Icon Sport

Top 14 - L'UBB dispose bien d'un pack de saison

L'UBB dispose bien d'un pack de saison

Le 31/12/2014 à 11:24

Dominateur en conquête face à Bayonne et Brive, l'UBB (5e) a peut-être trouvé la bonne formule au niveau de son pack, à l'image de l'éclosion de Berend Botha. 

Par réputation, c'est surtout la ligne de trois-quarts girondine qui se distingue depuis quatre saisons dans l'élite, par le biais de Metuisela Talebula, Blair Connor ou avant eux Camille Lopez. Sauf que pour voir plus haut, à savoir les barrages, l'objectif clairement annoncé par le président Laurent Marti, il fallait que l'UBB trouve un équilibre et gonfle ses muscles. En début de saison, les hommes de Raphaël Ibanez ont tâtonné devant mais l'arrivée des terrains gras a peut-être servi de déclic et résolu leur équation. Que ce soit à Bayonne (12-15) ou contre Brive (46-10), son pack a été dominateur en mêlée fermée dans des proportions qui ont surpris tout le monde. 

Idem au niveau des ballons portés, avec une redoutable efficacité face aux Coujoux. "C'est vrai que dans cette recherche d'équilibre, l'entraîneur des avants Régis Sonnes est vraiment précieux. Il avance avec plus d'autorité et d'exigence", constate le manager Raphaël Ibanez. Cela fait un petit moment que le pilier vétéran Jean-Baptiste Poux a été replacé à droite pour amener de la stabilité. Ce qui a libéré les deux prometteurs gauchers Jefferson Poirot et Sébastien Taofifenua, 22 ans tous les deux, très proches dans la vie, plus complémentaires que concurrents sur le pré. En deuxième ligne, l'association sud-africaine des deux tracteurs Berend Botha et Jandre Marais - "plus 4 et demi que 4", selon Poirot qui pousse devant lui - est une garantie de puissance indéniable.

Enfin, le capitaine Matthew Clarkin pousse désormais à l'aile de la troisième ligne, laissant le centre au surpuissant samoan Tai Tuifua, toujours dans l'avancée. "Je continue à chercher les meilleures combinaisons entre les lignes", poursuit Ibanez. "Certains joueurs confirment leur potentiel, s'affirment au sein du pack", allusion à peine voilée à l'intégration et à l'adaptation du moins connu des Botha du Top 14, ancien de Mont-de-Marsan,  impressionnant face au CAB. "Berend restait pour moi l'inconnu. Passer aussi rapidement des joutes rugueuses de la Pro D2 - il jouait à Mont-de-Marsan la saison dernière - à l'intensité et au rythme du Top 14, c'était une véritable interrogation et les premières semaines ne donnaient pas forcément d'indications favorables, il faut être honnête", explique le manager bordelais. "Je le trouvais en dedans, mal à l'aise, ne sachant pas où aller sur le terrain, comment s'exprimer. Le mérite de Régis Sonnes et des autres avants est de l'avoir aidé à trouver des repères au sein de l'équipe et là, je le trouve en confiance, il avance et fait avancer l'équipe"

Berend Botha, deuxième ligne de Bordeaux-Bègles

Berend Botha, deuxième ligne de Bordeaux-BèglesIcon Sport

Un test face au Racing

Cette formule hivernale peut-elle durer plus longtemps ? Bordeaux-Bègles peut-il se priver de son côté aérien, avec ses sauteurs-coureurs Julien Ledevedec et Hugh Chalmers ? Le contre en touche de Clarkin amenant le troisième essai girondin dimanche dernier de Taofifenua est une première réponse. "On a voulu reprendre les bases parce que l'on sait que l'hiver, c'est la-dessus (la puissance) qu'on va gagner des matches. Ca commence à payer, donc c'est plaisant", retient Poirot. "On a aussi trouvé une forme d'intelligence que l'on avait peut-être pas au début où on faisait soit des portés, soit que du jeu. Là, on voit qu'on arrive à alterner, ce qui crée la surprise chez les équipes en face". Cette avalanche de biens, ce rééquilibrage des forces, n'est pas pour nuire à Ibanez, ravi de la situation. "Avoir une émulation interne était une des conditions de l'évolution du club, sans ça l'équipe n'aurait pas de prétention. Cela donne forcément des garanties aux entraîneurs et forcément, ça me met une pression supplémentaire pour faire les bons choix et c'est ce que je souhaite"

Prochaine étape pour les Girondins, le Racing samedi, véritable référence devant, pas loin de remporter la timbale dimanche à Toulouse. "Pouvoir se jauger à des joueurs comme ça, c'est toujours exceptionnel. C'est une très grosse équipe, encore plus cette année que les autres années, c'est un révélateur pour nous qui cherchons à aller plus haut", conclut Poirot. 

Poirot (UBB) s'emploie pour défendre sur Laulala (Racing)

Poirot (UBB) s'emploie pour défendre sur Laulala (Racing)Icon Sport

0
0