Top 14

Top 14, Stade toulousain - La chance de Grégory Lamboley

Avec le départ de Bouilhou, le troisième ligne de Toulouse, Grégory Lamboley, pourrait enfin être un titulaire en puissance. Quatre bonnes raisons d’y croire.

 
La chance de Lamboley - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Élément essentiel de l’effectif des Toulousains depuis de nombreuses années, le deuxième ou troisième ligne international, Grégory Lamboley (31 ans ; 14 sélections avec le XV de France), semble être la solution idéale pour pallier le départ à Pau du leader de la touche des Rouge et Noir, Jean Bouilhou, et celui de Sylvain Nicolas, au Stade français. Souvent placé sur le banc des remplaçants à cause de sa polyvalence, il pourrait cette année prétendre à une place de titulaire. Et ce jusqu’à la fin de la saison. Voici en tout cas quatre bonnes raisons de le croire.

1. IL EST COMPLÉMENTAIRE AVEC PICAMOLES ET DUSAUTOIR

À l’image de Jean Bouilhou et Sylvain Nicolas, Grégory Lamboley est un excellent sauteur, très longiligne (1.98m) mais aussi et surtout endurant et mobile. Aligné aux côtés de Louis Picamoles, le perforant, et du capitaine des Bleus, Thierry Dusautoir, avec un profil de plaqueur-gratteur, la troisième ligne toulousaine semble parfaitement homogène, entre endurance, force et rudesse. De plus, même s'il devrait alterner avec lui dans le XV de départ, tout le monde connait le capital qu’apporte Yannick Nyanga lors de son entrée en jeu, dans un rôle d’impact-player.

2. IL EST EXPÉRIMENTÉ SANS ÊTRE CLAIREMENT SÉLECTIONNABLE

En plus de son expérience internationale, Lamboley est un pur produit haut-garonnais. Certes, formé à Massy, cela fait maintenant 13 ans qu’il porte les couleurs Rouge et Noir. Fin connaisseur des rouages du club et des combinaisons de jeu, il est aussi auréolé de six titres (trois H Cup : 2003, 2005 et 2010 ; trois Brennus : 2008, 2011 et 2012), et a donc tout connu avec le Stade toulousain. Toutefois, tout en ayant un rendement intéressant, peu de chances qu’il soit retenu par le sélectionneur du XV de France, Philippe Saint-André, son dernier rappel remontant à 2010.

3. IL Y A DU MONDE EN DEUXIÈME LIGNE

Avec le recrutement de Iosefa Tekori, en provenance de Castres, Toulouse semble plus que jamais blindé au niveau de la deuxième ligne. Une aubaine, très certainement, pour Lamboley qui devrait enfin pouvoir se fixer sur l’aile de la mêlée. Avec l’indéboulonnable Yoann Maestri, l’Argentin Patricio Albacete, Romain Millo-Chluski et donc Tekori, sans compter le jeune Maka au cas où, Lamboley ne devrait pas trop naviguer cette saison.

4. SANS POUX ET JAUZION, IL DEVIENT LE "PAPA" DES VESTIAIRES

Interrogé sur le site de son club, Grégory Lamboley l’avoue lui-même : "On prend un petit coup de vieux ! Ces départs vont créer un grand vide, c’est certain. […] C’est toujours une bonne chose qu’ils (les jeunes joueurs, NDLR) soient encadrés par des joueurs qui ont plus d’expérience. Et c’est ce qui a été fait pendant la préparation par exemple." Avec Clément Poitrenaud (qui n’a plus joué avec les Bleus depuis mars 2012), il sera un homme clé du vestiaire stadiste lorsque les internationaux partiront.

 - Rugbyrama@vicente_julian
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |