Top 14

Top 14, De Biarritz au Racing-Métro - Wenceslas Lauret: "Je n'ai aucun regret"

À la reprise du Biarritz olympique avant de s'envoler ce mercredi pour Paris puisqu'il évoluera désormais au Racing-Métro, le flanker Wenceslas Lauret nous a confié ne pas regretter son choix et espérer retrouver l'équipe de France le plus vite possible.

 
Lauret: "Je n'ai aucun regret" - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Comment se fait-il que vous soyez encore à Biarritz alors que vous évoluerez au Racing-Métro la saison prochaine ?

Wenceslas LAURET : C'est moi qui ai souhaité effectuer la reprise ici, pour garder la forme avant de partir ce mercredi à Paris. Cela m'a permis de m'entraîner un petit peu et de revoir tout le monde avant de m'en aller.

Cela vous fait-il bizarre de partir alors que c'est à peine la reprise de l'entraînement ?

W.L. : Pour l'instant, c'est comme si je n'étais jamais parti, mais demain (mercredi, NDLR), c'est vrai que je ne serai plus là. De toute façon, je suis amené à revoir tout le monde et à revenir, car on devrait s'affronter et j'ai également de la famille ici.

Retrouver le groupe avant de le quitter va-t-il vous laisser des regrets ?

Top 14, De Biarritz au Racing-Métro - Wenceslas Lauret: \"Je n\'ai aucun regret\" - Rugby - Top 14 W.L. : Non, je n'ai aucun regret, je suis simplement revenu pour le plaisir de revoir les copains, mais il me tarde vraiment d'aller à Paris et de commencer avec le Racing-Métro. Je suis vraiment content de ma décision en tous points.

Quel sera votre programme de reprise avec le Racing ?

W.L. : Je commence lundi prochain, par des séances individuelles, où chacun aura un programme un peu à la carte avant de débuter les séances collectives le 1er juillet.

Après avoir goûté à l'équipe de France, la tournée actuelle en Nouvelle-Zélande vous fait elle envie ?

W.L. : Oui, ça donne toujours envie d'aller aider le collectif et puis, une tournée en Nouvelle-Zélande face aux champions du monde, ça ne peut pas laisser indifférent.

L'envie de retrouver les Bleus a t-elle pesé dans la balance au moment de rejoindre le Racing-Métro ?

W.L. : J'ai toujours eu l'équipe de France dans ma tête, j'y pense constamment. Quel que soit le club dans lequel on évolue, il faut être bon tous les week-ends pour y accéder. Mais il faudra tout d'abord que je gagne ma place au Racing, avant d'essayer d'en gagner une en équipe nationale. Et puis, je vais avoir l'occasion de disputer la H Cup où il y a une poule très relevée qui nous attend (Clermont, Harlequins et Scarlets, NDLR). Retrouver le XV de France lors des test-matchs de novembre serait vraiment la cerise sur le gâteau, mais il faudra à mon avis pour cela que j'effectue un très bon début de saison et que le Racing obtienne de bons résultats.

 - Midi Olympique
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |