Top 14

Le tour de Midi Olympique

Comme chaque semaine, les envoyés spéciaux de Midi Olympique décryptent, à travers une anecdote, un joueur ou une image insolite, les moments forts de la 1ere journée de Top 14. Là, ils reviennent sur les performances de Smith, Oyonnax, Vuidravuwalu ou encore des jeunes Goia et Baille.

 
Le tour de Midi Olympique - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Toulon-Racing: 41-14. Pierre-Laurent GOU

Il a mis le feu au stade. Fantasque, David Smith l’est dans sa vie de tous les jours. Sur un terrain aussi. Mais depuis le début de a saison, il fait sensation par ses prestations. Face au Racing, vendredi soir, il a été époustouflant. Sur chacune de ses prises de balle, il se passait quelque chose. Surtout, il s’est montré irréprochable en défense pour le plus grand plaisir de Bernard Laporte. L’entraîneur de Toulon est exigeant vis-à-vis du Néo-Zélandais, sévère même ! Mais pas là. Il faut dire qu’en ce moment David Smith peut voir débarquer Bryan Habana cette semaine, puis Drew Mitchell un peu plus tard, pour le moment, le boss aux ailes, c’est lui !

Oyonnax-Clermont: 30-19 . Léo FAURE

Ici, on ne sait pas vraiment. Mais là-bas, dans ce grand nord rugbystique que l’élite découvre, c’est désormais clair: c’est Oyonnax ! 22 000 âmes gonflées à bloc d’une rage de ne pas vivre ce Top 14 comme un long calvaire. Animés d’une fureur de garder Charles-Mathon inviolé quelques semaines encore, les promus ont donc frappé un premier coup d’envergure dans le championnat. 20-0 à la pause, 30-19 au final, l’USO s’est offert la tête du vice-champion d’Europe en guise de premier trophée. Presque facilement. Trop ? Sûrement. Les Clermontois, encore loin de leur niveau habituel et trahis par un engagement insuffisant pour le défi qui leur était proposé, n’ont pas offert leur meilleur visage. Mais ne pas s’y tromper: si l’ASMCA a trébuché dans l’Ain, il ne sera pas le seul. La dimension physique et l’engagement qu’imposent les hommes de Christophe Urios, sur leurs terres, leur promet d’autres samedi soir de fête. Et d’autres haies d’honneurs si, à l’image de Clermont, l’adversaire vaincu en a la bonne idée.

Biarritz-Montpellier: 19-12. Simon VALZER

Il en a longtemps rêvé, c'est désormais fait. Le jeune international à VII espagnol Julen Goia Iriberri a connu sa première titularisation en Top 14 avec le Biarritz olympique. Certes, il n'a pas marqué. Mais pas besoin de franchir la ligne d'en-but pour attirer l'œil de l'entraîneur. Didier Faugeron ne s'y est d'ailleurs pas trompé: "Il a très bien négocié son premier ballon". On se souviendra en effet d'un cadrage débordement d'école au milieu de plusieurs Montpelliérains qui offrit quelques précieux mètres à son équipe. "Il a fait son match", reprend Faugeron, "il n' a pas perdu un ballon, il ne s'est pas trompé en défense… bref, il a tenu sa place, comme tous les autres joueurs de l'équipe". Et dire qu'il n'est même pas encore professionnel ! "Un amateur en Top 14… en effet, ce n'est pas courant dans le rugby actuel !", souriait encore Faugeron. A l'heure où des joueurs du triangle arrière comme Teddy Thomas ou Paul Couet-Lannes ont beaucoup joué et que les internationaux Balshaw, Brew et Ngwenya sont toujours absents, l'encadrement biarrot ne peut que se ravir de voir le jeune joueur postuler. Remplacé en fin de match par le puissant Seremaia Burotu, on crut un instant que le jeune Espagnol s'était blessé… "Non non… juste quelques crampes", rassurera Faugeron. Il faut dire que le jeune bougre, qui a contenu les assauts des remuants Montpelliérains, n'a pas ménagé ses efforts….

Perpignan-Stade français: 27-28. Marc DUZAN

"Il est meilleur que Nakaitaci et Vakatawa. La jeune star fidjienne, c'est lui !" L'observation, probablement un rien excessive, est signée d'un spectateur d'Aimé Giral. Samedi soir, le public de l'Usap a ainsi découvert Waisea Vuidravuwalu (22 ans, 1,93 m et 96 kg). Pour sa première apparition de la saison, l'ailier du Stade français a éclaboussé ce match de toute sa classe. Ou plutôt de sa puissance. Explosif, doté d'un raffut surpuissant et d'une pointe de vitesse ahurissante, Vuidravuwalu a fait souffrir le martyr aux défenseurs catalans, se permettant même de transpercer le paquet d'avants usapiste sur une accélération meurtrière ! International à 7 avec les Flying Fijians, Waisea Vuidravuwalu est arrivé l'an passé à Paris, où il se fit notamment remarquer par une performance exceptionnel au Michelin.

Castres-Grenoble: 34-6. Vincent BISSONNET

Le champion a signé son retour à la maison de la plus belle des façons avec une victoire 34-6 face à de valeureux Grenoblois. L'équipe sacrée en juin ne semble pas avoir changé... Enfin presque. Trois des principaux acteurs du succès bonifié face au FCG n'étaient pas inscrits sur la feuille de match pour la finale : Max Evans, Marcel Garvey et Rémi Lamerat n'avaient pas connu les honneurs du Stade de France. Samedi, ils ont brillamment porté leur équipe vers un succès convaincant, chacun étant animé par un sentiment de revanche ou une quête de rédemption : l'Ecossais n'a pas vraiment convaincu depuis son arrive dans le Tarn à l'été 2011 et veut enfin se montrer sous son vrai visage ; l'Anglais, volontaire, généreux, avait vu la réussite le fuir tout au long de la saison passée ; et le centre, grand espoir trop longtemps catalogué comme grand blessé, entend confirmer toutes les belles promesses placées en son potentiel. Avec ces trois agitateurs de particules, trois compétiteurs patentés parmi tant d'autres dans ce collectif à l'homogénéité remarquable, on ne voit vraiment pas comment le CO pourrait s'endormir sur ses lauriers.

Stade toulousain-Bayonne: 40-3. Nicolas AUGOT

Que retenir de cette première sortie du Stade toulousain à Ernest-Wallon? Que les protégés de Guy Novès n'ont pas eu besoin de forcer leur talent pendant seulement vingt petites minutes pour mettre à terre des Basques dominés dans l'engagement. Sinon, il faut surtout souligner la performance de Cyril Baille. Le pilier gauche originaire de Pau et formé à Lannemezan, qui fêtera ses vingt ans le 15 septembre, est entré en jeu dès la deuxième minute de jeu pour remplacer Vasil Kakovin blessé. Auteur d'une prestation remarquée à Bayonne en match amical le 8 août, il a été à la hauteur de l'événement pour ce match de Top 14: duel exceptionnel face à l'ancien All Black Neemia Tialata, dynamisme balle en main et technique individuelle au-dessus de la moyenne pour un joueur de première ligne. A revoir au plus vite.

Brive-Bordeaux-Bègles: 25-12. Gérard PIFFETEAU

Le souvenir de la saison 2011/2012 au cours de laquelle l’UBB, en battant les Brivistes deux fois, avait contribué, surtout en s’imposant en Corrèze à trois journées de la fin, à leur rétrogradation, aurait pu suffire à pimenter ce nouveau rendez-vous dans l’élite. Il a fallu que s’ajoute au contexte et aux enjeux (déjà), une sorte de match, indirect, dans le match entre les ex-Girondins qui ont pris en début de saison la direction du CABCL : Mai’lei, Leupolu et surtout Koyamaibole que l’UBB avait licencié quelques mois plus tôt, mais aussi Ferrères arrivé précédemment, et ceux de l’Union qui ont fait le chemin inverse : Luafutu bien sûr mais également Poirot, voire Jaulhac. Sans l’avouer, certains observateurs girondins craignaient qu’un certain Koyamaibole particulièrement revanchard et son compère Leupolu se fassent regretter par leur performance. Cette crainte était-elle justifiée ? Nous laisserons chacun en juger. Mais ce qui n’a échappé à personne, c’est l’énorme implication des deux gaillards, Leupolu à droite de la première ligne, Koyamaibole en numéro huit, dans la réalisation du seul essai des Brivistes qui les assurait de la victoire. La vague de la mêlée corrézienne emporta sa rivale et Koyamaibole, que l’ailier Connor, seul, ne put repousser, planta rageusement le ballon dans l’en but bordelais. Ostensiblement il a manifesté sa joie face à la tribune, et ce comportement en disait long...

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |