Grande joie pour les Castrais, vainqueurs en barrage à Clermont (10 mai 2014) - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Barrage Top 14, ASMCA-Castres - Oui, le champion en titre est toujours debout !

Oui, le champion en titre est toujours debout !

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/05/2014 à 14:44 -
Par Fabien Pomiès - Le 11/05/2014 à 14:44
Donné perdant à Clermont, qualifié pour les phases finales dans la douleur, Castres est toujours en vie. Et ne veut pas s'arrêter en si bon chemin.

Quelques minutes après la fin du match, ils ont formé un cercle sur la pelouse de Marcel-Michelin. Celle qui n'était jamais tombée depuis novembre 2009. Eux l'ont fait. Eux, ce sont les Castrais. Un cercle pour se rassembler, se dire que tout commence. Plus tard, dans la zone mixte bouillonnante, le contraste est saisissant: les Castrais rigolent, les Clermontois ont la tête basse. "Gagner ici, c'est vraiment un exploit, personne ne s'y attendait", disait David Darricarrère, l'entraîneur des lignes arrières. "Mais on y a cru". L'espoir, le maître-mot de ces valeureux Castrais. Dans son costume d'outsider, son préféré, le champion de France est venu montrer à tout le monde qu'il fallait encore compter sur lui. D'autant plus que le CO revient de loin.

Amorphe et dépassé à Bayonne lors de la dernière journée du championnat, Castres a montré un visage radicalement différent au pied des volcans d'Auvergne. Les Tarnais avaient beaucoup de mal à l'extérieur cette saison ? Ils ont livré leur match le plus accompli en terrain hostile. "Comme je l'ai dit cette semaine, c'est dans ces moments-là que le groupe est certainement le plus fort", analysait Darricarrère. Sixième à l'issue de la phase régulière, qualifié ric-rac, le CO est maintenant en demi-finale. Un champion qui balbutiait son rugby en fin de saison, et qui l'a retrouvé au meilleur moment. "Il y avait cette petite part qui disait qu'on était en phases finales, qu'on avait une carte à jouer. Cela s'est bien passé pour nous", souriait Brice Dulin, encore une fois auteur d'un match monstrueux. "On a beaucoup de chance aussi. Prendre deux cartons jaune dans un match de phase finale et réussir à l'emporter, c'est une chose très rare donc il faut rester les pieds sur terre", a tout de suite calmé l'arrière international. Sur la rédemption de son équipe, Darricarrère confiait : "La défaite à Bayonne nous a finalement fait du bien dans les têtes. On s'est remobilisé. On savait très bien que c'était une autre compétition qui commençait. En phase finale, c'était du 50-50".

Déjà la tête à Lille

Dehors, à quelques pas de la zone mixte, les supporters castrais ont longtemps attendu leurs joueurs qui montaient dans le bus. Voilà le CO encore en vie, prêt à défendre son titre. L'an dernier, personne n'avait vu venir le coup des deux Lolo (Travers et Labit). Cette année, beaucoup doutaient de la capacité du CO à digérer ce titre. Nouveaux entraîneurs, concurrence accrue, il y avait tout pour que Castres passe à la trappe. Au prix d'un match formidable à Michelin, les joueurs de Matthias Rolland se sont donné le droit d'aller jouer une demi-finale à Lille. "On se devait de défendre notre Bouclier. Mais le plus important c'était de créer une nouvelle aventure. On a la chance de pouvoir la poursuivre. On a eu un coup de pouce, le destin nous a souri sur la phase régulière pour se qualifier", rajoutait Brice Dulin. Jusque là, le Top 14 n'avait jamais souri aux équipes qui se déplaçaient lors d'un barrage. En deux jours, le Racing et Castres ont montré qu'il ne fallait pas porter d'importance à cela. "Comme on dit certains, ça a fait augmenter nos chances statistiquement de gagner ici", se marrait Darricarrère. Les leaders de jeu ont surtout été au rendez-vous pour mener le CO vers la victoire.

Les Castrais, à l'abri des regards et de la pression médiatique, ont une nouvelle fois étonné tout le monde. Jusqu'où sont-ils capables d'aller ? A Lille, c'est Montpellier qui se présentera face à eux. Des Héraultais en pleine bourre, impressionnants ces dernières semaines. Dans les couloirs de Michelin, tous les joueurs avaient déjà la tête à la demi-finale. Savourer ok, se projeter, c'est encore mieux. Le champion de France n'est plus qu'à un match de la finale. Celui pour défendre son titre. Le champion est toujours debout. Dans une nouvelle aventure, avec de nouveaux hommes à sa tête. Mais toujours la même envie de faire déjouer les pronostics.

Le Castres Olympique a mis fin à plus de quatre années d'invincibilité de Clermont à domicile
Le Castres Olympique a mis fin à plus de quatre années d'invincibilité de Clermont à domicile - AFP
 
 

commentaires


  • jeanber8115/05/2014 16:05

    @tototitislo jalouse

  • jeanber8115/05/2014 16:03

    @Rugbylecombat toi tu vas pleurer

  • TahitiToulon13/05/2014 11:18

    Le rugby me fait encore rêver ! Pour d'autre le rugby exacerbe leur mauvaise foie ou encore perturbe leur fonctionnement cognitif...... ..... il suffit de lire certains posts ....... mais bon, pourvu que les matches soient beaux alors la fête seea belle !