AFP

18e journée Top 14 - La Rochelle-Pau (35-16): La Rochelle, c'est toujours aussi solide à la maison

La Rochelle, c'est toujours aussi solide à la maison

Mis à jourLe 12/03/2016 à 21:16

Publiéle 12/03/2016 à 20:27

Mis à jourLe 12/03/2016 à 21:16

Publiéle 12/03/2016 à 20:27

Article de Arnaud REY

TOP 14 - En battant Pau à Marcel-Deflandre (35-16), le Stade rochelais s'est offert un 8e succès consécutif à domicile en championnat. Une victoire bonifiée (4 essais à 1) qui permet aux Maritimes de s'emparer de la 8e place du classement.

Les Rochelais sont revenus de très loin pour finalement s’imposer avec le bonus offensif face à la Section paloise (35-16). Malmenés et brouillons en première période, les hommes de Patrice Collazo se sont sublimés dans le deuxième acte, inscrivant pas moins de quatre essais dont un doublé pour Jean-Pascal Barraque (44e, 75e). Les Palois n’ont tenu qu’une mi-temps avant de craquer physiquement. L’essai casquette de Bobo pour son retour en terre rochelaise (59e) n’a rien changé. La Rochelle peut continuer de regarder vers le haut du classement. La Section paloise rentre elle les mains vides dans le Béarn mais avec la défaite du Stade français face au Racing 92 (16-34), cela n’a pas d’incidence au classement.

Il fallait bien s'accrocher à son siège pour suivre cette rencontre tant il y a eu de rebondissements à Marcel-Deflandre. Dès l’avant-match, les Rochelais perdaient leur charnière titulaire Audy-Holmes à cause de la grippe. Puis c’est Gabriel Lacroix, blessé au genou, qui sortait sur blessure dès la treizième minute de jeu. C’était sans compter sur des remplaçants de luxe à la disposition de Patrice Collazo.

Jason Eaton (La Rochelle) face à Pau - 12 mars 2016
Jason Eaton (La Rochelle) face à Pau - 12 mars 2016 - AFP

Replacés en catastrophe à l’arrière et à l’ouverture, Fabien Fortassin et Jean-Pascal Barraque ont bien fait de venir tâter le ballon ce samedi sur ce carré vert rochelais car les deux joueurs ont grandement contribué à ce deuxième succès consécutif à domicile. Étincelant, le jeune ouvreur a inscrit l’essai de la révolte dès la quatrième minute de la deuxième période suite à un coup de pied rasant de son arrière d’un soir. Rebelote avec les deux mêmes joueurs pour l’essai du bonus en fin de partie, une histoire de talent et de réussite.

Des Rochelais à deux visages

Pourtant, l’horizon était bien sombre pour les Maritimes. Complètement à côté de la plaque, ils rentraient aux vestiaires à la pause sur un score nul (6-6). La faute à une énorme envie de combattre dans les rangs de la Section paloise. Tellement d’enthousiasme que les contacts dans les rucks et les plaquages étaient à la limite de la règle. Hingano aura certainement les cervicales qui couinent quelques jours après cette belle cravate de Votu qui quittait ses coéquipiers dix minutes (15e).

Mais il fallait sortir les crocs lors de cette rencontre pour rendre hommage à André Lestorte et Damien Fèvre partis beaucoup trop tôt. Malgré une deuxième période à jeter à la poubelle, les Palois ont rempli leur contrat affectif avec encore une très grosse bataille livrée notamment devant. Pour son retour sur son ancienne pelouse, Sireli Bobo a assuré le spectacle à grand renfort de percées spectaculaires ballon à une main. Mais c’était beaucoup trop insuffisant pour espérer infliger une deuxième défaite de la saison à domicile à la Rochelle.

Sireli Bobo (Pau) face à La Rochelle - 12 mars 2016
Sireli Bobo (Pau) face à La Rochelle - 12 mars 2016 - AFP

Après le casse-tête pour aligner une équipe entière, l’issue est belle pour le Stade rochelais. Cinq points qui permettent de grimper à la huitième position au classement grâce à la défaite de Brive à Clermont (25-6). Les Rochelais ne sont plus qu’à cinq points d’une place de barragiste avant le déplacement de Montpellier demain à Oyonnax (12h00).

Pour la Section paloise, ce revers est somme toute logique même si il y avait mieux à espérer au regard de la première période. Le Stade français s’étant incliné dans le derby francilien (16-34), Pau reste onzième et garde une distance de treize points avec la zone rouge. Les hommes de Simon Mannix sont chaque week-end de plus en plus près d’un maintien en Top 14.

0 commentaire
Vous lisez :