Icon Sport

Top 14 - Oyonnax: Roimata Hansell-Pune, le nouveau départ

Hansell-Pune, le nouveau départ

Mis à jourLe 02/03/2016 à 18:08

Publiéle 02/03/2016 à 18:08

Mis à jourLe 02/03/2016 à 18:08

Publiéle 02/03/2016 à 18:08

Article de Julien Plazanet

TOP 14 - Arrivé en 2010 à Oyonnax de la province du Waikato sur l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande, Roimata Hansell-Pune s’est rapidement imposé comme un cadre de l’USO. Il vient de prolonger l’aventure pour trois saisons avec la formation de l’Ain - dont il a porté le maillot à 140 reprises - et fait son retour après trois mois d’absence. Un nouveau départ.

La saison de "Roi" a réellement débuté le 21 février dernier face à Toulon. Opéré d’une hernie cervicale à l’automne alors qu’il n’avait disputé que deux rencontres entre la 1ère et la 6e journée, il vient d’enchainer deux matches, ce qui ne lui était plus arrivé depuis la saison passée. 42 minutes contre le RCT puis 80 face à l’ASMCA, "c’était un peu chaud mais c’était la meilleure recette de réattaquer contre des équipes de haut-niveau. Je me suis bien senti, j’ai bien travaillé pendant ma blessure et j’étais prêt. J’ai fait du mieux que je pouvais", dit-il.

Loin du terrain mais au cœur du groupe

Son absence a coïncidé avec la descente aux enfers de l’USO et pour la première fois dans sa carrière oyonnaxienne, il a dû regarder ses coéquipiers depuis les tribunes. Une période "longue et compliquée", confie-t-il, pendant laquelle beaucoup de choses ont changé. Le manager Olivier Azam et son compatriote Piri Weepu ont été écartés mais lui a signé un nouveau contrat de trois ans. "C’est dur de regarder l’équipe mais je suis venu chaque jour à l’entrainement et aux séances vidéo. J’ai essayé de donner quelque chose à l’équipe même si je ne jouais pas. J’ai donné mon avis. J’étais toujours dans le vestiaire pour les matches à la maison" et il était même porteur d’eau en Champions Cup contre le Stade toulousain! Tous les blessés ne peuvent en dire autant mais il voulait apporter, même éloigné du pré et souhaite faire partager son envie pour les onze derniers matches qu’il reste à disputer.

" J’ai parlé avec certains clubs mais le meilleur pour moi, c’est Oyo"

"Roi" a rongé son frein sans trop en faire car "les joueurs sur le terrain étaient encore plus frustrés que moi". Alors que faire? "J’ai donné mon avis de joueur en séance vidéo mais c’est très dur de dire quelque chose quand tu n’es pas sur le terrain, de demander aux joueurs de suivre mes conseils", avoue-t-il. Pourtant, son avis est précieux. Hansell-Pune fait partie de ces joueurs qui sont écoutés dans le groupe. Et au moment de regarder vers l’avant, que penser? "Si l’on reste concentré sur nous, ce sera plus facile. Se concentrer sur les autres, c’est fatiguant… On a besoin de regarder nos résultats et nos performances. Notre première période contre Clermont a prouvé que l’on pouvait rivaliser avec ce qui se fait de mieux. On a besoin de trouver la recette sur 80 minutes. On a besoin de se retrouver sur le terrain même si l’on travaille déjà bien à l’entrainement et que l’on prend du plaisir sur le terrain".

Roimata Hansell-Pune, le centre d'Oyonnax
Roimata Hansell-Pune, le centre d'Oyonnax - Icon Sport

Capitaine déchu en début de saison

Le choix de prolonger l’aventure démontre un véritable amour du maillot. S’il reconnaît avoir envisagé un départ lorsqu’Olivier Azam est arrivé - puisque l’ancien talonneur ne comptait pas vraiment sur lui et lui avait retiré le capitanat - il a écouté son cœur. "Lors du changement de staff, j’ai voulu changer de club mais il n’y a pas eu d’occasion. Je rentrais dans ma dernière année de contrat et j’ai commencé à regarder les options. J’ai parlé avec certains clubs mais je trouve que le meilleur pour moi, c’est Oyo", qui a donc fait une proposition au trois-quarts centre. Perpignan lui a fait une offre concrète en novembre mais l’arrivée de Johann Authier sur le banc a tout changé… "C’est un leader de vestiaire", confie le technicien qui a redonné sa chance au Néo-Zélandais. "C’est un club et un projet qui me touchent beaucoup, j’aime ses valeurs et cela aurait été très dur de partir", insiste-t-il.

" C’est sûr que notre état d’esprit n’est pas le même que la saison passée"

Il s’inscrit sur la durée, quel que soit l’avenir. Il a contribué à la progression du club du Haut-Bugey, passé avec lui de la 8e place de Pro D2 à la 6e du Top 14. "Depuis que je suis arrivé, on a progressé chaque année" et si l’avenir est encore incertain, Roi Hansell-Pune veut "essayer de faire encore plus grandir l’équipe". Bien sûr, beaucoup de choses ont changé pendant ces années mais il garde confiance et veut positiver. "C’est sûr que notre état d’esprit n’est pas le même que la saison passée mais quand je suis arrivé ici, on avait le même problème. On a travaillé sur le terrain. On a besoin de retrouver un esprit pour gagner chaque match, même s’il n’est pas comme la saison passée", révèle celui qui fêtera ses 30 ans cette année. Il ne veut pas se cacher derrière les nombreux changements pour expliquer la mauvaise saison d’Oyonnax et compte bien rattraper le temps perdu ces derniers mois.

0 commentaire
Vous lisez :