Rugbyrama

“Attention Monsieur, dégage !”: Van der Merwe s’embrouille avec l’arbitre en raison de son français

“Attention Monsieur, dégage !”: Van der Merwe s’embrouille avec l’arbitre en raison de son français

Le 03/01/2016 à 14:19

VIDEO - Le Francilien François Van der Merwe a demandé à l'arbitre de "dégager" alors qu'il tentait de défendre contre l'UBB, il s'est fait rappeler à l'ordre immédiatement par Thomas Charabas. Ce qui a donné lieu à un échange très drôle entre les deux hommes.

C'est une scène quelque peu cocasse à laquelle nous avons assisté samedi lors de la rencontre entre le Racing 92 et Bordeaux-Bègles, comptant pour la 12e journée de Top 14 (23-18). A la 27e minute, le deuxième ligne sud-africain du Racing, François Van der Merwe a été rappelé à l'ordre par l'arbitre de la rencontre, Thomas Charabas.

Tout débute alors que les Bordelo-Béglais ont le ballon. Le Francilien demande à l'officiel de se pousser de manière un peu cavalière (à partir de 1'10), estimant qu'il l'empêche de défendre par son placement. Grâce au micro de l'arbitre, on entend : "Attention Monsieur, dégage !" Des propos auxquels l'arbitre du Comité Côte Basque/Landes a répondu immédiatement : "Ne parlez pas comme ça, d'accord. C'est la dernière fois".

Charabas: "Je m'en fiche que vous ne soyez pas français"

Quelques instants plus tard, il arrête le jeu après un en-avant des Girondins et en profite pour rappeler à l'ordre Van der Merwe : "Au même titre que vous, je fais partie du jeu, d'accord. Vous pouvez me demander de me pousser mais il y a des façons de le demander". Le Sud-Africain tente alors de plaider sa cause : "Mais je ne suis pas français". Charabas rétorque: "Je m'en fiche que vous ne soyez pas français, ce n'est pas mon problème". Une nouvelle fois, le Racingman se défend : "Mais je ne connais pas les bons mots en français". Et l'arbitre de conclure l'échange: "Oui, c'est ça... "

Décidemment, les Racingmen et l'arbitre avaient quelques soucis de communication puisque nos confrères de Canal + ont également capté un autre échange lors du toss entre Thomas Charabas et Dmitri Szarzewski (0'30 à 1'03). Visiblement, les deux hommes n'étaient pas d'accord sur un point du règlement. Si ces échanges prêtent plus à sourire, ils prouvent que Thomas Charabas n'a rien à envier à Alexandre Ruiz, en vue la semaine passée pour ses punchlines aux joueurs, lors de Clermont-Racing.

0
0