Top 14 - - Ils l'ont dit

6e journée Top 14, les petites phrases - Morgan Parra: "On s'est mis le bordel tout seul"

La philosophie de Galthié, la joie de Claassen, la frustration de Parra et Poitrenaud ou la déception d'Urios... Les phrases marquantes de la 6e journée.

 
Parra: "On s'est mis le bordel tout seul" - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Fabien Galthié (directeur du rugby de Montpellier): "Ce vendredi c'était Noël avant l'heure. On a apporté des cadeaux qu'on a mis sur le terrain, sous le sapin, il aurait fallu aller les chercher. Et, eux, ils ont ouvert les cadeaux. [...] Je pense qu'on a fêté Noël à Perpignan. Il y a peut-être aussi du vendredi 13. On donne trois essais cadeaux et après c'est un peu mieux, mais...Non je m'attendais pas à un tel résultat, je n'ai pas envie de dire autre chose. Cette semaine, après le résultat contre Toulouse, je suis resté sobre, je me suis effacé. Ce vendredi, je me serais bien effacé aussi".

Antonie Claassen (troisième ligne de Castres): "Il ne fallait surtout pas perdre ce match ! C'était notre premier gros test de la saison et nous l'avons réussi. Nous avons répondu présent et c'était important après ce que nous avions montré à Oyonnax la semaine passée. Physiquement, c'était dur, ça tapait fort mais nous avons réussi à rester appliqués durant toute la partie, même si nous avons connu des petites difficultés au début de la deuxième période. Au final, nous avons sans doute été plus précis que Toulon, en tout cas bien plus précis que sur nos dernières sorties à l'extérieur. Toulon, c'est vraiment une grosse équipe, on l'a vu sur la fin, et le point positif, c'est comment nous avons bien géré la fin de partie face à un adversaire aussi décidé".

6e journée Top 14, les petites phrases - Morgan Parra: \"On s\'est mis le bordel tout seul\" - Rugby - Top 14 Clément Poitrenaud (arrière de Toulouse): "On s'est fait ch... en deuxième mi-temps et c'est dommage. On ternit un peu notre bonne première mi-temps. Nous avons vraiment parfaitement entamé le match notamment en appuyant là où cela faisait mal, à savoir nos ballons portés qui ont été efficaces. Après la pause, nous ne sommes plus parvenus à mettre du rythme. Il n'y a pas grand-chose à garder de ces 40 dernières minutes. Il ne faudra pas renouveler cela face à Castres car l'opposition sera tout autre".

Jean-Frédéric Dubois (entraîneur du Stade français): "On retiendra la victoire, on est content d'avoir pris quatre points. C'est la première fois qu'on jouait sous la pluie, on a eu du mal à se mettre dans le match. Il faut tirer un grand coup de chapeau à Brive qui aujourd'hui a sans doute produit plus de jeu que nous. Ils ont été valeureux. Nous, on va se contenter de la victoire car on voit que cela reste fragile. On a battu Clermont mais on n'est pas des surhommes, on reste en phase de reconstruction. Ca va nous permettre de travailler dessus. Peut-être que les années précédentes, sur ces matches-là, cela aurait pu mal tourner."

Nicolas Godignon (entraîneur de Brive): "Il y a des pénalités qui sont très faciles à corriger, embêtantes mais que l'on doit pouvoir gommer très facilement. Et puis d'autres, comme en mêlée, que je n'arrive pas à comprendre. Aujourd'hui, l'équipe qui a gagné est celle qui a été la plus disciplinée. Quel que soit le niveau, quand on n'arrive pas à se maîtriser là-dessus, on est sanctionné tout de suite. Surtout quand il y a un buteur comme Porical, même s'il a manqué une ou deux occasions, ça fait toujours mal. Il va y avoir du travail cette semaine là-dessus."

Morgan Parra (demi de mêlée de Clermont): "C'est dommage et surtout frustrant de laisser échapper le point de bonus offensif à la fin du match. J'ai l'impression que nous ne sommes jamais vraiment entrés dans la partie, nous avons subi les impacts, dans le combat, donc à partir de ce constat, cela devient compliqué. Même lorsque nous avons évolué en supériorité numérique, nous n'étions jamais dedans. On s'est mis le bordel tout seul."

Christophe Urios (entraîneur et directeur sportif d'Oyonnax): "Un gros coup derrière la tête, je ne sais pas, on verra la semaine prochaine. En tous cas, c'est une déception car on n'était pas venu avec ses ambitions-là. On pensait qu'il y avait une opportunité de ramener des points, au moins un point de bonus, car je vois que ça traîne pas (derrière, ndlr): Brive a ramené un point du Stade Français. On n'a pas su se mettre au niveau de cette équipe de Bordeaux qui a mis beaucoup d'intensité, qui a joué parfaitement avec les conditions, et c'est vrai que cette entame ne nous installe pas trop dans le match. C'est une déception plus qu'un gros coup sur la tête. On ne va pas commencer à s'affoler. Je pense qu'on n'est pas surpris par l'intensité. Qu'on n'ait pas été capable de se mettre au niveau de l'intensité, c'est autre chose. A l'extérieur, on sait très bien que pour ramener des points, il faut être capable de mettre davantage de contenu, d'ingrédients et d'intensité physique."

Laurent Labit (entraîneur du Racing Métro): "Les conditions climatiques sont venus renforcer l'état d'esprit et notre volonté de jamais lâcher, même quand Bayonne a repris le score. On a un vrai collectif, un vrai groupe. On est satisfait de cette victoire à l'extérieur dans ce championnat très compliqué. Ca nous enlève une certaine pression pour le prochain match à domicile (contre Bordeaux-Bègles, ndlr)".

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |