Top 14 - - Toulouse

Top 14, Toulouse, Guy Novès: "On n'appelle pas ça un doublon mais en réalité, c’est un doublon"

Lundi prochain débute le stage de préparation du XV de France. Une semaine durant laquelle le Stade toulousain va perdre bon nombre de ses joueurs. Le manager du club, Guy Novès, a un avis bien tranché sur ce nouveau système.

 
Novès: "On n'appelle pas ça un doublon mais en réalité, c’est un doublon" - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Comment voyez-vous les préparations des équipes du Top 14 ?

Guy NOVES: Aujourd’hui, un promu a les moyens de se préparer deux mois à l’avance. A côté, une grande équipe, comme la nôtre par exemple, avec dix internationaux français à qui on interdit de se préparer… Évidemment, le promu est mieux préparé. C’est différent. Et bizarrement, on s’aperçoit que l’équipe non préparée est moins forte que l’équipe qui se prépare.

Vos joueurs sont-ils prêts pour les prochains rendez-vous ?

G.N.: Après le match face à Castres, le Stade toulousain se déplace à Perpignan. En regardant un peu, neuf de nos joueurs partent dimanche pour le stage en équipe de France. Et après, on va me dire: "c’est bizarre, le Stade toulousain n’est pas prêt". 

Ce stage nuit-il aux équipes du Top 14 ?

G.N.: Ce système est nouveau. Aujourd’hui, on n'appelle pas ça un doublon mais en réalité, c’est un doublon. Une équipe comme la nôtre va récupérer ses joueurs le vendredi pour jouer le samedi. Sans aucune préparation, c’est impossible. En plus, ils vont rentrer cuits mentalement parce qu’ils seront programmés pour novembre mais aussi physiquement parce que le staff n’aura pas hésité à les faire bosser. Personne ne se soucie de la fatigue entraînée par la préparation.

Ces problèmes de préparation peuvent-ils expliquer le peu de succès à l’extérieur en ce début de saison ?

G.N.: C’est un contexte qui est de plus en plus dur pour obtenir une certaine qualité dans les prestations. Il est beaucoup plus difficile d’économiser ses joueurs et donc de s’imposer à l’extérieur. On se donne moins les moyens d’aller gagner hors de nos bases. C’est peut-être une partie de l’explication. Il faut également signaler que les équipes sont de plus en plus fortes. Elles sont armées jusqu’aux dents avec des joueurs étrangers de niveau international. C’est certainement l’autre partie de l’explication.

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |