dans le jeu - 2015-2016 - Icon Sport
Top 14

TOP 14 - Stade toulousain, Germain, Michelin, Stade français... Nos Tops et Flops à mi-championnat

Nos Tops et Flops à mi-championnat
Dernière mise à jour Le 01/02/2016 à 12:19 - Publié le 01/02/2016 à 09:20
Par Clément Mazella - Le 01/02/2016 à 12:19

TOP 14 - Le Tournoi des 6 nations débute cette semaine et le Top 14 va donc faire relâche durant 15 jours. Etant pile poil à la moitié du championnat, on a décidé de vous dévoiler nos Tops et nos Flops.

Les Tops

Toulouse tourne la page Guy Novès. Et pour l’heure, c’est avec réussite en Top 14. Si la campagne européenne a été complètement ratée, la bande d’Ugo Mola campe dans les sommets du championnat domestique (14 pts de plus que l’an dernier à la même période). Outre les bons résultats, la grande satisfaction vient de la qualité du jeu. Offensivement, Toulouse a retrouvé beaucoup d’allant, de pep’s et de vitesse, ce qui faisait sa force et sa renommée par le passé. Le tout derrière une charnière Bézy-Doussain étonnante.

10 victoires, seulement 2 défaites... le bilan du Racing 92 est vraiment impressionnant. Surtout, le club francilien confirme (enfin) ses objectifs. Efficace en attaque dans le sillage d’un pack ultra puissant, le Racing 92 profite aussi de la vista de sa recrue phare Dan Carter. Le All Black, champion du monde en octobre dernier, s’est rapidement fondu dans le collectif et tire clairement cette équipe vers le haut. Jusqu’au titre de champion ? C’est une possibilité...

Yannick Nyanga, Brice Dulin et Antonie Claassen (Racing 92) - 9 janvier 2016
Yannick Nyanga, Brice Dulin et Antonie Claassen (Racing 92) - 9 janvier 2016 - Icon Sport
  • Germain, c’est le pied à Brive

Clairement, Brive constitue la surprise de cette première partie de championnat. Pour être honnête, on n’attendait pas le club corrézien à pareille fête. Si le Top 14 s’arrêtait maintenant, il serait tout simplement qualifié pour les phases finales. Brive, c’est la réussite d’un groupe pas forcément très talentueux mais ô combien solidaire et combatif à souhait. Et puis, l’arrière Gaëtan Germain confirme qu’il est l’un des canonniers les plus précis de notre championnat (meilleur réalisateur avec 171 unités).

  • Tulou, n°8 et... meilleur marqueur

Outre Carter ou Germain, voire le Toulousain Bézy, s’il est un joueur qui s’est vraiment distingué, c’est le troisième ligne de Castres Alex Tulou. Parti de Montpellier où il n’était pas dans les plans de Jake White, le Néo-Zélandais s’éclate dans le Tarn... au point d’être le meilleur marqueur d’essais (7). Ses départs derrière la mêlée ont fait d’énormes ravages.

Alex Tulou (Castres) - 30 aout 2015
Alex Tulou (Castres) - 30 aout 2015 - Icon Sport

Les Flops

13 matches et 8 défaites pour le champion de France en titre. Un bilan qui n’est pas au niveau des attentes du club de la capitale, qui reconnait qu’il fut difficile de remettre la machine en route après avoir soulevé le Brennus. Le Stade français possédait 17 points de plus l’an passé à mi-saison. Un gouffre. A noter que si elle ne se qualifie pas, la formation parisienne sera le premier champion en titre à manquer les phases finales l’année d’après.

  • Marcel-Michelin ne fait plus peur

Qu’il semble loin le temps où Clermont enchaînait 77 victoires de rang dans son antre du Michelin (entre 2009 et 2014) !! Cette saison, l’ASM est friable comme jamais sur ses terres. Une stat symbolise cela : pour la première fois de son histoire, le club auvergnat a enchaîné 3 défaites consécutives à domicile (Toulon, Racing 92 et Montpellier). La forteresse n’est vraiment plus imprenable.

Le groupe clermontois en cercle sur la pelouse du Michelin
Le groupe clermontois en cercle sur la pelouse du Michelin - Icon Sport

8 matches. C’est le temps qu’Olivier Azam aura dirigé Oyonnax. L’USO, barragiste l’an passé, se retrouvait engluée dans le bas du classement. L’arrivée de Johann Authier n’a pour l’heure rien changé puisque le club de l’Ain est toujours dans la zone rouge. Sincèrement, c’est dur pour Azam qui n’a jamais eu le temps de mettre en place quelque chose. Succéder à Christophe Urios avait tout du "cadeau empoisonné". Ce fut le cas...

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×