Lionel Nallet a repris pour sa dernière saison avec Lyon - Icon Sport
 
Top 14

Top 14 - Lyon veut se faire une place au soleil parmi l'Elite

Lyon veut se faire une place au soleil

Par Alexandre Ollivieri
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 30/06/2014 à 22:20 -
Par Alexandre Ollivieri - Le 30/06/2014 à 22:20
Les joueurs lyonnais ont retrouvé ce lundi le chemin de l'entrainement au Matmut stadium. Le début de huit semaines de préparation qui les emmèneront progressivement vers la reprise du Top 14. L’objectif est clair: se faire une place au soleil du rugby français et éviter de redescendre immédiatement en Pro D2, comme il y a deux ans.
 

Champion de France hors catégorie et ogre de la Pro D2 en mai, le Lou rugby a fait sa rentrée ce lundi dans un nouveau costume, celui de petit poucet du Top 14. Un costume que le club a bien connu il y a deux ans, et dont il n’a pas su se défaire assez vite, ne passant qu’une seule saison dans l’élite. Pour éviter pareille déception, pas moins de seize recrues ont débarqué entre Rhône et Saône durant la trêve. Mais pour la reprise, après cinq semaines de vacances, seulement huit nouveaux joueurs étaient présents sur le pré, à l’ombre des tribunes du Matmut.

George Smith était bien là

Parmi les absents, certains ont été retenus au mois de mai pour les phases finales du championnat de France. C’est le cas de Pierrick Gunther et Emmanuel Felsina avec Toulon, Fabrice Estebanez avec le Racing ou Paul Bonnefond avec Castres. Jérôme Porical, lui, était concerné par le barrage de H Cup du Stade français contre les Wasps. D’autres n’étaient pas encore prêt pour la reprise, comme Stephen Brett, venu de Bayonne et Deon Fourie, le Sud-Africain des Stormers. Ces joueurs s’entrainent de leur côté avant de rejoindre leurs nouveaux coéquipiers, dès le 1er juillet. Charles Malet, troisième ligne de Narbonne, est tout simplement arrivé blessé à Lyon et ne devrait reprendre qu’en septembre. Quant à Scott Wisemantel, nouveau coach australien des lignes arrières, il va rejoindre le Lou jeudi, selon Tim Lane, le manager général.

A l’inverse, Hoani Tui, Karim Ghezal, Mickaël De Marco, Julien Puricelli, Masi Matadigo, Mathieu Lorée et la star australienne, George Smith, étaient là pour découvrir le stade, s'intégrer et démarrer leur préparation de manière individuelle dans un premier temps. Avant cela, les joueurs ont participé vendredi à des tests physiques pour évaluer leur condition. "Le programme de l’intersaison a plutôt bien été respecté par chacun, se félicite Lionel Nallet, le capitaine. Tout le monde a pris conscience que la saison à venir sera dure et qu’il ne fallait pas revenir avec un déficit de forme". A l’issue de ces tests, trois groupes ont été constitués pour optimiser le travail de fond.

Reprise de l'entraînement pour le Lou en ce 16 juin
Reprise de l'entraînement pour le Lou en ce 16 juin - Rugbyrama

Un budget de 20,5 millions d'euros

En tout, le Lou de Tim Lane et Olivier Azam a engagé dix avants et six arrières. Il a surtout renforcé son pack, arme indispensable d’une bonne équipe de Top 14, avec des joueurs d’expérience. "C’est vrai qu’il y a beaucoup de nouveaux, reconnait Nallet. On apprend à les découvrir. J’en connais personnellement grâce à mes anciens clubs ou aux sélections, donc la prise de contact est rapide. L’intégration se passe bien". Pour qu’elle se passe encore mieux, le staff prévoit d’organiser une journée et une nuit avec l’ensemble de l’effectif, "pour souder les joueurs", explique Tim Lane. La destination n’est pas encore choisie. Pas de stage ensuite mais une série de matchs amicaux qui permettra aux Lyonnais d’affronter notamment Oyonnax, Bourgoin-Jallieu et le Stade français, au mois de juillet.

En attendant de retrouver les lumières du Top 14, Lyon se prépare en assurant que son objectif principal sera le maintien. "On arrive avec le statut de promu et tout l’humilité qui va avec, souligne Yann Roubert, le président. Mais aussi avec beaucoup d’envie et d’enthousiasme". Pour pérenniser sa place dans l’élite, le club lyonnais disposera d’un budget de 20,5 millions d’euros. "Ce chiffre est à relativiser puisqu’il inclut le stade, dont nous sommes propriétaires, et qui nous coûte environ 3 millions d’euros, précise le président. Nous sommes donc à 17 millions, ce qui nous laisse tout de même la possibilité de bâtir une équipe compétitive". Un stade qui accueillera bientôt une tribune supplémentaire, pour porter la capacité totale à 12 000 places au lieu de 8 000 actuellement. "Le Matmut est notre maison et nous y jouerons. Aucune délocalisation à Gerland n’est prévue pour l’instant", prévient Yann Roubert. Dans cette enceinte qu’il transforme peu à peu en antre, le Lou espère faire tomber les gros et marcher dans les pas de clubs comme Brive et Grenoble. Eux, ces anciens promus qui sont parvenus à se faire une place au soleil.

Alexandre OLLIVIERI

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×