Toby Flood, nouvelle recrue de Toulouse, titulaire à l'ouverture lors des matchs amicaux - 1 er août 2014 - Icon Sport
 
Top 14

Top 14 : Toulouse veut amorcer un tournant

Toulouse veut amorcer un tournant

Par Martine LOYER
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 14/08/2014 à 17:43 -
Par Martine LOYER - Le 14/08/2014 à 17:43
Un peu plus de trois mois après sa défaite en barrage, à domicile face au Racing-Métro, qui l’a bouté hors du dernier carré pour la première fois depuis 21 ans, le Stade toulousain retrouve son stade Ernest-Wallon samedi face à Oyonnax. Le début de la rédemption ?
 

Depuis 1994, le Stade toulousain n’a jamais connu plus de deux saisons consécutives sans titre, que se soit un Brennus ou une Coupe d’Europe. C’était en 2006 et 2007. Pour ne pas alimenter un peu plus le flot de doutes qui s’abat sur le quadruple champion d’Europe, briser la spirale de l’échec, en juin prochain, semble être la seule issue après deux dernières saisons blanches. Si le club n’a "pas fait de révolution" dixit son manager général Guy Novès, quelques modifications (préparation physique, conquête) confirment tout de même la "remise en question" évoquée encore toute la semaine par les différents acteurs.

Cette quête de rédemption, aussi bien au niveau des résultats que de la côte d’amour de ses propres supporters, débute donc samedi avec la réception d’Oyonnax. "On ne peut pas se satisfaire de la saison dernière, on a tous un gros appétit et une grosse envie de débuter de la meilleure des façons", avoue d'entrée Jean-Marc Doussain. "C'est important de ne pas rater le coche quand tu reçois deux fois de suite (Castres, la semaine prochaine ndlr). Il y aura un peu de pression mais elle sera présente toute la saison quand on voit le niveau du championnat", poursuit William Servat, l'entraîneur des avants. Face à une équipe qui disputera seulement sa deuxième saison dans l'élite, le faux départ est d'ores et déjà interdit. "Oyonnax est une équipe que l'on respecte beaucoup, très difficile à jouer", prévient tout de même Patricio Albacete. Une méfiance partagée par l'ensemble de ses coéquipiers, notamment Doussain : "Il faudra être présent sur les fondamentaux, que se soit la mêlée, la touche et les rucks sinon on va passer à la trappe". "Ils ont démontré d'énormes valeurs la saison dernière, ils ont prouvé qu'ils existaient", salue pour sa part William Servat.

Nouvelle évaluation d'une conquête en difficulté

"Après une grosse préparation physique" , dixit Servat, le combat s'annonce rude. Notamment devant, "leur point fort". Problème, si le Stade toulousain a été rassuré par les derniers tests passés par son ouvreur anglais Toby Flodd - "qui jouera" selon William Servat – plusieurs absences, plus embêtantes encore que celle de McAlister, vont amoindrir la force de frappe de son pack (Ralepelle, Picamoles, Dusautoir, Ferreira, Maestri forfaits, Galan incertain). Sans Steenkamp, retenu pour le Four Nations, et Corey Flynn, qui devrait rentrer du Super 15 ce samedi, le comportement de la conquête toulousaine, pointée du doigt depuis deux ans, sera observé de près cette saison et ce dés samedi. Pas de quoi inquiéter les troupes visiblement. "Il va nous manquer du monde mais on a un effectif que beaucoup aimeraient avoir et on ne va pas se cacher derrière cela", tempère ainsi Doussain. Même assurance du côté de Patricio Albacete quand on l'interroge sur le renouveau espéré d'un secteur de jeu en souffrance depuis trop longtemps : "ne vous inquiétez pas, on travaille pour être performant". Au Stade des promesses?

Jean-Marc Doussain à la mêlée lors du match amical entre Toulouse et l'UBB - 8 août 2014
Jean-Marc Doussain à la mêlée lors du match amical entre Toulouse et l'UBB - 8 août 2014 - Icon Sport

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×