Top 14

Toulouse a joué avec le feu

Union Bordeaux-Bègles32 - 34Stade Toulousain

Bordeaux-Bègles a failli réussir à rééditer l'exploit de battre Toulouse à Chaban-Delmas, comme l'an passé. Le final a été fatal pour eux (32-34). C'était sans compter sur le retour inespéré des Toulousains, qui ont remonté leurs 19 points de retard avant de l'emporter au bout du suspense.

 
Toulouse a eu très peur - Rugby - Top 14AFP
 

Quel dénouement ! Toulouse l’a emporté après un temps additionnel aussi long que le tunnel de Chaban-Delmas. Le champion a renversé de valeureux Bordelo-Bèglais (34-32) qui pourront ressasser ce match fou. A treize contre quinze, avec deux avants en moins en mêlée, les Girondins ont concédé huit pénalités après la sirène avant que la sanction de l’essai de pénalité ne tombe pour valider la domination incontestable de Toulouse en fin de match. A une semaine de la H Cup, on pouvait lire le soulagement de Poitrenaud et consorts lorsque M. Mitrea les libérait. Toulouse confirme donc après Bayonne et Toulon, avec un troisième succès de rang et une situation comptable enviable à l’heure de lâcher le travail domestique pour deux week-ends.

Les quatre points, c’est bien le seul souvenir d’agréable que gardera Guy Novès de ce voyage en Gironde. Un voyage rocambolesque qui débuta comme attendu. Par une domination des Rouge et Noir en touche et par un essai d’entrée de Picamoles, son troisième de la saison. Après un tel incipit, l’histoire s’annonçait redondante avec un ogre terrassant un adversaire chétif sans le moindre effet de surprise. Mais après vingt minutes approximatives, l’UBB allait s’installer dans le match et rappeler combien Chaban est un talisman pour ses joueurs. Subitement, le Stade se mit à subir dans les grandes largeurs et Lopez régalait dans tous ses choix comme dans ses tentatives face aux poteaux. L’ouvreur adressera d’ailleurs un caviar à Connor pour le premier essai girondin.

Toulouse mené de 19 points !

A la pause, Bordeaux-Bègles menait 14-10 et le match prenait des allures toutes aussi classiques de David contre Goliath. Toulouse ressortait ses pires accessoires comme à Barcelone pour se laisser submerger par des joueurs de l'UBB, généreux et réalistes. Ainsi, en dix minutes, Talebula, l’ailier fidjien des Girondins, n’eut pas besoin d’étaler son talent. Seulement de se montrer opportuniste. Ce qui n’est pas la plus mince des qualités pour un ailier. Il marqua deux fois. La première après des maladresses de Matanavou puis Donguy. La seconde sur un nouveau contre offert par des Toulousains apathiques. Lopez gardait le pied chaud et l’UBB menait de dix-neuf points à vingt-cinq minutes du terme !

Les blessures et le coaching modifièrent le visage du Stade qui se voyait renforcé par Johnston, Dusautoir, McAlister et autres. Des changements qui ne firent d’abord pas l’effet escompté. Car il fallait une nouvelle péripétie rocambolesque pour lancer la fin de match. Elle arrivera peu après l’heure de jeu lorsque Toulouse marqua deux fois, coup sur coup. Le doublé de Matanavou relançait un match dont l’encéphalogramme aurait dû rester désespérément plat après le break girondin. Mais, à l’image du deuxième essai du Fidjien - qui aplatissait après une grossière erreur de Reihana – ce match retrouvait toute sa folie. Une folie que n’avaient plus les Bordelais depuis longtemps dans leur jeu tant la fatigue et la domination toulousaine les accablaient. L’épilogue était finalement renversant mais l’événement le moins surprenant de la soirée. Toulouse a étalé ses ressources en revenant de nulle part alors que l’UBB a retrouvé le chemin des essais et du spectacle. C’est déjà ça.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |