Doussain - Bayonne Toulouse - 2012-2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Stade toulousain-Bayonne - Toulouse face à la force basque

Toulouse face à la force basque

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 24/08/2013 à 16:27 -
Par Midi Olympique - Le 24/08/2013 à 16:27
Les Toulousains vont évoluer pour la première fois de la saison au sein de leur stade Ernest-Wallon. L'occasion parfaite de se relancer après la défaite concédée face à l'UBB (31-25). Attention toutefois à ne pas se faire surprendre par une formation bayonnaise bien en place.

LE CONTEXTE

Après sa défaite à Bordeaux-Bègles (21-35) le week-end dernier, le Stade toulousain va sans aucun doute vouloir se racheter face à son public. Une victoire permettrait aux hommes de Guy Novès de lancer leur saison et de se préparer plus sereinement pour le déplacement à Clermont pour la troisième journée. Au contraire, l’Aviron n’a pas raté son entrée en matière en corrigeant Oyonnax (39-11) lors de l’ouverture du championnat. Bayonne, en s’imposant à domicile, s’est alors installé à la première place du Top 14. Le Stade toulousain, en position "d’outsider" en marge de la réception à Ernest Wallon ? C’est sans compter sur leur pouvoir de réaction. Eux qui ont su prouver à maintes reprises leur capacité à réagir après un échec. Un match qui promet donc de l’action, entre des Bayonnais qui voudront confirmer leur succès et un Stade revanchard.

LES EQUIPES

Icon Sport

Pour la réception de Bayonne, le staff toulousain a choisi de titulariser Guillamon en tant que pilier droit. Yoann Huget sera aligné à l’arrière, au détriment de Clément Poitrenaud, alors que le Néo-Zélandais Hosea Gear, qui découvrira Ernest-Wallon, débutera sur l’aile gauche. Du côté de l’Aviron, Boutaty et Fa’aoso formeront la deuxième ligne, Senekal étant blessé. Bélie, également forfait, sera remplacé par Rouet. Monribot et Fuster font aussi leur entrée par rapport à l’équipe victorieuse contre Oyonnax (39-11), en lieu et place de Marmouyet et O’Connor.

ILS ONT DIT...

Même si les Bayonnais n'ont perdu qu'un seul de leur dix derniers matchs, ils ont conscience que la marche toulousaine sera vraisemblablement trop haute pour eux. Face à une équipe en quête de revanche il sera en effet délicat de s'imposer. Julien Puricelli a confié ses impressions sur le site du club. "Nous ne voulons pas baisser d'intensité, on a repris le Top 14 sur la lancée de notre fin de saison: les premiers matches de préparation l'ont confirmé, l'entame de championnat a été plutôt réussie (succès face à Oyonnax 39-11), on sent notre jeu évoluer. Maintenant attention, il s'agit du Stade toulousain. Clairement, on va à Toulouse pour limiter la casse: après une défaite (à Bordeaux le week-end dernier, 31-25) c'est toujours difficile de les jouer, on l'a vécu à deux reprises la saison dernière (6-35 à domicile et 42-6 à Ernest-Wallon). On s'attend à un gros combat".

Côté toulousain, seule la victoire compte. Battus par ces mêmes Bayonnais en amical il y a quelques semaines (10-0), les Rouge et Noir avaient été impressionnés par la force collective basque. Le demi de mêlée Jean-Marc Doussain a expliqué que ses coéquipiers attendaient cet affrontement avec une impatience non dissimulée. "Ils sont sur une très bonne dynamique, ils ont gagné tous leurs matchs amicaux et ont fait un beau match contre Oyonnax. Ils arrivent avec une grosse confiance et nous on est dans l’obligation de gagner notre premier match de la saison à domicile. Donc c'est vrai qu'il y a un peu de pression mais c'est excitant aussi. Il faudra lancer la saison en gagnant ce match".

LA STAT: 32

Icon Sport

32. Comme la moyenne de points encaissés par les Bayonnais lorsqu'ils posent un pied sur la billard d'Ernest-Wallon. Autant dire que les Basques sont repartis les valises chargées de leurs déplacements dans la ville rose. En neuf rencontres, les Ciel et Blanc ne sont parvenus à s'imposer qu'une seule fois à Toulouse (13-19). C'était lors de la saison 2005-2006. Autant dire une éternité. Une statistique rédhibitoire ? Pas vraiment non.

Il y a quelques temps, les pensionnaires du stade Jean-Dauger étaient venus sérieusement inquiéter les hommes de Guy Novès sur leurs bases. Et puis c'est dans la peau du leader que l'Aviron défiera ce samedi le Stade toulousain. Même si ce classement demeure anecdotique tous les espoirs semblent permis. Il conviendra néanmoins de se montrer moins fébrile en défense qu'à l'accoutumée. Difficile en effet de s'imposer à l'extérieur en prenant plus de 30 points dans la musette.