Icon Sport

Dopage, XV de France - Paul Goze dynamite Ballester et envoie Saint-André dans les cordes

Dopage, XV de France... Goze dynamite Ballester et envoie Saint-André dans les cordes

Mis à jourLe 03/03/2015 à 19:16

Publiéle 03/03/2015 à 18:30

Mis à jourLe 03/03/2015 à 19:16

Publiéle 03/03/2015 à 18:30

Article de Anthony Tallieu

En marge du Comité Directeur de la LNR, Paul Goze s'est exprimé sur les affaires qui secouent actuellement le rugby français. Le président de la Ligue n'a pas manqué de détruire les accusations de dopage du journaliste Pierre Ballester et de tacler Philippe Saint-André pour sa sortie musclée de dimanche.

La crédibilité et l'objectivité de Pierre Ballester en question

Paul Goze n'y a pas été pas quatre chemins pour démonter l'argumentation de Pierre Ballester, qui va sortir un livre sur le dopage dans le rugby. Selon lui, les accusations résulteraient d'une petite vengeance personnelle. "C'est extrêmement gênant car on s'aperçoit que ces propos sont tenus par des gens qui ont soit des griefs contre l'institution, soit des griefs contre les clubs. Cela enlève beaucoup de crédibilité à la chose. Nous, on n'est pas inquiet car on sait ce qu'on fait. On a un suivi longitudinal qui nous coûte 700.000 euros par an, soit 490 euros par joueur, ce qui n'est pas rien. Il y a 40 ans, j'étais joueur donc acteur et je peux en parler. J'ai côtoyé les gens visiblement mis en cause et je peux vous dire que c'est de la pure invention. On parle d'un docteur qui dit des choses sur une équipe dont il n'a jamais été le docteur. Quant au journaliste, il a été directeur du magasine de la Fédération et il n'a pas été renouvelé dans son contrat. Vous voyez ce que je veux dire…Tout cela n'est pas sain".

Une action en justice envisagée

"Je me méfie toujours des gens qui s'aperçoivent 30 ans après qu'ils doivent écrire des choses importantes", enchaîne le président de la Ligue. "Je ne vois pas comment ce Monsieur peut être crédible en parlant de faits 30 ans après alors qu'il ne l'a pas fait quand il les voyait. Ce que je peux certifier, c'est qu'il n'y a pas de dopage organisé dans le rugby et qu'il n'y en a jamais eu". S'il ne prête pas de crédit aux accusations, Goze ne manquera pas de porter l'affaire devant un tribunal s'il estime que le Top 14 et lui-même s'en trouvent trop éclaboussés. "Je trouverais normal qu'une action en justice soit lancée par la Fédération et par la Ligue selon ce que contient le livre. À partir du moment où des gens se permettent d'annoncer des choses qui ne sont pas vraies, pas vérifiées et pas étayées par des preuves, c'est trop facile ! S'il s'avère qu'on est fortement mis en cause, on envisagera une action en justice". On devrait en savoir un peu plus après la sortie du livre "Rugby à charges, l'enquête choc" prévue ce jeudi 5 mars.

Paul Goze, le président de la LNR, est remonté sur les accusations de dopage dans le rugby
Paul Goze, le président de la LNR, est remonté sur les accusations de dopage dans le rugby - Icon Sport

"L'argument de Saint-André des -20 ans qui ne jouent pas en Top 14 ne veut rien dire"

Autre sujet brûlant du moment: l'attaque incisive de Philippe Saint-André, ce dimanche, sur un Top 14 responsable selon lui de la baisse du niveau globale de l'équipe de France depuis quelques années. Une mise en cause peu appréciée par Paul Goze, qui s'est d'abord attaché à démonter l'argument des jeunes français prometteurs qui ne jouent pas assez dans notre championnat. "Depuis 20 ans, à chaque fois que le XV de France a connu une période difficile, tous les sélectionneurs se sont appuyés sur le Top 14 pour se dédouaner des mauvais résultats. Saint-André comme tous ses prédécesseurs. Cela me fait rire. Il y a 20 ans, comme il y a 40 ans, très peu de joueurs des -20 ans jouaient dans les équipes de l'élite. Cela n'est pas différent aujourd'hui. Quand je jouais, nous étions deux de l'équipe Reichel avec les Seniors. Pour un ou deux qui peuvent jouer en Top 14, les autres ne le peuvent pas encore et je trouve ça presque normal. Cet argument ne veut rien dire. Quand je vois les très bons résultats que nous avons en coupe d'Europe avec nos clubs, je suis très étonné qu'on n'arrive pas à concrétiser cela avec le XV de France et cela m'attriste beaucoup".

"C'est toujours la faute des autres"

Remonté après la quatrième défaite d'affilée du XV de France contre le pays de Galles, PSA s'était lâché au débriefing, s'en prenant notamment à ses joueurs. L'ancien ailier international avait pointé du doigt le niveau moyen en baisse constante des joueurs, qu'il avait aussi expliqué par la préférence accordée aux joueurs étrangers en Top 14. Attaqué sur son produit, Paul Goze a sorti les griffes. "La Ligue n'est pas responsable. Elle est dans un environnement professionnel. Les clubs ont des salariés et les prennent où ils veulent. On peut orienter par rapport à notre formation mais on ne peut pas les empêcher de prendre les joueurs qu'ils estiment être les meilleurs pour gagner des matchs. La proposition de Saint-André de faire jouer les meilleurs étrangers du Top 14 contre les meilleurs français ne veut absolument rien dire. Je suis loin d'être convaincu que les Français perdraient lourdement comme il l'entend. Tout cela relève de la même rhétorique, qui est de ne pas regarder les vrais problèmes. Ce que j'aimerais, c'est que les gens se remettent parfois en cause. C'est trop facile de dire que c'est le Top 14 ou les étrangers. À en écouter certains, une seule personne n'est jamais coupable, c'est eux. Je n'ai jamais entendu un entraîneur de l'équipe de France dire "Oui, je me suis trompé dans mes choix". C'est toujours la faute des autres". Une sortie qui ne devrait pas faire les affaires d'un Philippe Saint-André déjà bien acculé depuis samedi.

Paul Goze en compagnie du président de Montpellier, Mohed Altrad
Paul Goze en compagnie du président de Montpellier, Mohed Altrad - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :