Other Agency

TOP 14 - Sergio Parisse: "Ce titre me donne énormément de fierté et me fait bien plaisir"

Parisse: "Ce titre me donne énormément de fierté et me fait bien plaisir"

Mis à jourLe 19/01/2016 à 14:33

Publiéle 19/01/2016 à 10:12

Mis à jourLe 19/01/2016 à 14:33

Publiéle 19/01/2016 à 10:12

Article de Anthony Tallieu

TOP 14 - Sergio Parisse a été désigné meilleur joueur de Top 14 de la saison dernière lors de la cérémonie de la Nuit du Rugby. Le capitaine Stade français, champion de France en titre, goûte tout particulièrement ce prix dans cette période d'instabilité de son club.

Vous êtes le capitaine de l'équipe championne de France en titre. Que représente ce trophée pour vous ?

Sergio PARISSE: Il me donne énormément de fierté et me fait bien plaisir à titre personnel. Cela consacre tous les efforts entrepris pendant plusieurs années avec, comme objectif, de revenir au plus haut niveau et de gagner des titres. C'est pourquoi je suis aussi content des récompenses gagnées par le Stade français lors de cette cérémonie, à l'image de Jonathan Danty, qui a réalisé une superbe saison.

Vous succédez à Matt Giteau, qui était également en lice pour ce titre…

S.P: La concurrence était forte avec un joueur comme Matt, qui est exceptionnel, ou encore Nick Abendannon, qui a réalisé une excellente dernière saison. Cela donne encore plus de valeur à ce titre, tout comme le fait que ce soit les joueurs qui aient voté. C'est une motivation supplémentaire pour continuer de me régaler les saisons prochaines.

L'encadrement du Stade français élu meilleur staff en compagnie de Benjamin Mauss, Directeur Marketing de Tissot (gauche) - Crédit LNR
L'encadrement du Stade français élu meilleur staff en compagnie de Benjamin Mauss, Directeur Marketing de Tissot (gauche) - Crédit LNR - Other Agency
" Inévitablement, avec 2007, la saison dernière reste la plus belle de ma carrière"

Était-ce la plus belle saison de votre carrière?

S.P: En 2007, nous réussissons aussi une superbe saison. Nous sommes premier du début à la fin et nous terminons champions. Mais tout le monde nous attendait. La saison dernière était très particulière car, là, personne s'attendait à tout ça ! Petit à petit, nous avons réussi à nous faire une place parmi les six, on a sorti deux gros matchs en quarts et en demies, et il y a eu cette finale au couteau que nous aurions aussi pu perdre. Inévitablement, avec 2007, la saison dernière reste la plus belle de ma carrière.

Tout va très vite d'une année à l'autre…

S.P: C'est vrai que tout va très vite ! Dans le sport, dès qu'on est moins rigoureux sur certaines choses et qu'on se relâche, on le paie. Cette rigueur, c'est peut-être ce qui nous fait défaut aujourd'hui. J'espère qu'on va la retrouver d'ici la fin de la saison, pour le plaisir général du groupe et aussi pour atteindre les objectifs du club.

Jonathan Danty (Stade français) désigné révélation de l'année en compagnie de Michel Oddos (PMU, gauche), l'humoriste Christelle Chollet et Julie Alexandra Bertolino (GMF, droite) - Crédit LNR
Jonathan Danty (Stade français) désigné révélation de l'année en compagnie de Michel Oddos (PMU, gauche), l'humoriste Christelle Chollet et Julie Alexandra Bertolino (GMF, droite) - Crédit LNR - Other Agency

Est-ce que cette foison de récompenses pour le Stade français peut donner un second souffle à l'équipe ?

S.P. : J'espère bien ! En tout cas, c'est vrai qu'on n'arrive pas à décoller cette saison. On a connu un coup d'arrêt contre l'UBB après notre victoire à Grenoble. On gagne un match difficile contre Toulouse, on parvient à enchaîner avec une belle victoire contre le Munster en infériorité numérique mais on rechute à Limerick. On n'arrive pas, pour le moment, à enclencher une dynamique positive de résultats. On n'est pas constant dans les performances et il faut vite retrouver notre meilleur niveau, dès ce week-end contre Leicester, car il faudra le meilleur Stade français pour remporter ce match. C'est important pour la confiance et pour la suite car notre souhait reste toujours d'accrocher cette sixième place.

0 commentaire
Vous lisez :