Icon Sport

8e journée Top 14, UBB-ASM (présentation) - Et maintenant, Clermont s'avoue invincible à l'extérieur

Et maintenant, Clermont s'avoue invincible à l'extérieur

Mis à jourLe 03/10/2014 à 22:54

Publiéle 03/10/2014 à 22:53

Mis à jourLe 03/10/2014 à 22:54

Publiéle 03/10/2014 à 22:53

Article de Julien TEILLER

Solide leader, invaincu à l'extérieur cette saison, Clermont se rend chez l'ambitieux Bordeaux-Bègles. Un déplacement peut-être plus périlleux encore qu'à Brive, Toulouse ou Oyonnax, que les Auvergnats abordent sans complexe. L'état d'esprit a changé à Clermont.

Maintenant qu'ils ont accepté l'éventualité de la défaite à Marcel-Michelin, les Clermontois semblent comme libérés d'un poids, et sont devenus redoutables en déplacement. Les trois victoires en trois matches à l'extérieur cette saison ont été acquises en partie grâce à l'état d'esprit neuf qui les anime. La saison dernière, les Auvergnats débordaient de commentaires élogieux sur leurs futurs adversaires, sur l'immense difficulté de chaque match à venir, et semblaient se convaincre eux-même que l'obstacle était trop haut. Depuis la reprise, les Clermontois n'hésitent plus à se montrer ambitieux. "On n'a pas changé grand chose, mais c'est vrai que Franck a essayé de nous décomplexer à l'extérieur", témoigne le demi de mêlée Ludovic Radosavjlevic.

Clermont muscle son discours

"Il faut avoir de l'ambition semaine après semaine, que ce soit à domicile ou à l'extérieur, martèle le coach Franck Azéma, inspirateur de ce nouveau mental. La victoire ça aide, ça donne de la confiance, mais on ne va pas s'endormir là dessus non plus. On n'est qu'en début de saison, et tout est remis en question chaque semaine". A propos de leur futur adversaire bordelais, et de la tâche qui les attend à Chaban-Delmas ce samedi, les Clermontois versent moins qu'avant dans la (fausse) modestie à outrance qu'ils maîtrisaient à merveille. A l'image de son jeu, parfois moins enlevé que la saison dernière, Clermont a musclé son discours. "Tout dépend de nous, avance le pilier Vincent Debaty. Si d'entrée on leur met une grosse pression, on verra ce que ça donne. Mais si on les laisse jouer ils vont avoir cette envie, cette folie. Il faut vraiment les coincer d'entrée". Pas prétentieux, mais décomplexés, c'est le nouveau visage des Jaune et Bleu. "L'an dernier on n'allait pas à Bordeaux, Toulon ou ailleurs pour prendre 50 points, poursuit Vincent Debaty. Ce n'est pas que l'on est plus confiant, mais si on veut être en haut et y rester, il faut gagner des matches et des points".

Un turnover positif

Pour la conférence de presse d'avant match, ce sont Julien Bonnaire, Vincent Debaty et Jean-Marcellin Buttin qui sont collés cette semaine. Les trois internationaux ont plutôt peu joué depuis le début de saison, et auront les crocs à Bordeaux. Le turnover, parfois forcé, instauré par Franck Azéma et son staff semble bien accepté par le groupe, et profite jusqu'ici aux bons résultats de l'équipe. "Tout le monde voudrait jouer plus, personnellement j'en ai envie, mais pour l'instant on a de bons résultats donc c'est difficile de se plaindre de ce turnover, confie l'arrière Jean-Marcellin Buttin. Ça garde tout le monde impliqué. On a envie de montrer plus de choses, du fait de savoir que ça risque de tourner". Titulaire une seule fois, Vincent Debaty n'a joué que 89 minutes en sept journées de Top14. Absent du stage de l'équipe de France, il a lui aussi des choses à prouver ce week-end. "Je suis frais, plaisante le Belge. Je n'ai pas trop joué. On a un groupe très large, on peut enlever n'importe quel joueur et ça se passe bien. J'ai envie comme tout le monde de faire un résultat là-bas, de continuer sur la lancée que l'on a depuis le début de saison".

Sous le commandement de Vern Cotter, la hiérarchie paraissait figée. Cela semble moins être le cas cette saison, et certains joueurs se sont libérés. Le demi de mêlée Ludovic Radosavljevic, réduit à la portion congrue ces dernières saisons, a su profiter de l'appel d'air pour gagner du temps de jeu. Relancé par le discours de Franck Azéma qui promettait une nouvelle donne, il a suivi le programme d'entraînement préparé par le club, et en a rajouté une dose sous la houlette du préparateur physique de son ancien club, à Avignon. "J'ai changé certaines choses, confie Rado. J'essaye d'être un peu plus sérieux, j'ai haussé le ton à ce niveau là. J'ai toujours dit qu'en enchaînant des matches, c'est plus facile pour réaliser des performances de qualité et ça permet d'engranger de la confiance aussi. On se dit qu'on peut accrocher un peu plus de temps de jeu qu'avant..." Jusqu'à devenir l'un des photographes de l'équipe, instigateur des "selfies" d'après victoire. Des images du vestiaire qui témoignent aussi d'une légèreté nouvelle à Clermont.

Jean Marcellin Buttin, l'arrière de Clermont - 2013
Jean Marcellin Buttin, l'arrière de Clermont - 2013 - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :