Jonathan SEXTON - 31.08.2013 - Racing Metro 92 Oyonnax - 3eme journee de Top 14 - - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

3e journée du Top 14, Racing Métro-Oyonnax: Le Racing, pas encore convaincant

Le Racing, pas encore convaincant

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 31/08/2013 à 21:11 -
Par Midi Olympique - Le 31/08/2013 à 21:11
Que la victoire fut longue à se dessiner pour le Racing-Métro face à Oyonnax (22-9). Longtemps menés, les Franciliens ont encore du travail.

Le Racing-Metro peine décidément à trouver le rythme en ce début d'exercice. Déjà accrochés par Brive pour leur première réception de la saison (19-14), les Franciliens ont de nouveau connu les pires difficultés à faire la différence devant l'autre promu, Oyonnax. Pourtant dominateurs dans la plupart des compartiments, ils ont en effet dû attendre l'heure de jeu pour prendre les commandes au tableau d'affichage. Et même les dernières secondes du match pour inscrire le seul essai de la partie, oeuvre de Virgile Lacombe (77e). Leur adversaire était alors réduit à 12...

Preuve que les protégés de Christophe Urios n'ont pas usurpé leur victoire contre Clermont la semaine passée (30-19). Car malgré une équipe remaniée, avec le seul Silvère Tian reconduit par rapport au XV de la semaine précédente, l'USO continue donc de surprendre pour ses débuts en Top 14. Gonflés à bloc après ce succès face au vice-champion d'Europe, les joueurs de l'Ain ont une nouvelle fois affiché un courage à toute épreuve ce samedi. Solidaires et compacts en défense, ils ont longtemps repoussé tous les assauts des Ciel et Blanc, et auraient même pu créer la sensation si Traini et Bousquet (22e) ou Tian (50e) avaient connu davantage de réussite dans le dernier geste.

Le Racing en manque de lucidité

Mais c'est bel et bien le Racing-Metro qui a su faire la différence. Tout d'abord en punissant l'indiscipline grandissante des Haut-Bugistes, symbolisée par les cartons jaunes infligés à Tian (37e), Slade (68e), et Rapant (71e). Dans cet exercice, Jonathan Sexton se montrait impérial en signant un 5/5 sur ses tentatives de pénalité. De quoi compenser la maladresse répétée de ses partenaires à l'approche de la ligne, à l'image de Matadigo qui ne parvenait à contrôler une ultime passe (39e), ou de Szarzwski, derrière ses avants, qui échappait le cuir au moment d'aplatir (69e). De quoi pallier aussi une certaine gourmandise qui aura longtemps poussé les hommes du duo Labit-Travers a choisir la pénaltouche plutôt que les points au pied. Des péchés finalement sans conséquence. Car si les Oyonnaxiens avaient rapidement pris les devants grâce à trois pénalités de Barnard, ils n'ont ensuite plus été en mesure d'inscrire le moindre point. Laissant du même coup filer le bonus défensif.

Toutefois, c'est sans doute le Racing-Metro qui sort de cette confrontation avec le moins de certitudes. D'autant que les Franciliens se déplacent à Toulouse dès mercredi. Avec une équipe très probablement ramaniée, et le souvenir persistant du premier match à l'extérieur de la saison, qui s'est soldé par un lourd revers à Toulon (41-14). L'USO, en revanche, va retrouver son stade Charles-Mathon. Et ses titulaires, qui tenteront de signer une seconde victoire consécutive à domicile, contre Biarritz.