Jules Plisson, demi d'ouverture du Stade français (19 avril 2014) - Icon Sport
 
Top 14

Top 14, Stade français - Jules Plisson: "Je vais me battre comme un chien"

Plisson: "Je vais me battre comme un chien"
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/08/2014 à 14:15 -
Par Vincent Péré-Lahaille - Le 21/08/2014 à 14:15

A son aise avec le Stade français lors de la 1ère journée de Top 14, Jules Plisson est bien décidé à s’affirmer dans son rôle de demi d’ouverture. Après une fin de saison difficile, le Parisien (23 ans) a un objectif : retrouver la magie du XV de France.

 

Cette victoire face au Castres Olympique (25-22) vous a-t-elle permis de faire le deuil de la saison passée ?

Jules PLISSON: On a surtout effacé une série noire, que ce soit le match à Toulon (17-15, 26e journée), le barrage face aux Wasps ou les matchs amicaux de cet été. On a vu que le groupe avait des ressources et qu’il n’était pas forcément meurtri par la non qualification en European Rugby Champions Cup. J’ai vraiment l’impression que l’on est passé à autre chose. Le groupe est assez jeune, sans trop d’expérience mais cela permet de venir à l’entraînement avec la banane, de s’éclater et d’aimer souffrir pendant les séances de physique. Pour être franc, on a évoqué notre saison à cinq, six reprises en réunion. On s’est clairement dit : "Qu’est-ce qu’on veut devenir ? Une équipe fébrile qui plonge ou confirmer les belles choses observées durant une grande partie de la saison ?"

On vous a senti à l’aise contre le CO. Vos doutes à l’issue du Tournoi des Six Nations sont-ils oubliés ?

J.P.: Il y a eu beaucoup de choses négatives aussi (sourire). Heureusement, tout ne peut pas être parfait sur un premier match. Cela va me permettre d’avoir une marge de progression. Pour une première fois, j’ai pu avoir le rôle de buteur. C’est quelque chose qui me tenait à cœur même si ce n’était pas facile avec le vent tourbillonnant de Béziers.

" Je veux devenir plus dangereux."

Quels sont les objectifs personnels qui vous vous êtes fixés ?

J.P. : Je veux être plus performant en défense. Je sais que cela m’a fait défaut pendant le Tournoi des Six Nations. Ça m’a surement couté ma place. Je travaille après chaque séance sur des skills de technique. Et offensivement, je veux devenir plus dangereux dans l’attaque de ligne. Je dois apprendre à différencier les bons ballons des mauvais pour soulager l’équipe et la mettre dans l’avancée. Je veux aussi buter un maximum avec le club. Je le faisais tout le temps avec les jeunes et ce rôle me plaît. Je ne veux pas être un dix qui ne fait qu’attaquer.

Comment vivez-vous le fait de ne pas être dans le groupe des 30 joueurs du XV de France ?

J.P.: Tu te dis que ces joueurs seront favorisés mais je sais que je dois faire de bonnes performances avec le Stade français pour retrouver l’équipe de France. Je ne suis peut-être pas dans les 30 mais cela va me permettre de faire plus de matchs en club. J’ai besoin de ça pour me sentir épanoui et libéré de toute pression. Je vais me battre comme un chien ! Cela m’a donné tant d’émotions, je veux retrouver la magie du XV de France. Après, quand j’ai vu que je ne participerais pas à la tournée en Australie, j’ai été très déçu. J’avais hâte de me remettre en question et de tout remettre à zéro. L’été a été difficile. J’ai fait la part des choses entre ce qui m’a fait grandir et les domaines dans lesquels je dois progresser.

" Ça m’arrive d’être perdu et de me jeter comme un con sur un mec. "

Avez-vous eu un échange avec le sélectionneur du XV de France, Philippe Saint-André ?

J.P.: La semaine précédant le dernier match face à l’Irlande, j’ai eu un gros défriefing avec lui et Patrice Lagisquet. Ils m’ont reproché ma défense pour des raisons de technique individuelle. J’aime pourtant aller au contact mais il m’arrive de plonger du mauvais côté et de manquer des plaquages. Je me mets peut-être trop de pression et je sors bêtement de la ligne. Ça m’arrive d’être perdu et de me jeter comme un con (sic) sur un mec.

Vous venez de fêter vos 23 ans. Que peut-on vous souhaiter pour cette saison ?

J.P.: Réussir à se qualifier en phases finales du Top 14 avec le Stade français ! Je sais qu’en cas de qualification, on sera dangereux jusqu’au bout. Je connais bien les mecs ici. On en rêve depuis si longtemps, cela serait extraordinaire.

Jules Plisson (Stade français) a connu quatre sélections sous le maillot du XV de France en 2014 - 21 février 2014
Jules Plisson (Stade français) a connu quatre sélections sous le maillot du XV de France en 2014 - 21 février 2014 - Icon Sport
 
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×