La joie des Racingmen après l'essai de Mike Phillips - Icon Sport
Top 14

18e journée Top 14 - Le scénario ne pouvait pas être plus favorable pour le Racing (16-34)

Le scénario ne pouvait pas être plus favorable pour le Racing
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 12/03/2016 à 17:13 - Publié le 12/03/2016 à 16:34
Par Julien PUYUELO - Le 12/03/2016 à 17:13

TOP 14 - Malgré une mauvaise entame de match, les Racingmen ont réussi à s'adjuger le derby sur la pelouse des Parisiens, prenant même le bonus (16-34).

Dans un match âpre et tendu, le Racing s’impose (16-34) avec le bonus offensif face à un Stade français coulé par les cartons, deux jaunes et un rouge en 15 minutes ! Cette nouvelle défaite de la saison à domicile, la quatrième, condamne les champions de France en titre à une fin de saison morose où le maintien sera au centre des discussions. En revanche, le Racing confirme tout le bien qu'on pensait de lui depuis quelques mois. Patients, appliqués et opportunistes les Racingmen affichent une belle santé et beaucoup d'appétit...

10-0 en moins de 10 minutes. Le Stade français a posé sa patte sur le match et semblait en mesure de contenir un Racing soucieux de relancer des ballons mais assez inoffensif. Dominateurs en mêlée, placés en défense, les hommes de Pascal Papé n’ont cédé que sur une relance folle de plus de 80 mètres initiée par Rokocoko. Entaché d’un en-avant, l’essai de Carter n’a pas semblé affecter outre mesure ce Paris laborieux, appliqué mais incapable ce concrétiser la domination et la possession qui ont été la sienne. Le Stade français gagnait ses duels et on pensait alors, "ça va finir par payer…"

Le carton rouge reçu par Taulafo (Stade français)
Le carton rouge reçu par Taulafo (Stade français) - Icon Sport

Le rugby à XIII puis à 12…

Mais l’heure de jeu marquait le tournant de la rencontre. Le Racing, mieux entré dans le deuxième acte, pilonnait et faisait le siège de la ligne parisienne. Cinq pénaltouches allaient se succéder. Et M. Gauzère, un temps magnanime, commencait à sortir les cartons. Deux cartons jaunes pour fautes répétées sur groupés pénétrants. Pugnace, le club francilien se sortait du guêpier mais c’est une victoire à la Pyrrhus et cette double infériorité numérique allait générer des espaces béants dans la défense des champions de France.

Le Racing marquait quelques minutes plus tard avant que M. Gauzère ne changeait de poche et piochait dans celle du carton rouge pour un placage cathédrale. La devise de la ville de Paris, "fluctuat nec mergitur" s’appliquait à merveille à cette fin de match au cours de laquelle le navire parisien était battu par les flots mais ne rompait pas. Ou pas trop… A 13 puis à 12, Paris s’accrochait à ce qui pouvait l’être encore. En vain puisque dans les dernières minutes, le Racing décrochait le bonus défensif.

Du costume cravate au bleu de travail

Paris ne défendra pas son titre fin de saison. Pas de réceptions en l’honneur des champions à honorer mais le maintien d’un club à assurer. La fin du Tournoi et la perspective d’un quart de finale de coupe d’Europe devrait aider les Parisiens à y parvenir. Une besogne que le groupe parisien connait ; un groupe qui a prouvé dans un passé récent qu’il portait avec un égal bonheur le costard que le bleu de travail, indispensable à la survie du club.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×