Icon Sport

Top 14 - Montpellier-Racing 92 (60-7): Montpellier n'a fait qu'une bouchée de ce Racing "bis"

Montpellier n'a fait qu'une bouchée de ce Racing "bis"

Mis à jourLe 19/03/2016 à 17:07

Publiéle 19/03/2016 à 16:20

Mis à jourLe 19/03/2016 à 17:07

Publiéle 19/03/2016 à 16:20

Article de Anthony Tallieu

TOP 14 - Face à un Racing diminué et remanié, Montpellier s'est offert un véritable festival, en passant neuf essais au leader (60-7). Le MHR s'offre grâce à cette écrasante victoire un quatrième succès de rang et la quatrième place du classement, qu'il prend à l'UBB.

Le coup de Clermont n'a pas fonctionné à Montpellier. L'équipe bis du Racing s'est faite rouler dessus par un bulldozer montpelliérain, chutant ainsi de son nuage avec pertes et fracas (60-7). Les Franciliens ont vécu un cauchemar toute la rencontre, encaissant trois essais dès le premier quart d'heure et six autres par la suite, n'ayant jamais su relever ni la tête ni le défi de la puissance imposé par les "Franco-Boks" héraultais. Avec le bonus offensif, cette quatrième victoire d'affilée du MHR, tellement au-dessus de son adversaire dans tous les compartiments du jeu, lui donne la quatrième place et trois points d'avance sur son premier poursuivant.

Une raclée, une démonstration de force pour les uns, un calvaire et une copie blanche pour les autres: rien ne semble exagéré pour décrire ce qu'il s'est passé à l'Altrad Stadium ce samedi après-midi. Jusqu'alors deuxième meilleure défense du Top 14, le Racing a encaissé en quatre-vingt minutes pratiquement la moitié des essais qu'il avait concédé sur les dix-sept autres matchs. Comme à Marcel-Michelin le 27 décembre dernier, Laurent Labit et Laurent Travers se sont permis de faire tourner, en plus des internationaux français retenus pour France-Angleterre. Sans les stars et avec des doublures fantomatiques, le résultat est sans appel.

Bismarck du Plessis (Montpellier) face au Racing - 19 mars 2016
Bismarck du Plessis (Montpellier) face au Racing - 19 mars 2016 - Icon Sport

Montpellier lance un message

Pour le Montpellier de Jake White, uniquement privé de son maître à jouer François Trinh-Duc, la promenade de santé fut belle. Surpuissants et mis en confiance par un premier quart d'heure tonitruant, lancé par leur leader de combat Bismark du Plessis (6e), les Cistes ont déroulé et déchiré à tout-va une défense francilienne aussi frêle et transparente que du papier calque.

Un one team show où même un carton jaune de Qera ne les a pas empêchés d'inscrire un 8-0: une pénalité de Catrakilis (39e) puis un essai de l'ancien Racingman Fall (42e), histoire de rendre l'humiliation totale. Le jeune centre Étienne Dussartre a permis à son équipe de ne pas rentrer fanny de l'Hérault (67e). Ce fut à peu près tout pour ces Ciel et Blanc méconnaissables.

Jesse Mogg et Jacques du Plessis (Montpellier) - 19 mars 2016
Jesse Mogg et Jacques du Plessis (Montpellier) - 19 mars 2016 - Icon Sport

Aussi énorme que soit cette claque, elle ne devrait pas remettre en question une saison jusqu'alors maîtrisée par le Racing. Dans le meilleur des cas pour le club francilien, elle impulsera une remise en question profonde et donc salutaire à une semaine du choc face au RCT. Pour les Montpelliérains, en revanche, ce carton signifie beaucoup. En se payant le leader, même très diminué, de la sorte, ils envoient un signal très fort au Top 14. Si la machine tout en muscles bricolée par Jake White continue sur cette voie, il faudra compter sur elle lors des phases finales.

0 commentaire
Vous lisez :