Icon Sport

Top 14 - Stade toulousain: Face à l’UBB, Toulouse veut "garder la tête hors de l’eau"

Face à l’UBB, Toulouse veut "garder la tête hors de l’eau"

Le 11/03/2016 à 18:52

TOP 14 - En perte de vitesse au classement après trois matches sans victoire, dont les deux derniers après deux échecs au pied qui ont beaucoup fait parler, les Toulousains reçoivent une équipe bordelaise "en pleine forme". Idéal pour rebondir?

Même René Bouscatel l’a reconnu: "Tous les matches du Top 14 sont importants mais celui-là l’est encore plus". Après s’être invité mercredi - "alors que ce n’est pas mon habitude" - à la conférence de presse d’avant-match, le Président du Stade toulousain a appelé "les supporters à la rescousse car nous aurons besoin d’eux compte tenu de ces circonstances".

Les trois points au pied abandonnés par ses buteurs lors des derniers matches face à Montpellier (27-29) et Brive (21-21)? On est taquin. Certains pensent que nous sommes même méchants mais ça, ce n’est pas vrai. Bref, ce qui l’est, en revanche, et toujours selon le Président toulousain, c’est que son club "n’est pas gâtés par le calendrier qui nous propose deux concurrents directs (Montpellier et l’UBB, donc) qui sont moins impactés que nous pendant cette période de doublon".

René Bouscatel (Toulouse) - 5 mars 2016

René Bouscatel (Toulouse) - 5 mars 2016Icon Sport

S’il est officiellement venu devant la presse pour cet appel au peuple Rouge et Noir, René Bouscatel en a également (et surtout) profité pour fustiger la complaisance de la Ligue Nationale de Rugby, mettant en cause "l’incohérence" des calendriers et un "Top 14 dévalué". La solution selon lui? Un Top 12.

Elissalde: "Avec un peu plus de réussite, on aurait pu gagner un ou deux matchs de plus…"

En attendant que cela arrive (on a le temps semble-t-il…), le Stade toulousain va donc devoir se fader l’UBB, "un prétendant au titre" selon Yann David qui a fait son retour à la compétition la semaine dernière à Brive, trois mois après s’être blessé au poignet. Hasard ou coïncidence, pendant l’absence du trois-quarts centre, ses coéquipiers n’ont pas vraiment brillé, eux qui n’ont gagné qu’un seul de leurs six derniers matches toutes compétitions confondues (4 défaites).

Thierry Dusautoir (Toulouse) - 5 mars 2016

Thierry Dusautoir (Toulouse) - 5 mars 2016Icon Sport

Forcément, ce rythme se traduit au classement, où les Toulousains ont abandonné les deux premières places du Top 14 pour glisser à la cinquième. "Avec un peu plus de réussite, on aurait pu gagner un ou deux matchs de plus. Face au Stade français (18-17) et à Brive (21-21), il y a eu deux erreurs de règlement et si on rajoute ces points, ça change pas mal de choses" corrige Jean-Baptiste Elissalde. Avec classe, l’entraîneur des trois-quarts toulousains a admis "ne pas vouloir se cacher derrière ça" et a reconnu "avoir aussi gagné des matchs sur des faits de jeu un peu bizarre".

" Il y a toujours un peu de doute quand tu enchaînes les mauvais résultats - David"

"Il faut garder confiance en nous, éviter ces débuts de matches catastrophiques car après, l’état d’esprit est remarquable et leur faire prendre conscience que quand on décide de garder le ballon, on est plus dur à battre" préconise JBE. Lutter contre une indiscipline coupable également. "Oui, c’est un axe de travail" confirme ce dernier.

Trop pénalisés, les toulousains ont ainsi explosé leur standard défensif: 14 points de moyenne encaissés lors des douze premières journées et 26 sur les trois dernières! "Il y a toujours un peu de doute quand tu enchaînes les mauvais résultats mais le groupe et le staff sont soudés et on garde la tête hors de l’eau" veut croire David. Toulouse aura bien besoin de ça face à une équipe bordelaise "très en forme" selon Elissalde.

Jean-Baptiste Elissalde (Toulouse) - 5 mars 2016

Jean-Baptiste Elissalde (Toulouse) - 5 mars 2016Icon Sport

"L’UBB a beaucoup d’ambition et ne s’en cache pas puisque j’ai vu que leur Président voulait gagner un Brennus cette année" a-t-il rajouté. S’ils comptent un match de moins que le quatrième (UBB, 50 pts) et le troisième (Toulon, 52), les hommes d’Ugo Mola doivent très vite inverser cette dynamique négative. ès vendredi, en fait. Et si possible d’au moins trois points (défaite 12-10 à l’aller) pour reprendre l’avantage en cas d’égalité avec les Bordelais au soir de la 26e journée.

"C’est une équipe qui nous ressemble, entre nous cela a toujours été serré (moins de trois points d’écart lors de 6 des 7 dernières confrontations, ndlr) et cela devrait encore l’être" conclu Elissalde. Confirmation vendredi soir?

0
0