Montage Imanol-Lopez-Rokocoko - Rugbyrama
 
Article
commentaires
Top 14

Top 14 - Transferts: un marché plombé par les incertitudes

Un marché des transferts plombé par les incertitudes

Par Fabien Pomiès
Dernière mise à jour Le 20/04/2014 à 15:21 -
Par Fabien Pomiès - Le 20/04/2014 à 15:21
Si les clubs de Top 14 ont dans l'ensemble verrouillé une bonne partie de leur recrutement pour la saison à venir, le suspense entourant la fin de l'exercice actuel pourrait raviver le marché des mutations.

Alors que dimanche s'est ouvert officiellement la période des mutations en Top 14, la plupart des mouvements sont connus de longue date et ont été assurés par des pré-contrats. Et comme lors des dernières années, Toulon a été le grand animateur du marché, avec un recrutement encore ambitieux et cette fois rajeuni. "Cette année, encore plus que les autres, j'ai tapé de partout, souligne le président du RCT Mourad Boudjellal. On a sondé 30 à 40 joueurs et on a ensuite décidé en fonction du ressenti et des retours que l'on a pu avoir. Aujourd'hui, le RCT démontre son attractivité et j'en suis satisfait". En attirant entre autres l'arrière gallois Leigh Halfpenny, l'ailier australien James O'Connor, le deuxième ou troisième ligne géorgien Mamuka Gorgodze ou encore le talonneur international français Guilhem Guirado, Toulon a frappé fort.

Derrière, les autres prétendants au haut du tableau ont effectué un recrutement ciblé. Clermont, qui tournera une page avec le départ de son manager emblématique Vern Cotter pour la sélection écossaise, a un peu appuyé sur l'accélérateur en faisant signer le Néo-Zélandais Zac Guildford, l'Anglais Nick Abendanon, l'international français Sébastien Vahaamahina ou encore le Gallois Jonathan Davies. Le champion de France en titre Castres s'est, lui, surtout attaché à prolonger une grande partie de son ossature, dont Rory Kockott, tout en débauchant l'ailier de Clermont Sitiveni Sivivatu.

Montpellier et le Racing-Métro, qui s'étaient considérablement renforcés, ont logiquement réduit la voilure. Au MHR, la meilleure affaire a été la prolongation de tout l'encadrement, dont le manager Fabien Galthié, et de deux joueurs-clés, François Trinh-Duc et Fulgence Ouedraogo. Et le troisième ligne australien Ben Mowen devrait être la recrue-phare, même si Montpellier continue à prospecter, notamment en première ligne. Au Racing, où rien n'a été officialisé pour l'instant, Laurent Labit et Laurent Travers ont semble-t-il convaincu les Castrais Brice Dulin, Antonie Claassen et Anton Peikrishvili. Comme à son habitude, Toulouse a recruté avec parcimonie, avec deux têtes d'affiche: l'ouvreur anglais Toby Flood et l'ailier français Alexis Palisson. Le Stade français apparaît lui très discret sur ses intentions. Mais à l'image de nombreux clubs, l'équipe parisienne est loin d'être fixée sur son avenir à deux journées de la fin de la saison régulière: disputera-t-elle la Coupe d'Europe, la phase finale du Top 14 ?

Grenoble en renouvellement

C'est le cas aussi de Bordeaux-Bègles. Après avoir prolongé l'intégralité de ses cadres, le recrutement girondin, issu pour l'heure du Top 14 (Beauxis, Gomez Kodela, Lesgourgues, Le Devedec) est en stand-by. En cas de qualification pour la Coupe d'Europe, plusieurs renforts pourraient intervenir. Grenoble, de son côté, s'était lancé dans un vaste renouvellement avec une dizaine d'arrivées déjà officielles, dont l'ailier sud-africain Gio Aplon. Mais la fin de saison cauchemardesque a fait appuyer le FCG sur le bouton pause. Si Brive, assuré de son maintien, a prolongé dix-neuf de ses joueurs, Oyonnax, Perpignan et Bayonne, qui luttent pour leur survie dans l'élite, nagent dans le flou et devraient s'activer une fois leur avenir précisé.

L'Usap, qui voit partir son capitaine Guilhem Guirado, ne fera "pas de communication avant la fin de la saison". Avec un budget annoncé en baisse, l'Aviron vise un "recrutement ambitieux sportivement, mais économiquement raisonnable", dixit le président Manuel Mérin. Et la priorité est de prolonger "tous les jeunes issus du centre de formation qui frappent à la porte de l'équipe première". Oyonnax, qui a officialisé cinq arrivées, dont le troisième ligne du Stade Français Olivier Missoup, attend également de connaître son sort. Biarritz, lui, est fixé depuis longtemps: ce sera la Pro D2 et une nouvelle ère. Treize départs sont déjà actés, dont des historiques (Traille, Barcella, Yachvili) ou des prometteurs (Lakafia, Lesgourgues) et trois joueurs en fin de contrat n'ont toujours pas renouvelé, et non des moindres: Imanol Harinordoquy, Magnus Lund et Iain Balshaw.

 
 

commentaires


  • Toulouserugby4424/04/2014 07:22

    C'est une tres bonne affaire

  • Blazz31oval22/04/2014 21:39

    C'était le risque en professionnalisant le Rugby. Nous savions à quoi nous attendre. C'est effectivement dommageable pour les JIFFs car cela pousse aussi le recrutement vers d'autres hémisphères!

  • Blazz31oval22/04/2014 21:35

    Personnellement je ne comprend pas le recrutement Toulousain une fois de plus!!!??? Il nous faut des premières, deuxième et troisième lignes de qualité (plus encore avec le départ de Montes) et toujours rien de ce coté là...Catastrophique! Il nous faut le retour de Yannick Bru et de de mimile N'Tamak dans le Staff - J'aime beaucoup William mais il n'a pas sa place (pas encore) et encore moins ce JBE que je ne prendrais même pas pour éplucher les citrons. Il nous a ruiné notre attaque depuis 3 ans, et ce n'est pas un pléonasme... Je suis fou de rage et j'espère que le comité de recrutement du Stade nous cache quelques éléments car le cas échéants, je ne donne pas cher de notre peau l'année prochaine... Je parierai même sur la partie basse de tableau (8ème à 10ème)! C'est d'ailleurs pas passé loin cette année!