Thomas Sanchou - castres - 3 septembre 2011 - AFP
 
Article
commentaires
Top 14

Sanchou: "Il faut savoir provoquer sa chance"

Sanchou: "Il faut savoir provoquer sa chance"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/11/2012 à 12:44 -
Par Rugbyrama - Le 11/11/2012 à 12:44
Le trois-quarts centre castrais, Thomas Sanchou, a contribué, samedi soir, à la victoire de son équipe, arrachée in extremis sur le terrain de Bordeaux-Bègles. Le Tarnais, auteur d'un match convaincant pour sa deuxième titularisation de la saison, analyse les forces de ce CO invaincu depuis quatre rencontres.

Comment analysez-vous cette importante victoire sur le fil ?

Thomas SANCHOU: J'ai avant tout senti que le match était bien maîtrisé par l'équipe. Le plan de jeu travaillé avec les entraîneurs a été respecté jusqu'au bout, ce qui nous a permis d'inscrire la pénalité de la gagne à la 80e minute. Pourtant, Bordeaux a lutté durement dans les rucks et n'a rien lâché dans le combat. Même si ça n'a pas été simple, j'ai toujours pensé que l'équipe gagnerait à la fin...

Une grande sérénité se dégage de cette équipe, invaincue depuis quatre rencontres. Comment l'expliquez-vous ?

T.S.: Ce groupe est très soudé en dehors et ça se voit sur le terrain. Je sens notre collectif encore plus fort que les saisons précédentes. Même dans la difficulté, l'équipe reste unie. Ca lui permet de décrocher ce genre de victoires. En ce moment, nous recevons, en plus, des coups de pouce de la chance. C'était déjà le cas face à l'Usap avec une victoire in extremis. En même temps, il faut savoir provoquer sa chance.

Comment aviez-vous abordé cette rencontre pour votre deuxième titularisation, seulement, de la saison ?

T.S.: Il y avait un peu de pression, de peur de mal faire en entrant sur le terrain. Mais une fois ces sentiments évacués, tu veux avant tout prendre du plaisir car tu n'en as que rarement l'occasion. Je me suis senti à l'aise dans ces conditions où il fallait s'arracher. Il valait mieux que je joue cette rencontre, sous la pluie, que celle de Perpignan car le rythme aurait été trop éprouvant pour une reprise. Comme je ne joue pas souvent, j'ai ressenti une grande satisfaction au moment de célébrer la victoire. C’est une grande fierté de contribuer à l’avancée de l’équipe. C'est un vrai bonheur.