Fabrice Landreau dirige la reprise des Grenoblois - Rugbyrama
 
Top 14

Fabrice Landreau (Grenoble): "La bataille sera rude pour rester en Top 14"

Landreau: "La bataille sera rude pour rester en Top 14"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/06/2014 à 12:21 -
Par Rugbyrama - Le 19/06/2014 à 12:21
Le directeur général du FCG, Fabrice Landreau, estime que le niveau du Top 14 sera encore "un cran au-dessus" cette saison. L’objectif pour Grenoble sera donc d’assurer avant tout son maintien dans l’élite du rugby français. Fabrice Landreau rappelle que deux clubs "historiques", Biarritz et Perpignan, joueront en Pro D2 cette année.
 

La semaine dernière les joueurs semblaient plutôt en bonne forme pour la reprise. Est-ce que les tests physiques effectués lundi ont confirmé cette impression ?

Fabrice LANDREAU: Pour une reprise, c’était plutôt bien. C’est dans les standards de ce qu’on attendait. Ils ont bien respecté les exigences de poids, la course c’est bien, les tests en force c’est plutôt bien aussi pour le début de saison. Il n’y a pas de blessure importante. Il y a des petits bobos, des petits blocages de dos, mais c’est logique.

Comment les recrues s’intègrent-elles ?

F.L: Plutôt bien. Il en reste quelques-unes à arriver. Ross Skeate (venu d’Agen) arrive lundi. Ensuite on attendra les joueurs de l’hémisphère sud: Owen, Willison, Aplon et McLeod qui arriveront au mois d’août.

Les deux dernières saisons vous avez terminé onzième au classement. Quels seront les objectifs cette année ?

F.L.: L’objectif sera de rester en Top 14. Il y a deux ans le championnat était relevé, on était juste promus ; l’année dernière il y a eu une course folle aux points. Je pense que ce sera encore un cran au-dessus cette saison. Toutes les équipes se sont renforcées, tous les promus se sont maintenus (Oyonnax et Brive). Et les deux promus qui viennent (Lyon et La Rochelle) arrivent en format Top 14. Donc la bataille sera rude pour rester en Top 14. Et puis il ne faut pas oublier les deux clubs prestigieux qui descendent en Pro D2, que ce soit Biarritz ou Perpignan qui n’était jamais descendu. Personne n’est à l’abri. […] Pour nous, c’est un nouveau départ. On a terminé la saison dernière avec les joueurs majeurs qui nous ont permis de devenir champion de France de D2 et se maintenir deux ans de suite en Top 14. On a décidé de changer de cycle. Là, on en entame un nouveau. On a douze joueurs du centre de formation qui vont intégrer le groupe pro cette année. La moyenne d’âge de notre équipe va sensiblement se rajeunir. Les jeunes en devenir progressent de plus en plus. Ce sera un bon équilibre avec des joueurs très matures: Benjamin Thiery, Geoffroy Messina, Jonathan Wisniewski (qui a attaqué lundi la préparation avec le FCG) ; Jonathan Best chez les avants. Ce seront un peu les tauliers de notre équipe, sans oublier Fabien Gengenbacher, notre capitaine. Ça va être un bon mix avec les recrues, de jeunes recrues qui ont 20-21 ans (comme l’irlandais Chris Farrell). Le challenge sera de bien jouer ensemble rapidement.

" On part à 54 en Argentine pour créer un vrai état d’esprit"

L’originalité de votre préparation, c’est ce stage en Argentine fin juillet…

F.L: C’est une opportunité qu’on a pu saisir avec cette invitation de la Fédération argentine. Le fait de s’expatrier 15 jours durant, de découvrir une autre culture, un autre rugby et de jouer contre une équipe nationale, c’est une opportunité incroyable. On est très chanceux. On était déjà allés en Russie (en 2011), c’était exceptionnel. Ça va être bien pour le jeu, pour voir si les principes qu’on a mis en place vont porter leurs fruits ou non et puis surtout pour la cohésion de groupe. On part à 54. L’ensemble du groupe, hormis les joueurs de l’hémisphère sud, sera présent plus les jeunes du centre de formation. C’est un groupe très élargi qu’on emmène, encore une fois pour créer un vrai état d’esprit, qu’on devienne un clan, une tribu.

Est-ce une volonté de votre part ou un concours de circonstances de n’affronter aucun de vos futurs adversaires de Top 14 en préparation ?

F.L. : C’est un hasard. Nous avions programmé avec Christophe Urios (manager d’Oyonnax) une rencontre. Christophe était venu avec son équipe à Grenoble la saison dernière et cette année on devait jouer le match retour à Oyonnax. Mais il y a eu cette opportunité avec l’Argentine. On avait déjà bloqué depuis un an le Legion rugby challenge (où le FCG affrontera au Stade des Alpes les Harlequins le 9 août) mais on voulait faire un match amical à Sainte-Afrique et un autre contre Oyonnax. Malheureusement, on n’a pas pu remplir notre contrat face à Oyonnax. On le reportera, je pense, l’année prochaine.

Propos recueillis par Laurent GENIN

Landreau avec les avants isérois lors de l'entraînement
Landreau avec les avants isérois lors de l'entraînement - Rugbyrama

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×